Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Première enquête nationale de séroprévalence au Maroc

Journée mondiale contre l'hépatite virale


Le ministère de la Santé a annoncé avoir mené la première enquête nationale de séroprévalence des hépatites virales avec l’appui de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’UNICEF.

Dans un communiqué à l'occasion de la 10ème Journée mondiale contre l’hépatite virale (28 juillet), sous le thème "L’hépatite ne peut plus attendre", le ministère souligne que cette enquête intervient conformément au plan stratégique national de lutte contre les hépatites virales et dans le but de fournir des données épidémiologiques fiables à même d’orienter les interventions de lutte contre ces infections.

 Plus de 12.000 personnes âgées de cinq ans et plus et appartenant à 4.575 ménages, ont participé à cette enquête, précise le ministère, faisant savoir que les résultats de cette étude seront communiqués avant la fin de l’année 2021.

Citant l’OMS, le communiqué relève qu'un total de 325 millions de personnes seraient atteintes d’hépatite virale B (HVB) ou C (HVC) de par le monde, causant près de 1,1 million de décès par an.

Au Maroc, la prévalence des hépatites virales en population générale est estimée à 2,5% pour l’HVB et 1,2% pour l’HVC, selon l’OMS, affirme-t-on, notant que des études limitées à certains groupes vulnérables avaient rapporté des prévalences plus élevées, notamment chez les hémodialysés, les injecteurs de drogues et les personnes vivant avec le VIH.

En outre, la fabrication locale et la commercialisation des nouvelles molécules antivirales pour la prise en charge de l’HVC au Maroc traduisent l’engagement ferme du ministère de la Santé à assurer la disponibilité des molécules thérapeutiques les plus sécuritaires et les plus efficaces avec un prix abordable, assure le communiqué.

 Le ministère de la Santé affirme, par la même occasion, qu'il a pour objectif d’atteindre l’élimination de l’HVC chez les groupes les plus vulnérables d’ici 2023 et son élimination en population générale à l’horizon 2030, conformément aux objectifs de développement durable.

Libé
Vendredi 30 Juillet 2021

Lu 198 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS