Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La DGSN et le SNPM prennent langue

Echange fructueux entre des responsables de la Direction générale de la sécurité nationale et des journalistes à Casablanca




Un échange fructueux entre des responsables de la Direction générale de la sécurité nationale (DGSN) et les journalistes a eu lieu lors d’une conférence organisée vendredi à Casablanca par le Centre marocain de la démocratie et de la sécurité (CMDS) et le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM).
« Quand j’ai transmis la lettre envoyée par le CMDS et le SNPM au directeur général de la DGSN concernant la tenue de cette rencontre, il a accepté sur-le-champ et sans hésitation », a tenu à souligner, d’entrée de jeu, Boubker Sabik, porte parole de la DGSN. Et de préciser qu’«Abdellatif  Hammouchi considère que ce genre de rencontres constitue un exercice qui consacre la gouvernance sécuritaire et favorise le contrôle citoyen sur l’action des services de sécurité».
Il a, par ailleurs, salué le rôle important que jouent les médias dans la diffusion de l'information sécuritaire, mettant en exergue l’approche participative entre le secteur des médias et la DGSN.
Concernant les critiques adressées par certains journalistes à cette dernière concernant la diffusion de l’information sécuritaire, il a tenu  à faire le distinguo entre l’assertion qui est une donnée non confirmée et l’information avérée et vérifiée par les services de sécurité.  « la DGSN ne livre que les informations vérifiées », a-t-il tranché.
Il a, en outre, souligné que celle-ci a cherché à construire un discours médiatique à même d'interagir avec la société à travers les médias, en veillant à utiliser un langage approprié régi par des normes juridiques qui tiennent compte du secret professionnel, de la vie privée des individus et d’autres règles professionnelles à caractère général.
Il a aussi évoqué le changement radical de la communication de ladite  direction avec les médias, soulignant que la DGSN répond à toutes les demandes de couverture émanant des médias, et ce, dans le respect des normes juridiques et professionnelles en vigueur.
Pour sa part, le président du SNPM, Abdellah El Bakkali, a salué la stratégie communicationnelle de la DGSN à travers ses communiqués  touchant aux différentes questions concernant le domaine sécuritaire dans notre pays.
Dans son allocution, il a aussi mis l’accent sur le fait que « cette administration a adopté une nouvelle approche au cours des dernières années et a institutionnalisé ses relations avec les médias ».
Il a, par ailleurs, expliqué que les relations entre la presse et le monde sécuritaire   n'est plus la même que par le passé, affirmant que cette relation est passée de la confrontation à l'échange d'informations, ce qui constitue « un acquis positif ». « Nous sommes entièrement disposés à coopérer ensemble au servie de l'intérêt de la société toute entière ».
Abdellah El Bakkali a également souligné que cet effort communicationnel de la DGSN met fin aux rumeurs et aux fausses informations. « L'absence d’informations est un terrain propice à la propagation de la rumeur », a-t-il soutenu.
Le président du SNPM a aussi reconnu que le bilan de la DGSN au titre de l’année 2019 est « positif », soulignant que les journalistes apprécient le travail de la police.
Dans son intervention Mustafa El Manouzi, président du CMDS, a souligné, pour sa part, que le fait que la DGSN accepte que le bilan annuel de son action soit débattu avec les journalistes « est en soi un progrès important », affirmant que ce genre de rencontres permet de dissiper tout malentendu -s’il en existe- entre les médias et les services de sécurité.
Quant à Hamid Bahri, préfet de police de Casablanca, il a mis l’accent sur l'expérience des services de sécurité de la capitale économique et leur ouverture aux médias soit au niveau local ou national, ajoutant que cette approche a instauré un climat de confiance entre cette institution et les médias.
Il a également souligné l'importance de développer un style de communication qui permette la diffusion de messages de sensibilisation au sein de la société et qui aide à surmonter certains problèmes liés au sentiment d'insécurité chez certaines personnes.
Il convient de souligner que cette rencontre a été modérée par Abderrahim Tafnout, journaliste et membre du CMDS et Mohammed Talbi,  journaliste et vice-président du SNPM.









 

Mourad Tabet
Lundi 27 Janvier 2020

Lu 1776 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif