Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Prochaine ouverture d’ une ambassade du Suriname à Rabat et d’ un consulat à Dakhla


Prochaine ouverture d’ une ambassade du Suriname à Rabat et d’ un consulat à Dakhla
La République du Suriname a décidé d’ouvrir une ambassade à Rabat et un consulat à Dakhla, en vue d’impulser les relations bilatérales et la coopération avec le Maroc, a annoncé, jeudi à Rabat, le ministre surinamais des Affaires étrangères, du Commerce international et de la Coopération internationale, Albert Ramdin.

Dans un point de presse à l’issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, le chef de la diplomatie du Suriname a indiqué avoir examiné avec son homologue marocain les opportunités de développer les relations B2B entre les deux pays, en vue de renforcer les échanges bilatéraux dans le cadre de la coopération Sud-Sud.

“A cet effet, le gouvernement de la République du Suriname annonce qu’il va établir une ambassade à Rabat et un consulat à Dakhla, en vue d’impulser la coopération bilatérale et de promouvoir les investissements et le commerce”, a-t-il souligné. S’agissant du différend régional autour du Sahara marocain, Albert Ramdin a réaffirmé “le soutien de la République du Suriname à l’intégrité territoriale du Maroc en réitérant sa position inébranlable concernant la marocanité du Sahara et la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud”. “Le gouvernement de la République du Suriname soutient le plan d’autonomie proposé par le Royaume du Maroc comme unique base pour une solution politique durable à ce différend”, a encore précisé le chef de la diplomatie du Suriname. Il a, par ailleurs, relevé que depuis le 28 juillet 2004, date du début des relations diplomatiques entre le Maroc et le Suriname, le partenariat entre les deux pays a significativement évolué, ajoutant que ses entretiens avec Nasser Bourita ont porté sur différents domaines de coopération. “Nous avons décidé d’approfondir le dialogue politique, de renouveler les liens bilatéraux et d’échanger les points de vue sur la coopération régionale et multilatérale”, a-t-il poursuivi, notant que cette collaboration est un élément essentiel de la coopération SudSud, de la solidarité et du respect mutuel entre les deux pays.

Pour sa part, Nasser Bourita a remercié le Suriname pour sa position de principe, stable et constructive, pour défendre cette cause juste en réaffirmant son soutien à l’intégrité territoriale du Maroc. S’agissant de la signature d’une feuille de route de la coopération bilatérale pour la période 2021-2024, Albert Ramdin a relevé qu’elle vient consolider les relations excellentes et amicales qui existent entre les deux pays et promouvoir leur coopération bilatérale.Les deux parties ont décidé d’établir un mécanisme de suivi pour assurer la mise en œuvre de cette feuille de route, a-t-il ajouté, notant que dans le contexte actuel, où tous les pays subissent les répercussions de la pandémie de la Covid-19, la solidarité internationale et la coopération sont d’une importance critique pour la récupération et la reconstruction. Il a également indiqué avoir examiné avec son homologue marocain les opportunités de développer les relations B2B entre les deux pays, en vue de renforcer les échanges bilatéraux dans le cadre de la coopération Sud-Sud. Pour sa part, Nasser Bourita a relevé que depuis 2016, date du retrait de la reconnaissance de la fantomatique RASD par le Suriname, à l’instar de la majorité des pays des Caraïbes, un premier accord, axé sur le développement humain et la solidarité Sud-Sud, a été conclu entre les deux pays. La feuille de route signée aujourd’hui reflète l’évolution considérable des relations bilatérales, a précisé le ministre marocain, notant qu’elle prévoit la réalisation de projets dans de nombreux domaines tels que le tourisme, l’agriculture et les énergies renouvelables entre 2021 et 2024.

Cela permettra de développer la coordination bilatérale dans de nombreux domaines où les deux pays partagent les mêmes orientations, comme dans le développement humain, la lutte contre les changements climatiques et le renforcement de la coopération Sud-Sud. Les deux pays ont également signé un communiqué conjoint qui incarne la volonté des deux pays de soutenir mutuellement leurs causes, a poursuivi Nasser Bourita. Dans ce document, le Maroc salue les efforts du gouvernement du Suriname pour lancer des projets de développement en vue de réaliser les aspirations de progrès et de prospérité de son peuple, en plus de son ouverture sur l’espace arabe et africain. Pour sa part, le Suriname réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara et au plan d’autonomie proposé par le Maroc comme unique solution à ce différend, a fait savoir le chef de la diplomatie marocaine Par ailleurs et au terme des entretiens qu’il a eus, jeudi à Rabat, avec le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rabbah, Albert Ramdin s’est dit particulièrement intéressé par l’expérience du Maroc dans le domaine de l’environnement. “Nous espérons avoir dans le futur une coopération technique (…), surtout en environnement, mais aussi développer le secteur des mines et de l’énergie”, a affirmé M. Ramdin dans une déclaration à la chaîne d’information en continu de la MAP (M24), “C’est très important pour nous, car nous sommes le deuxième pays dans le monde en terme de couverture forestière, donc nous avons beaucoup à protéger”, a-t-il expliqué, soulignant que son pays peut s’inspirer de l’expérience du Maroc dans ce domaine. Le diplomate s’est, également, dit impressionné par la réflexion stratégique du ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, ainsi que par l’expérience marocaine dans le domaine des mines et de l’environnement.

De son côté, Aziz Rabbah a indiqué, dans une déclaration similaire, que ses entretiens avec le responsable surinamien étaient particulièrement consacrés à la coopération en matière de l’énergie, des mines et de l’environnement, faisant savoir qu’un comité bilatéral et d’autres rencontres sont envisageables avec des ministres de Suriname. “Le Suriname est convaincu que le Maroc peut constituer un hub vers l’Afrique et l’Europe”, a affirmé le ministre, précisant que ce pays “peut jouer un très grand rôle dans la connexion de l’Amérique latine avec notre pays, dans tous les domaines”. Albert Ramdin qui s’est aussi entretenu, le même jour, avec le ministre de l’Equipement, des Transports, de la Logistique et de l’eau, Abdelkader Amara, a annoncé que son pays souhaite bénéficier de l’expérience du Maroc dans le domaine du partenariat public-privé. Le Suriname veut tirer profit de l’expérience du Royaume dans le domaine du PPP et envisage de renforcer ses relations commerciales avec le Maroc, notamment dans le secteur privé, a-t-il relevé. Le ministre surinamais a également fait part de la volonté de son pays de renforcer les relations bilatérales dans les domaines de l’eau, de la logistique et des infrastructures ainsi que la coopération entre les autorités du port de Paramaribo et de celui de Dakhla. De son côté, Abdelkader Amara a exprimé l’intérêt du Maroc à conclure un accord de coopération dans les secteurs portuaire et maritime, notant que cet accord permettra d’asseoir et de développer le partenariat entre les autorités portuaires des deux pays.

Le ministre s’est dit ensuite prêt à entamer des réunions virtuelles avec les responsables surinamais à partir du mois d’avril en ce qui concerne la coopération dans les différents domaines entre les deux pays. Cette rencontre, qui s’est déroulée en présence de hauts responsables des deux parties, a été marquée par des discussions portant sur les moyens d’étendre la coopération bilatérale dans les domaines du transport, de la logistique et de l’eau, notamment dans les secteurs portuaire et maritime. La visite du ministre surinamais s’inscrit dans le cadre de la volonté du Royaume du Maroc et de la République du Suriname de renforcer davantage leurs relations de coopération, qui ont connu un élan significatif particulièrement depuis 2017, année de signature de quatre accords de coopération, a indiqué un communiqué du ministère de l’Équipement, des Transports, de la Logistique et de l’Eau rendu public en l’occasion, précisant que les deux ministres ont réitéré leur volonté d’œuvrer au renforcement des liens de coopération entre les deux pays.

Libé
Vendredi 12 Mars 2021

Lu 279 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS