Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’opérationnalisation du Pacte de Marrakech sur la migration examinée par l’ONU




L’Assemblée générale de l’ONU a examiné, mercredi à New York, la phase de la mise en œuvre du Pacte de Marrakech sur la migration, document historique pour une coopération internationale renforcée sur la question migratoire adopté le 10 décembre dernier par consensus lors de la Conférence intergouvernementale des Nations unies sur la migration, tenue au Maroc.
«Aujourd'hui, notre engagement porte désormais sur la mise en œuvre du Pacte mondial sur les migrations», a déclaré la présidente de l’Assemblée générale, Maria Fernanda Espinosa, à l’ouverture d’un débat consacré aux migrations internationales et au développement.
Elle a annoncé avoir nommé les représentants permanents du Bangladesh et de l'Espagne en tant que co-facilitateurs du processus visant à déterminer les modalités du «Forum d'examen des migrations internationales», qui sera chargé du suivi de la mise en œuvre du Pacte de Marrakech.
Maria Fernanda Espinosa a insisté, sur le fait qu’une participation «active et constructive» des Etats à ce processus est essentielle «afin que nous puissions mettre en place un mécanisme souple et efficace de suivi et d’apprentissage» de l’application de ce pacte mondial.
Si plusieurs pays ont déjà commencé à faciliter l’échange de bonnes pratiques pour l’application du pacte, la présidente de l’Assemblée générale a toutefois exhorté les Etats à mettre à disposition de meilleures données et des informations rigoureuses, fondées sur des preuves reflétant la réalité des migrations.
Elle a également souhaité que les échanges dans le cadre de ce débat puissent contribuer à rendre visible le lien et l'interdépendance entre les migrations internationales et le développement durable.
«Nous ne pourrons atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) si nous n'incluons pas de manière exhaustive les migrants», a-t-elle martelé.
En effet, l’objectif 10.7 des ODD fait référence à la nécessité de faciliter une migration sûre, régulière et responsable et appelle à la mise en œuvre de politiques de migration planifiées et bien gérées. Or, a déploré Maria Fernanda Espinosa, ces dernières années, le monde a été témoin de grands mouvements migratoires ayant causé des milliers de morts.
C’est pourquoi il est essentiel d’inclure les migrants dans les politiques et actions visant à élargir l’accès à une éducation de qualité, à la santé, au logement et aux services de base, mais aussi à la construction de sociétés pacifiques et inclusives.
Pour la présidente de l’Assemblée générale, réaliser les ODD, dans tous les pays et régions, permettra de minimiser les facteurs défavorables à l'origine des migrations, et constituera le meilleur outil de prévention des migrations.
A rappeler que l’Assemblée générale de l’ONU avait adopté par une écrasante majorité, le 19 décembre dernier, une résolution endossant le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, baptisé, en vertu de cette résolution, «le Pacte de Marrakech sur la migration».

Vendredi 1 Mars 2019

Lu 598 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com