Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Plaidoyer pour un programme de dépistage de la surdité chez les petits enfants et les nouveau-nés




L’enseignant-chercheur à la Faculté de médecine et de pharmacie à Marrakech et chef du service d'ORL au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Mohammed VI de Marrakech, Abdelaziz Raji, a plaidé, mercredi à Marrakech, pour la mise en place d’un programme de dépistage de la surdité chez les petits enfants et les nouveau-nés pour pouvoir leur apporter de l’aide par des prothèses auditives et l’implant cochléaire.
A cet effet, l’enseignant-chercheur a souligné que grâce au financement de la région Marrakech-Safi, en collaboration avec le service d’ORL du CHU de Marrakech et sous l’égide du ministère de la Santé, un projet de dépistage va être implémenté, dès 2018, chez les nouveau-nés au sein des maternités et dans les écoles primaires.
Pour déployer ce programme au niveau national, a-t-il noté, des moyens supplémentaires seraient nécessaires pour élargir l’efficacité de ce dépistage.
De son côté, le professeur et chercheur au Collège de France et à l'Institut Pasteur de Paris, Christine Petit, a mis l’accent sur l’importance de cette rencontre scientifique qui réunit, pour la première fois au niveau international, les chercheurs et les cliniciens qui s’intéressent aux atteintes auditives tout en essayant de développer les nouveaux traitements et les nouvelles thérapies visant à pallier cette pathologie de surdité, notamment la thérapie génique et la thérapie à base de cellule souche.
Dans ce cadre, elle a appelé à une mobilisation totale de la communauté internationale en faveur d’un diagnostic moléculaire et l’étude des gènes des enfants atteints de surdité.
Organisé par le Collège marocain des enseignants-chercheurs en ORL et en chirurgie cervico-faciale (CEMORL) et l’Institut Pasteur de Paris, et avec le soutien de la Fondation Pour l’Audition, ce symposium international, qui est le premier du genre, traite une innovation de la recherche en matière des thérapies de l’oreille interne, particulièrement, la thérapie génique et cellulaire. Cette rencontre scientifique rassemble 220 participants.

Vendredi 3 Novembre 2017

Lu 790 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés