Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara

La position marocaine ne cesse de se renforcer et celle du Polisario de perdre du terrain




Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara
Le Conseil de sécurité des Nations unies prévoit de tenir, dans le format de travail que la pandémie du coronavirus impose, une réunion à huis clos sur le Sahara, et ce jeudi 9 avril courant.
Selon des sources médiatiques, le chef de la MINURSO, mission dont le mandat expire le 31 octobre prochain, devrait y présenter un exposé sur la situation de cette mission onusienne.
Etant donné l’absence d’un envoyé personnel du secrétaire général, les 15 membres du Conseil de sécurité pourraient saisir l’occasion pour exhorter ce dernier à en accélérer la nomination, ajoutent les mêmes sources en rappelant que le processus des pourparlers se trouve dans l’impasse depuis le départ de l’ex-envoyé personnel, Horst Kohler.
Mais dans les faits, le dossier n’a pas fait que du surplace vu que l’organe suprême de l’ONU, le Conseil de sécurité, avait adopté, l’an dernier, une résolution pragmatique, réaliste et durable qui avait porté un sérieux coup aux manœuvres dilatoires des ennemis de notre intégrité territoriale et remis le train sur les rails.
Portant le N° 2949, cette résolution revêt, en effet, une importance particulière puisqu’elle a réaffirmé la pertinence de la position marocaine et conforté la dynamique positive et le soutien de plus en plus fort aux fondamentaux de cette position.
Elle a, en effet, réaffirmé la volonté de l’ONU « d’aider les parties à parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, basée sur le compromis », demandé « au Maroc, au Front Polisario, à l’Algérie et à la Mauritanie de coopérer plus intensément les uns avec les autres, notamment en renforçant davantage la confiance, et avec l’Organisation des Nations unies, ainsi que de participer davantage au processus politique et de progresser sur la voie d’une solution politique » et considéré que cette «solution politique de ce différend de longue date et le renforcement de la coopération entre les Etats membres de l’Union du Maghreb arabe contribueraient à la stabilité et à la sécurité dans la région du Sahel, ce qui créerait des emplois et favoriserait la croissance ainsi que des possibilités pour tous les habitants de la région ».
« Prenant note de la proposition marocaine présentée au Secrétaire général le 11 avril 2007 et se félicitant des efforts sérieux et crédibles faits par le Maroc pour aller de l’avant vers un règlement », cette résolution a aussi demandé une amélioration de la situation des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf tout en se « félicitant à cet égard des mesures et initiatives prises par le Maroc, du rôle joué par les commissions du Conseil national des droits de l’Homme à Dakhla et à Laâyoune et de l’interaction entre le Maroc et les mécanismes relevant des procédures spéciales du Conseil des droits de l’Homme de l’Organisation des Nations unies ».
Elle a également souligné qu’ « il convient de déployer des efforts à ce sujet » pour «que l’enregistrement des réfugiés dans les camps de réfugiés de Tindouf soit envisagé ».
Commentant cette résolution lors d’une déclaration à la presse en marge de la réunion de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense nationale, des Affaires islamiques et des MRE à la Chambre des représentants, consacrée à l’examen du projet de budget de son département au titre de l’année 2020, le chef de la diplomatie marocaine avait indiqué que la résolution 2494 a réaffirmé la pertinence de la position marocaine et conforté la dynamique positive et le soutien de plus en plus fort aux fondamentaux de cette position.
Par cette résolution, le Conseil de sécurité, et à travers lui toute la communauté internationale, souligne trois messages importants, a-t-il ajouté.
Le premier de ces messages concerne le processus des tables rondes comme seul cadre pour parvenir à une solution politique au différend régional sur le Sahara.
Le deuxième porte sur le retour à une prorogation de 12 mois du mandat de la MINURSO. “Il s’agit là d’un signal fort quant à l’attachement du Conseil de sécurité à la sérénité du processus politique. C’est également une prise en compte du contexte régional particulier qui mérite plus de clarté et de visibilité pour que les différents acteurs soient en mesure de participer pleinement et en toute responsabilité à la recherche de la solution politique”, a déclaré le ministre.
Quant au troisième message, il est relatif à la préservation et à la consolidation des acquis du Maroc, a-t-il indiqué en rappelant que la résolution réaffirme notamment la prééminence de l’initiative d’autonomie, confirme l’appel à un recensement des populations des camps de Tindouf et réitère les injonctions faites au Polisario” pour qu’il s’abstienne de tout acte de provocation susceptible de déstabiliser le processus onusien. 
De fait, si la position marocaine n’a cessé de rallier vers elle, le prochain briefing du Conseil de sécurité sur le Sahara se déroulera, sans conteste, sous de mauvais auspices pour le Polisario.
En effet, son coordinateur avec la MINURSO, Mhamed Khadad, a déposé les armes mercredi à Madrid des suites d'une longue maladie, privant ainsi les séparatistes d’un homme qui a réussi à se maintenir aux premières loges grâce à son habileté manœuvrière et au soutien des parrains algériens du Polisario.

H.T
Vendredi 3 Avril 2020

Lu 778 fois


1.Posté par Oujdi le 02/04/2020 22:27
Le Maroc est chez lui autre chose c'est que perte du temps d'un régime malade qui a vendu son àme

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.