Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le monde pleure Maradona. Une étoile s’est éteinte

Adieu l'Artiste, le Meilleur, l'Unique El Pibe rend son dernier soupir


Le deuil et la tristesse ont gagné le monde après la mort de l'Argentin Diego Maradona, légende du football disparue mercredi à 60 ans, laissant les passionnés de ballon rond orphelins de l'un des joueurs les plus charismatiques et controversés de l'histoire. Dansle quartier deBoca àBuenosAires,mais aussi enEurope à Naples et Barcelone, hautslieux de la carrière du "Pibe de Oro" ("gamin en or"), l'émotion s'est répandue dans les rangs des fans, quelques heures après l'annonce du décès du champion dumonde 1986 dessuites d'un arrêt cardiaque.

Le président argentinAlberto Fernandez a décrété troisjours de deuil national.Il a aussi annoncé que la veillée funèbre, initialement prévue pour trois jours, devait se tenir finalement sur la seule journée de jeudi, de 6H00 à 16H00 locales(09H00 a 19H00 GMT), à la demande de la famille. Elle devaitse faire au palais présidentiel, où son ex-femme Claudia Villafañe et leurs deux filles, Dalma etGianinna,sont arrivées peu avantminuit, suivies de joueurs en activité ou retraités, notamment des coéquipiers du capitaine argentin au Mondial-1986.
Le président de l'Argentine, Alberto Fernandez : Merci d'avoir existé, Diego

La dépouille de Maradona est arrivée dans la nuit au palais présidentiel. Des centaines de per- sonnes faisaient déjà la queue devant cette Casa Rosada pour pouvoir prendre congé de l'idole. Le décès s'est produit "à 12 heures" (15H00 GMT), selon le procureur John Broyard. Ces résultats préliminaires de l'autopsie indiquent que Maradona estmort "d'unœdème pulmonaire aigu secondaire et d'une insuffisance cardiaque chronique exacerbée.Cœur avec cardiomyopathie dilatée", a-t-il précisé.
Pelé : J'ai perdu un grand ami et le monde a perdu une légende (...) Un jour, j'espère qu 'on pourra jouer au foot ensemble au ciel

L'inquiétude était déjà vive ces derniers jours: "Diego" avait subi une intervention chirurgicale pour un hématome au crâne début novembre et se remettait dans une maison de la périphérie de Buenos Aires au moment de son décès. Des milliers d'admirateurs se sont rassemblés dans la nuit auprès des stades des clubs où Maradona a officié en Argentine: à Buenos Aires (Argentinos Juniors et Boca Juniors), Rosario (Newell's Old Boys) ainsi qu'à La Plata, où il entraînaitla formation deGimnasia jusqu'à son décès.

