Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Alfonso Dastis : Le Maroc peut compter sur l'Espagne en tant qu’ami au sein de l'UE

Nasser Bourita loue le rôle constructif de Madrid dans la recherche d'une solution politique au Sahara




Le Maroc peut compter sur l’Espagne en tant que partenaire et ami au sein de l'Union européenne, a déclaré mercredi à Rabat, le ministre espagnol des Affaires étrangères, Alfonso Dastis.
«Il est clair que le Maroc est pour l'UE un partenaire fondamental» et « le Royaume sait qu'il peut compter sur l'Espagne pour aider à l'établissement d’un cadre privilégié avec l’UE», a indiqué le chef de la diplomatie espagnole lors d’un point de presse avec son homologue marocain, Nasser Bourita.
Qualifiant le partenariat et la coopération entre Rabat et Madrid de «modèle» pour les autres pays, Alfonso Dastis a souligné que les deux pays ont réussi à établir un cadre empreint de confiance et de dialogue.
S'agissant de son déplacement dans le Royaume, le ministre espagnol a indiqué qu'il vise à donner une visibilité du niveau excellent des relations entre les deux pays. Il s'agit aussi de passer en revue «nos relations bilatérales et régionales et notre coopération avec l’UE», a-t-il dit.
Evoquant les relations économiques entre les deux pays, il a souligné que l’Espagne est le premier partenaire commercial du Maroc, qui est aussi un partenaire commercial important pour l’Espagne en dehors de l’UE, mettant en avant l’importance d’améliorer l’aspect relatif aux investissements espagnols dans le Royaume.
Les entreprises espagnoles sont appelées à venir au Maroc pour tirer profit non seulement du marché marocain mais aussi des possibilités qu'ouvre ce marché dans tout le continent africain. ''Cette question constitue pour nous un véritable défi à l'avenir», a--t-il indiqué.
Lors des entretiens avec Nasser Bourita, «nous avons évoqué la possibilité de partager et de mettre en commun nos atouts aussi bien pour l’Afrique que pour l’Amérique latine pour développer des synergies que nos deux pays peuvent mettre en œuvre», a indiqué le ministre espagnol.
Alfonso Dastis s’est, par ailleurs, félicité de la coopération «excellente» entre Rabat et Madrid en matière de lutte contre l’immigration illégale, ainsi que de la contribution des Marocains résidant en Espagne, à la prospérité des régions où ils sont installés.
La question du Sahara a été également évoquée par les deux ministres lors de leurs entretiens. A ce sujet, le chef de la diplomatie espagnole a réitéré la position de son pays favorable à une solution durable dans le cadre de l’ONU.
Intervenant lors de cette même conférence de presse, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, a salué mercredi le rôle «constructif» joué par l’Espagne dans la recherche d'une solution politique à la question du Sahara.
Il a indiqué à cette occasion que la question du Sahara marocain a été abordée lors de cette entrevue «à la lumière de la dernière résolution du Conseil de sécurité de l’ONU et du rôle constructif joué par l’Espagne en tant que membre du groupe des amis du Sahara dans l’élaboration et la défense de cette résolution».
En réponse à une question en rapport avec ce dossier, le ministre a souligné que la seule initiative sur la table est le plan marocain d’autonomie, notant que «malheureusement, le schéma du processus politique n’a pas permis que cette initiative considérée comme sérieuse et crédible par le Conseil de sécurité puisse être discutée, expliquée et examinée dans le cadre du processus politique».
«C’est pour cela que le Maroc insiste pour que le tour de table du processus reflète les véritables acteurs pour que le processus puisse être fructueux», a poursuivi le ministre, faisant savoir que «nous avons essayé un schéma ancien qui n’a pas donné de résultats, non pas parce que ce qu’il y a sur la table n’est pas attrayant, mais parce que ceux qui sont autour de la table ne sont pas les véritables acteurs».
Le chef de la diplomatie marocaine a, en outre, rappelé que Rabat et Madrid entretiennent une coopération «exemplaire» en matière de lutte contre la migration clandestine et le terrorisme.
La coopération entre les services de sécurité et les ministères de l’Intérieur des deux pays constitue «un modèle de coopération interrégionale», a-t-il relevé.
Le responsable a rappelé la réunion du processus de Rabat initiée avec l’Espagne et celle des Nations unies que le Royaume du Maroc abritera en décembre prochain visant à adopter le Pacte mondial sur les migrations.
Il a, à cet égard, mis en avant les efforts déployés par le Maroc en la matière, notamment le lancement des opérations de régularisation de migrants, appelant les partenaires du Royaume, notamment l’UE, à s’impliquer davantage dans ce processus d’intégration des migrants qui a besoin d’un partenariat solide avec l’Europe.
Il a ajouté que ses entretiens avec son homologue espagnol ont été également l’occasion d’identifier d’autres actions et initiatives afin de renforcer cette relation bilatérale et préparer des échéances importantes à venir, que ce soit au niveau des échanges de visites ou de la réunion de haut niveau maroco-espagnole qui devrait se tenir très prochainement.
La visite importante d’Alfonso Dastis au Maroc vient marquer le caractère fort, serein et positif de la relation bilatérale entre les deux Royaumes, une relation construite sur l’amitié, le bon voisinage, a relevé Nasser  Bourita.
Elle est aussi construite sur une compréhension des enjeux qui sont liés à cette relation importante pour les deux pays ainsi que pour leurs régions européenne et africaine, a-t-il dit.
Le forum parlementaire tenu récemment à Madrid a été « une réussite «, et a montré qu’en plus des acteurs économiques et diplomatiques, les acteurs parlementaires s’inscrivent dans cette dynamique positive de la relation bilatérale, a fait savoir le ministre.
Les entretiens avec le chef de la diplomatie espagnole ont permis aussi de constater cette tendance ascendante de la relation bilatérale portée par une relation forte entre les deux familles Royales, entre les deux Souverains et une concertation politique régulière ainsi que par une coopération économique très fructueuse, a-t-il affirmé.
A cet égard, Nasser Bourita a rappelé que l’Espagne demeure le premier partenaire commercial du Maroc avec plus 800 entreprises espagnoles installées dans le Royaume, notant que 33% des investissements espagnols en Afrique sont concentrés au Maroc.
Evoquant, par ailleurs, les relations du Maroc avec l’Union européenne (UE), le ministre a relevé que ces entretiens ont été l’occasion pour saluer le rôle constructif et positif de l’Espagne pour le renforcement du partenariat Maroc-UE et pour ériger ce partenariat en modèle des relations euro-méditerranéennes.

Vendredi 18 Mai 2018

Lu 987 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés