Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Adoption de projets de loi sur les établissements de crédit et la CCG

Le Conseil de gouvernement suit un exposé sur les mesures prises pour sécuriser l'approvisionnement en eau




Adoption de projets de loi sur les établissements de crédit et la CCG
 Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi, a adopté un projet de loi n°44.20 modifiant et complétant la loi 103.12 relative aux établissements de crédit et organismes assimilés, a indiqué le ministre de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi.
Présenté par le ministre chargé de l'Administration de la défense nationale à la place du minsitre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration, ce projet de loi vise à porter des amendements aux articles 11, 19 et 61 de la loi 103.12 promulguée par le Dahir n°1-14-193 du 1er Rabii I 1436 (24 décembre 2014), a fait savoir le porte-parole lors d'un point de presse.
Le Conseil de gouvernement a ainsi adopté ce projet de loi qui vise essentiellement à réformer le cadre juridique de la CCG afin de pouvoir accompagner, d'une manière durable et sécurisée, les stratégies et politiques publiques en matière de facilitation de l'accès au financement, en particulier aux très petites, petites et moyennes entreprises (TPME), ainsi qu'aux établissements et entreprises publics (EEP) et aux autres catégories ciblées par l'Etat.
Selon le porte-parole du gouvernement, les dispositions dudit projet de loi portent sur la transformation de la forme juridique de la CCG d'un établissement public à une société anonyme via la création d'un cadre juridique qui permettra d'introduire les meilleures pratiques en termes de transparence, de gouvernance et de responsabilité.
Il s'agit aussi d'élargir les missions de la Caisse, de revoir et redéfinir ses objectifs pour exécuter et accompagner les politiques publiques visant la facilitation de l'accès au financement aux entreprises et catégories ciblées, a précisé le ministre. Et de soutenir que ledit projet de loi prévoit aussi la gestion de cette société par un conseil d'administration présidé par le ministre des Finances et composé de membres indépendants, le renforcement de la sécurité financière du système de garantie à travers l'intégration des caisses gérées par la CCG dans le bilan financier de la société.
Il est également question de mettre en place un nouveau cadre contractuel entre l'Etat et ladite société pour identifier les priorités de cette dernière et celles des parties bénéficiaires de l'appui, ainsi que les objectifs et le cadre de suivi, de l'évaluation et les sources de financement, a-t-il ajouté.
Le Conseil de gouvernement a également suivi un exposé présenté par Abdelkader Amara, ministre de l'Equipement, du Transport, de la Logistique et de l'Eau sur les mesures prises pour sécuriser l'approvisionnement en eau.
Au début de sa présentation, le ministre a évoqué l'évolution de la situation de l'eau dans notre pays au cours de cette année, marquée par une pénurie des précipitations et des apports d'eau qui s'est répercutée négativement sur les réserves d'eau dans les barrages du Royaume.
Le ministre a évoqué par la suite le Programme national d'eau potable et d'irrigation 2020-2027, dont la convention-cadre pour sa mise en œuvre a été signée sous la présidence de Sa Majesté le Roi Mohammed VI le lundi 13 janvier 2020 avec une enveloppe budgétaire de 115,4 milliards de dirhams.  Le Programme est articulé autour de cinq axes principaux, à savoir l'amélioration de l'offre hydrique, principalement par le biais de barrages, la gestion de la demande et valorisation de l'eau, le renforcement de l'approvisionnement en eau potable en milieu rural, la réutilisation des eaux usées traitées, et la communication et la sensibilisation.
Dans le cadre de la planification de l'eau à moyen et long termes, précise le ministre, le programme national d'eau et d'irrigation a été élaboré en application des Hautes orientations Royales ainsi qu'en application des dispositions de la loi 15-36 relative à l'eau, qui oblige notre pays à adopter un plan national de l'eau s'étalant sur 30 ans.
Le coût du programme national de l'eau 2020-2050, qui a été présenté et examiné lors des travaux de la commission ministérielle de l'eau, est estimé à environ 383 milliards de dirhams au cours des trente prochaines années, a indiqué M. Amara, ajoutant que les orientations stratégiques de ce programme portent notamment sur la poursuite et l'amélioration de l'offre hydrique, la gestion optimale de la demande en eau ainsi que la protection des ressources hydriques, des systèmes écologiques et la gestion des phénomènes naturels extrêmes. En outre, le ministre a présenté les mesures urgentes destinées principalement au raccordement aux réseaux d'approvisionnement en eau potable des villes d'Agadir, Tanger, Targuist et Casablanca.
Concernant l'état d'avancement des travaux au niveau des grands barrages, le ministre a annoncé que les chantiers de cinq grands barrages ont été achevés avec un coût global de 5914 millions de dirhams, à savoir le barrage Dar Kharoufa (Larache), le barrage Charif Al-Idrissi (Tétouan), le barrage de Tamlout (Midelt), le barrage de Timaqit (Errachidia) et le barrage Ouljat Soltane (Khémisset), assurant que les travaux de construction de 14 autres grands barrages se poursuivent avec un investissement de 16 milliards de dirhams.
Dans le cadre de la mise en oeuvre du Programme national d'approvisionnement en eau potable et en eau d'irrigation 2020-2027, des appels à projets seront lancés concernant la construction de cinq barrages au cours de l'année en cours, à savoir le barrage Koudyat El Berna (Sidi Kassem), les projets d'élévation des barrages Mohammed V (Taourirt) et Mokhtar Soussi (Taroudant), le barrage Routba (Taounate) et le barrage Bni Azzimane (province de Driouech), avec un coût estimé à 6700 millions de dirhams et une capacité de stockage de 2257 millions de mètres cubes, tandis que 14 barrages seront construits au cours de la période 2021-2027 pour un coût estimé à 15 milliards de dirhams, a poursuivi le ministre.
Une fois les travaux de ces barrages achevés, la capacité de stockage en eau au Maroc devrait atteindre 27 milliards de mètres cubes, a indiqué Abdelkader Amara.