D'autres se sont regroupés autour de l'Obélisque de la capitale, traditionnel lieu des célébrations d'événements sportifs. En Europe, la ville de Naples attendait elle fébrilement de revoir du football, jeudi soir pour un match de LigueEuropa,synonyme d'hommage au plus grand joueur de l'histoire du club où Maradona a évolué de 1984 à 1991, au sommet de son art après un passage à Barcelone. Comme mercredi dans les enceintes européennes de Ligue des champions, une minute de silence sera respectée au stade San Paolo, qui devait rester allumé toute la nuit en hommage à l'Argentin. Un stade qui pourrait bientôt porterle nomdu joueur défunt, la municipalité ayant déjà évoqué cette idée. De nombreux Napolitains sont sortis dans la rue pour rendre hommage à leur idole. Si la planète savait la santé du "Pibe de Oro" fragile, l'annonce de son décès a entraîné un déluge de tristesse et d'éloges dans le monde du ballon rond, où seul leBrésilien Pelé (80 ans)rivalise dans le classementinformel des plus grands de l'histoire. Celui-ci s'est ému sur Instagram d'une "triste nouvelle". "J'ai perdu un grand ami et le monde a perdu une légende (...) Un jour, j'espère qu'on pourra jouer au foot ensemble au ciel", a écrit le "Roi" Pelé. Son compatriote Lionel Messi, autre génie argentin avec lequel il a entretenu une relation complexe, a affirmé sur Instagram que Maradona "nouslaissemaisil ne s'en va pas, parce queDiego est éternel". "Je garde en moi tous les beaux moments vécus avec lui", a écrit "La Pulga". Le Portugais quintuple Ballon d'Or Cristiano Ronaldo a lui dit adieu à "un génie éternel" et "un magicien inégalable", tandis que l'ex-meneur de jeu français et ancien dirigeant de l'UEFA Michel Platini a indiqué à l'AFP que "Diego Maradona restera dans le coeur des Napolitains, dans le coeur des Argentins(...) comme une étoile, et pourl'éternité". "C'est une perte énorme pourlemonde en général, et pourle monde du football.J'ai gravé dans ma tête son Mondial-1986", a dit le FrançaisZinédine Zidane, champion du monde 1998. "Ce que Diego a fait pour le football, pour nousfaire toustomber amoureux de ce sportmerveilleux, est unique (...) Il mérite notre gratitude éternelle", a poursa part réagi GianniInfantino, le président de la Fifa, une organisation avec laquelle le défunt a toujours entretenu desrapports conflictuels. "Merci éternel. Eternel Diego", a sobrement réagi Boca Juniors, le club argentin où le génial N.10 a séduit l'Europe, en 1981-1982, avant son départ pourle FCBarcelone (1982-1984) etNaples (1984-1991). "Pour toujours, ciao Diego",s'est incliné le club italien. "Tu nous a emmenéssurle toit dumonde. Tu nous asrendusimmensément heureux.Tu as été le plus grand de tous. Merci d'avoir existé, Diego", a déclaré le président de l'Argentine, Alberto Fernandez.

"Ciao Diego"

Le club deNaples, qui a connu son âge d'or etses deux seulstitres de champions d'Italie de football (1987, 1990) avecDiego Maradona, a saluémercredi lamémoire de la star argentine d'un "CiaoDiego". "Pour toujours. Ciao Diego", indique un message publié sur les comptes officiels du Napoli quelques instants seulement après l'annonce du décès de Maradona. Le club du sud de l'Italie, qui a transformé le bleu de son logo en noir en signe de deuil, a publié un secondmessage un peu plustard, accompagné d'une nouvelle photo duN.10 argentin souslemaillot bleu: "Tout lemonde attend nosmots. Mais quelsmots pouvons-nous utiliser pour exprimer une douleur comme celle que nous ressentons? Pour le moment, c'est le temps des larmes, puis viendra celui des mots." Maradona est adulé à Naples depuisson passage dansla ville du sud de l'Italie, entre 1984 et 1991, des années passionnelles marquées par son arrivée folle, accueilli par 70.000 personnes au stade, des succès avec les deux titres de champion et une victoire enCoupe de l'UEFA,mais aussi de nombreuses sorties de routes. Leministre italien des SportsVincenzo Spadafora, natif deNaples, lui a égalementrendu hommage: "Lamort de Maradona est une terrible nouvelle.C'était plus qu'un champion, c'était un génie du football, une star absolue. Lors d'une saison incomparable, il a incarné les rêves et les espoirs du peuple de ma ville. Naples pleure ce soir." "C'est une journée trèstriste pourlemonde du football", a réagi dans un communiqué la Ligue italienne de football. "Aujourd'hui nous a quittés une légende de notre sport, qui a fait rêver ets'enflammer lessupporteurs dumonde entier", ajoute la Ligue, en précisant qu'une "initiative spéciale" sera prise pourluirendre hommage lors de la prochaine journée de championnat, sans plus de précisions.

Libé
Jeudi 26 Novembre 2020

Lu 188 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 18 Octobre 2021 - 13:00 Bonnes opérations du DHJ et du MAS

Lundi 18 Octobre 2021 - 13:00 Le président de l’OCS jette l’éponge

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS