Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​L’ONU-femmes promeut la sécurité dans les transports urbains de Marrakech




​L’ONU-femmes promeut la sécurité dans les transports urbains de Marrakech
L'ONU Femmes, entité onusienne pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, et la société ALSA, concessionnaire du transport public à Marrakech, ont signé, lundi, une convention qui vise à améliorer la sécurité des femmes et des filles dans les transports publics dans la cité ocre.
Ce partenariat, indique l’agence MAP, vise à améliorer la sécurité des femmes et des filles dans les transports publics à travers la sensibilisation des chauffeurs de bus aux violences faites aux femmes et aux filles dans le cadre de leur formation initiale et continue, ainsi que l'initiation d'actions de communication sur ce phénomène auprès des usagers des bus.
Cette convention, signée par la représentante de “ONU-Femmes Maroc”, Leila Rhioui et le directeur général d’ALSA-Maroc, Alberto Pérez, s'inscrit dans le cadre de l'initiative « Marrakech ville sûre et amie de tous», lancée en 2012 par l'organisation onusienne.
Intervenant à cette occasion, M. Perez a souligné que cette initiative s'inscrit dans la volonté de sa société d'améliorer les conditions de sécurité des femmes dans les transports publics en leur garantissant le droit inaliénable de se déplacer en liberté et dans la quiétude.
Cette initiative vise à lutter contre toutes les formes de harcèlement à l'encontre des femmes et des filles dans les transports publics à travers plusieurs actions, notamment la formation des chauffeurs pour faire face à ces pratiques et des campagnes de sensibilisation par divers supports à bord des bus de transport public de la société.
Pour sa part, Mme Rhioui a évoqué les actions menées par l'organisation onusienne pour l'égalité des sexes dans tous les domaines, affirmant que le volet de la lutte contre les violences faites aux femmes revêt une importance particulière dans cette mission menée à travers le monde.
Les statistiques révèlent que deux femmes sur trois (62,9 %) sont victimes de différentes formes de violences et que le phénomène est plus répandu en milieu urbain (67,5 %). Une femme sur quatre subit dans les espaces publics différentes formes de violences morales et psychiques, particulièrement en milieu urbain, a-t-elle dit.
Assurer la sécurité et la quiétude des femmes dans les transports publics, lieu de prédilection des différentes formes de harcèlement, est une entreprise de grande importance et une condition nécessaire pour des « villes sûres et amies» .
Un réseau de transports publics sécurisé est, en effet, une condition préalable à l'exercice, par les femmes et les filles, de leur droit à la liberté, à la mobilité et à l'usage de la ville et de ses espaces publics sans restrictions, souligne ONU-femmes.
La mise en œuvre de ces actions de sensibilisation s'inscrit dans le cadre de l'initiative « Des villes sûres, sans violence à l'égard des femmes et des filles» , lancée en 2008 par ONU Femmes au niveau mondial afin de lutter contre les violences faites aux femmes et aux filles dans les lieux publics.
Autre programme initié par la société délégataire du transport urbain à Marrakech : la mise à niveau de ses conducteurs dans son centre de formation homologué par le ministère des Transports.
Ce centre a été créé pour former les conducteurs professionnels, conformément aux dispositions inscrites dans le décret ministériel n ° 2713 du 23 décembre 2010.
Equipé d'un simulateur, il permet aux chauffeurs d’effectuer des séances d'essais en vue d’améliorer leurs aptitudes et leurs compétences dans la conduite.
Selon le directeur général d’Alsa Maroc, la compagnie dispose d’un plan stratégique spécialisé dans la formation comme moyen de développement et d'amélioration du secteur du transport de passagers, et ce à travers la qualification de ses professionnels et l’amélioration de leurs compétences techniques. En 2014, 4659 chauffeurs ont ainsi participé à des cours de formation totalisant 7541 heures de formation. Ainsi, 3786 heures ont été spécifiquement dédiées à la mise en œuvre et à l’amélioration des procédures de sécurité, et 2192 ont été destinées à la formation dans la conduite efficace de nouveaux chauffeurs.

Mercredi 25 Mars 2015

Lu 509 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés