Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fortunes diverses pour le WAC et le DHJ en Ligue des champions : Cinq minutes charnière




Cinq petites minutes, c’est en ce laps de temps que les résultats des clubs marocains ont été scellés en cette soirée comptant pour la seconde journée de la Ligue des champions. Une fourchette idyllique pour le Wydad de Casablanca, qui en a profité pour construire un précieux succès (3-0), et cauchemardesque pour le DHJ qui, lui, a sombré (0-2), au stade El Abdi,  devant son public.

Le DHJ déchante…
L’amère défaite des hommes du technicien marocain Talib rappelle une réalité : rater trop d’occasions à ce niveau de la compétition est forcément suivi d’une punition. Pourtant, rien ne présageait un tel scénario.
Leur première mi-temps pleine, les a vu maîtriser le TP Mazembe, uniquement dangereux sur coups de pied arrêtés. Une domination néanmoins stérile, symbolisée par une flopée d’occasions. L’ouverture du score leur aura échappé plus d’une fois, principalement par manque de précision, en l’occurrence sur un tir de Nanah (7’) à l’entrée de la surface de réparation. Ce dernier, positionné à la pointe du 4-4-2 en losange, derrière les ailiers habituels, M’souva et Nanah, qui ont occupé les postes d’avant-centre, a été de tous les bons coups.    
Des bons coups, les Jdidis en ont eu à jouer dès l’entame du second acte. Mais c’était sans compter sur les approximations de Nanah (47’) à deux mètres des cages adverses, puis moins de deux minutes plus tard, lorsque M’souva a dévissé son tir, en très bonne position, seul face au portier congolais.
Puis, tout bascula pour le DHJ. La confiance construite sur près de 50 minutes s’est évanouie en un instant. Moins de cinq minutes exactement. Le DHJ a été submergé par une effrayante fébrilité, provoquée par le changement tactique des Congolais. Un temps enlisés dans l’axe du terrain, ils avaient enfin décidé d’exploiter le talent d’Achille du milieu en losange du Difaâ, les couloirs. Une inspiration bien récompensée par deux buts signés Malengo (52’) et Sissoko (55’). Un double coup de massue dont les Marocains ne s’en sont pas relevés, malgré deux belles occasions en épilogue d’un match que le coach Talib aura parfaitement résumé en conférence de presse d’après-match : « On a tablé sur une animation qui devait bloquer notre adversaire », indiqua-t-il dans un premier temps. « Cela a marché pendant plus de 60 minutes où on a eu beaucoup d’occasions pour concrétiser. Malheureusement, par manque d’expérience, on est passé à côté. Finalement, on a commis deux fautes banales qu’on a payées cash", a-t-il ajouté.
Espérons qu’il ne s’en morde pas les doigts, alors, qu’aujourd’hui, son équipe se retrouve à cinq points de son bourreau, le TPM, qui creuse l’écart en tête du groupe B, talonné de près par le MC Alger, qui s’est imposé sur la pelouse de Sétif (0-1) dans les ultimes instants d’un duel fratricide intense mais avare en occasions.

…Et le WAC triomphe
Dans une manière de garder le meilleur pour la fin, le WAC, tenant du titre, a lui aussi connu cinq minutes de folie. Elles lui ont permis de s’imposer largement (3-0), au Complexe Mohammed V, face à l’AS Togo Port de Lomé. Plus prompts, plus concentrés et plus agressifs, les poulains de Benzarti ont réussi à estoquer et réduire à néant, dès l’entame du match, toutes les illusions adverses, en s’appuyant sur une ligne de récupération très haute, résultat d’un pressing asphyxiant, et surtout grâce à l’entremise de Mohamed Ounajem (2’), puis Naim Aarab (4’). Ainsi, avant même d’atteindre le premier quart d’heure, l’affaire était pliée. Certes les courageux Togolais se sont jetés corps et âme dans une bataille perdue d’avance, car désordonnés et dépourvus de grandes individualités. Résultat ? Nous avons assisté à une rencontre totalement décousue et ouverte, où la rigueur tactique n’avait plus sa place. Benzarti, conscient plus que jamais que rien n’est joué jusqu’au coup de sifflet final, continuait à exhorter ses joueurs d’attaquer. Une consigne parfaitement appliquée mais qui a souffert des imprécisions techniques de ses avants, au moment du dernier geste. D’ailleurs, c’est bien un autre défenseur, Nahiri, très intéressant dans l’axe gauche de la charnière centrale, qui a alourdi le score à l’heure de jeu (57’) et permis à son club de prendre la tête du groupe C avec quatre points, en attendant l’autre rencontre qui opposera dans une semaine l'AC Horoya au Mamelodi Sundowns.
Trois points, éminemment importants dans l’optique de sortir premier de cette phase de poules, et dont le contenu a satisfait le placide coach tunisien : « Malgré les différents forfaits de joueurs enregistrés, a-t-il pointé, nous avons maîtrisé le match de bout en bout. D’ailleurs, je tiens à féliciter mes joueurs pour ce match abouti, et notamment ceux qui ont remplacé les habituels titulaires. En vérité, je n’ai ressenti aucune différence ».

Chady Chaabi
Jeudi 17 Mai 2018

Lu 577 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés