Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Polisario joue les boutefeux à Guerguarate




Alors que les membres de l’Initiative sahraouie pour le changement (ISC) mènent une campagne promotionnelle dans les camps de Tindouf sous le regard bienveillant de l’Algérie et de  la direction du Polisario,  Brahim Ghali menace de revenir à la situation antérieure à l’adoption de la résolution 2351, du Conseil de sécurité en se déclarant prêt  à redéployer ses milices dans la zone tampon de Guergarate.
 Les menaces du Polisario ont été exprimées à travers un courrier adressé à la MINURSO,  48 heures après l’arrivée du nouveau chef de cette mission, le Canadien Colin Stewart.
Elles se sont rapidement concrétisées par l’arrivée de véhicules de la milice du Polisario et leur prise de position, vendredi matin, au poste frontalier de Guergarate.
Cette présence qui coïncide avec le passage, cette semaine des participants au Rallye Monaco –Dakar qui, après la traversée du Maroc, doit traverser les zones tampon se trouvant entre le Maroc et la Mauritanie, indique la source qui confirme que les dirigeants du Polisario avaient prévenu les organisateurs qu’il serait indispensable de revoir le parcours à venir de ce rallye.
De fait et face à la série de revers diplomatiques essuyés ces deux dernières années, particulièrement en Afrique, ajoutés à une opposition interne grandissante et au bouillonnement des Sahraouis de Tindouf, le Polisario ne pouvait agir autrement qu’en alimentant une dangereuse escalade dans la région.
En brandissant la menace des armes, il tente ainsi de rassurer les uns et de donner une lueur d’espoir aux autres, estime une source bien informée dans les camps de Tindouf, où le mouvement séparatiste maintient son autorité d’une main de fer avec la bénédiction l’Algérie.
Engagée aux côtés du Polisario dont elle est le principal soutien depuis le début de  la crise du Sahara, l’Algérie vient d’annuler un contrat d’armement destiné à renouveler l’arsenal de guerre du Polisario devenu obsolète en invoquant  des difficultés budgétaires.
Rappelons qu’Alger avait livré le 4 mars 2017 aux milices du Polisario en faction à Bir Lahlou, un important matériel militaire. Cette livraison concerne notamment des véhicules blindés de fabrication russe, dont le VTB-82A, muni de canons de 30 millimètres et disposant de mitrailleuses de calibre 7,62 mm. Elle ne semble pas avoir satisfait les ambitions guerrières des séparatistes dont les milices étaient en pleine parade près d’Aghouinit dans la zone tampon et manœuvraient pour  faire monter la tension dans celle de Guergarate.  


Ahmadou El-Katab
Dimanche 7 Janvier 2018

Lu 769 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés