Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les thèses fallacieuses du Polisario mises à nu devant l’ONU




Les efforts de développement économique et social et de promotion des droits de l'Homme déployés dans les provinces du Sud du Maroc au bénéfice des populations locales apportent un démenti cinglant aux thèses fallacieuses du Polisario, ont affirmé, jeudi à New York, des experts chiliens devant la 4ème Commission de l'Assemblée générale des Nations unies.
A force d'arguments juridiques et historiques et de faits réels sur le terrain exposés devant les membres de la commission, l'analyste politique chilien, Andres Grimblatt, a souligné que «le Maroc a clairement démontré par les faits que le Sahara marocain est une région comme les autres, qui participe à l'effort de développement du pays et qui bénéficie de la croissance économique, sociale et culturelle que le Royaume a connue depuis plusieurs années».
Il a, à ce propos, relevé que le discours séparatiste ne tient pas debout devant les faits, les chiffres et les témoignages des populations locales qui démontrent le développement de ces provinces marocaines, aussi bien au niveau des infrastructures qu'au niveau de l'éducation, la santé et la qualité de vie et démentent de manière forte ce discours fallacieux.
Pour le chercheur au Centre d'études du Maghreb pour les Amériques, accuser le Maroc de piller les ressources naturelles de son Sahara paraît plus une stratégie à attiser les braises du terrorisme qu'à trouver une véritable solution au conflit, comme ce que propose le Royaume, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, dans le cadre du plan marocain d'autonomie, qui est à même d'offrir une meilleure vie à ces citoyens dans la paix et la prospérité.
De son côté, l'ancien président du parti socialiste chilien, Juan Carlos Moraga Duque, a répondu aux allégations fallacieuses de certains relais du Polisario au sujet de l'Instance équité et réconciliation (IER), en passant en revue l'expérience marocaine pionnière dans la région en matière de justice transitionnelle et de promotion des droits de l'Homme.
Pour cet ancien prisonnier politique sous le régime d'Augusto Pinochet, l'IER était la première du genre dans le monde arabe, qui a su s'ériger en véritable modèle de justice transitionnelle dans le monde, de par son sérieux et l'efficacité de son travail.
L'expert et militant chilien a saisi cette opportunité pour interpeller le groupe d'avocats espagnols dépêché pour participer aux travaux de la 4ème Commission par une organisation pro-séparatiste, rappelant que ces mêmes personnes sont elles-mêmes complices des violations graves des droits de l'Homme, commises par le Polisario dans les camps de Tindouf.

Samedi 13 Octobre 2018

Lu 756 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés