Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Antonio Guterres se félicite de la coopération exemplaire du Maroc avec la MINURSO

Les réalisations du Royaume en matière de droits de l'Homme au Sahara relevées dans le rapport du Secrétaire général de l'ONU



Dans son dernier rapport sur le Sahara marocain, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’est félicité de la pleine et entière coopération du Maroc avec la MINURSO. Il a ainsi fait part de sa pleine satisfaction au sujet de la coopération avec les Forces Armées Royales, notamment pour l’excellent niveau d’échanges dans le cadre du mécanisme bilatéral de travail et de coordination qui regroupe les FAR et la MINURSO, ce qui a permis de résoudre un nombre important de questions en suspens. Le Secrétaire général a également mis en exergue le soutien significatif apporté par le gouvernement marocain à la MINURSO, citant notamment «la fourniture rapide des résultats des tests Covid-19 pour le personnel de la Mission onusienne», ainsi que « l’accès du personnel onusien aux vols spéciaux », facilitant ainsi grandement les rotations du personnel de la MINURSO. Dans ses recommandations aux membres du Conseil de sécurité, le chef de l’ONU a en outre réitéré sa pleine satisfaction vis-àvis de la coopération entre les autorités marocaines et la MINURSO, rappelant à cet égard qu’il s’était félicité, lors de son dernier rapport, de la pleine coopération des FAR avec la Mission onusienne. Le Secrétaire général des Nations unies a, en outre, mis en exergue les efforts et réalisations du Maroc pour la promotion et la protection des droits de l'Homme et des libertés fondamentales au Sahara marocain. A cet égard, il s’est référé à la lettre qui lui a été adressée par l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies, Omar Hilale, le 14 août 2020, présentant les avancées du Royaume en matière de respect, de promotion et de protection des droits de l’Homme au Sahara marocain. Antonio Guterres a ainsi porté à la connaissance du Conseil de sécurité qu’il a reçu des informations sur «la promotion et la protection quotidiennes des droits de l'Homme et des libertés fondamentales » dans le Sahara marocain, ajoutant qu’il a, également, été saisi «des violations des droits de l’Homme, des libertés fondamentales et du droit international humanitaire dans les camps de Tindouf». Dans sa lettre au Secrétaire général de l'ONU, l’ambassadeur Hilale a, notamment, mis en relief la coopération et l’interaction fructueuses du Maroc avec les mécanismes onusiens des droits de l’Homme, notamment les procédures spéciales du Conseil des droits de l’Homme (CDH) et les Organes de traités des droits de l’Homme. Il a également énuméré les avancées enregistrées au quotidien au Sahara marocain en matière de protection des droits de l'Homme et des libertés fondamentales, soulignant, dans ce cadre, le rôle crucial des commissions régionales du Conseil national des droits de l’Homme à Laâyoune et Dakhla. Dans toutes ses résolutions depuis 2011, le Conseil de sécurité s’est «félicité des mesures et initiatives prises par le Maroc, du rôle joué par les commissions du Conseil national des droits de l’Homme à Dakhla et à Laâyoune et de l’interaction entre le Maroc et les mécanismes relevant des procédures spéciales du Conseil des droits de l’Homme de l’organisation des Nations unies». Dans sa lettre, l’ambassadeur Omar Hilale a présenté la stratégie nationale adoptée par le Maroc, sur Hautes instructions Royales, pour lutter contre la pandémie de Covid-19 et faire face à ses conséquences, sur toute l’étendue du territoire marocain, y compris dans ses provinces du Sud. Dans son dernier rapport au Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l’ONU a, par ailleurs, souligné que la situation au Sahara marocain demeure calme, ce qui dément catégoriquement les allégations fallacieuses des séparatistes sur la situation dans les provinces du Sud du Royaume. Antonio Guterres a également mis en relief les investissements du Maroc dans ses provinces du Sud en citant, notamment, la construction d'un nouveau port à environ 70 kilomètres au Nord de Dakhla. Ainsi, comme en atteste le Secrétaire général de l’ONU, les investissements du Maroc dans son Sahara se poursuivent et se renforcent, particulièrement depuis le lancement par Sa Majesté le Roi Mohammed VI du nouveau modèle de développement des provinces du Sud, en novembre 2015. Les rapports du Secrétaire général citent, depuis 2016, les efforts de développement économique et les projets d’infrastructure du Maroc dans son Sahara. Plusieurs de ces projets ont été constatés de visu, par l’ancien Envoyé personnel du Secrétaire général, Horst Koehler, lors de sa visite dans la région en 2018. Cet essor économique est accompagné par le renforcement et la consécration juridique de la pleine souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud, à travers l’adoption de deux lois actualisant les limites des eaux territoriales du Royaume et y incluant les côtes du Sahara marocain. Ce développement fondamental majeur n’a pas échappé au chef de l’ONU qui l’a mis en relief dans son rapport : "Le 22 janvier, la Chambre des représentants du Maroc a adopté deux lois mettant à jour les limites de ses eaux territoriales et de sa zone économique exclusive qui ont inclu les eaux au large des côtes du Sahara". Le rapport, soumis au Conseil de sécurité en application de la résolution 2494, mentionne également les inaugurations historiques des consulats généraux par dix pays africains dans les villes de Laâyoune et Dakhla. A cet égard, Antonio Guterres a noté qu’«entre le 18 décembre 2019 et le 12 mars 2020, le Burundi, la République centrafricaine, les Comores, la Côte d'Ivoire, Djibouti, le Gabon, la Gambie, la Guinée, le Liberia et São Tomé-et-Principe ont inauguré des consulats généraux à Laâyoune ou Dakhla». En effet, l’ouverture de ces représentations diplomatiques africaines au Sahara marocain est l’illustration de la vision Royale pour faire des provinces du Sud un trait d'union entre le Maroc et son prolongement africain. Elles constituent également la confirmation de la reconnaissance par la communauté internationale, particulièrement les pays africains, de la souveraineté du Maroc sur ses provinces du Sud.

Libé
Lundi 5 Octobre 2020

Lu 433 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Juin 2021 - 22:46 Le gazoduc maroco-nigérian sur la bonne voie




Flux RSS