​Félicitations à S.M le Roi suite à la réussite de S.A.R le Prince Héritier

Le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a présenté, en son nom propre et en celui de tous les membres de l'Exécutif, ses chaleureuses félicitations à Sa Majesté le Roi Mohammed VI et à tous les membres de la Famille Royale, à l'occasion de l'obtention par Son Altesse Royale le Prince Héritier Moulay El Hassan du baccalauréat au titre de la session 2020, avec mention "très bien".
Il a tenu, au début des travaux du Conseil du gouvernement, à exprimer, "en son nom propre et en celui de l’ensemble des membres du gouvernement, ses chaleureuses félicitations à Sa Majesté le Roi Mohammed VI et à tous les membres de l’illustre Famille Royale, à l'occasion de l'obtention avec brio par le bien aimé Son Altesse Royale le Prince Héritier Moulay El Hassan du baccalauréat au titre de la session 2020, exprimant ses vœux de davantage de réussite et de succès pour Son Altesse Royale dans son parcours scientifique et universitaire", a indiqué le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi dans un communiqué lu lors d’un point de presse à l’issue de la réunion du Conseil.
Le chef du gouvernement a, par la même occasion, félicité tous les élèves qui ont passé le baccalauréat et leur a souhaité pleine réussite, faisant observer que "malgré les conditions liées à la pandémie, la session 2020 a été couronnée de succès au niveau organisationnel, à travers le respect des différentes normes de santé et des précautions et mesures nécessaires en la matière".
Il a, par ailleurs, salué les efforts de toutes les équipes pédagogiques, administratives, sanitaires et sécuritaires, entre autres, qui ont contribué au succès de cette grande opération, y voyant "un nouveau succès pour notre pays dans la lutte contre les répercussions de la pandémie".
Le nombre de candidats lors de la session ordinaire de l’examen national unifié du baccalauréat au titre de 2020 a atteint 441.238, pour 318.917 scolarisés, dont 282.048 dans le secteur public (64% du total) et 36.869 candidats issus de l’enseignement privé (8%).

Saad Dine El Otmani : Le PLFR a répondu aux propositions des forces politiques, sociales et professionnelles

Le projet de loi de Finances rectificative (PLFR) a répondu à nombre d'aspirations et de propositions formulées par diverses forces politiques, sociales et professionnelles lors des réunions consultatives tenues en présence des ministres concernés, a indiqué le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani.
Selon lui, "le gouvernement a reçu 23 notes portant sur des propositions, dont certaines ont été incluses dans le projet de loi de Finances rectificative, et d'autres seront prises en compte soit dans d'autres projets de loi, soit dans des projets de décrets ou dans le cadre de mesures et procédures qui seront prises tout au long de la prochaine phase de lutte contre les répercussions négatives de la pandémie du Covid-19, s'étendant sur un ou deux ans", a relevé Saaid Amzazi dans un communiqué.
Le chef du gouvernement a également affirmé qu'au cours des trois derniers jours, plusieurs réunions ont été organisées avec la Confédération générale des entreprises du Maroc et les centrales syndicales les plus représentatives, remerciant ces dernières "pour leur solidarité et leur sens de haute responsabilité nationale".
Dans ce sillage, il a souligné qu'il a été convenu d'organiser un nouveau round de dialogue social et d’examiner les points liés à la préservation de l'emploi et au soutien à l'entrepreneuriat dans les différents secteurs productifs, indiquant que "l'objectif est de parvenir à une solution qui répond à l'intérêt de tous". Et d’ajouter que "notre pays, qui, comme tout le monde en a attesté, est parvenu, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu Le protège, à prendre un train de mesures proactives pour soutenir l'entreprise, les employés et les ouvriers, tout comme les professions libérales et le secteur informel, ce qui permettra à notre pays de sortir la tête haute de la crise, de donner un nouvel élan à l’économie, de relancer l'entreprise nationale pour produire de la richesse et de préserver l’emploi".
D'autre part, Saad Dine El Otmani a mis en avant le dynamisme qui a caractérisé la dernière période, marquée par l'élaboration du projet de loi de Finances rectificative, qui est la première du genre sous la Constitution de 2011, et qui n'a plus été adoptée dans notre pays depuis plus de deux décennies, rappelant que les orientations générales du texte ont été présentées au Conseil des ministres, présidé par S.M le Roi.

Samedi 11 Juillet 2020

Lu 1104 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif