Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Un homme se tue en s'immolant par le feu en plein Tunis


Un homme se tue en s'immolant par le feu en plein Tunis

Un homme a succombé à ses blessures samedi après s'être immolé par le feu en plein centre-ville de Tunis, un geste qui rappelle celui du travailleur précaire tunisien qui fut le déclencheur de la révolution de 2011.


Un homme de 35 ans "s'est immolé par le feu sur l'avenue Habib Bourguiba, il a des brûlures au troisième degré et on l'a transféré rapidement à l'hôpital pour grands brûlés", avait indiqué la Protection civile à l'AFP.


En soirée, les médias locaux dont la télévision d'Etat ont indiqué que l'homme avait succombé aux nombreuses blessures subies, précisant que les motivations de son acte n'étaient pas connues.


Le porte-parole de de la Protection civile, Moez Tria, avait précédemment indiqué qu'il souffrait de "brûlures sur tout le corps". Il avait été transporté pour grands brûlés à l'hôpital de Ben Arous, à Tunis.


Selon un témoin interrogé par l'AFP sous couvert d'anonymat, l'homme est arrivé en début d'après-midi sur l'avenue qui traverse le centre de Tunis, accompagné d'un autre, plus jeune. 
Ils ont tenté d'attirer l'attention de journalistes qui se trouvaient là et le plus âgé a ensuite sorti une bouteille remplie d'un produit inflammable, s'en est aspergé et y a mis le feu avec un briquet, selon ce témoin.


Des passants ont tenté de s'emparer du briquet mais l'homme s'est mis à courir au milieu des terrasses de cafés très fréquentées. Il a été secouru par des personnes qui ont essayé d'éteindre le feu avec les moyens du bord, avant l'intervention des pompiers.


Ce geste fait écho à celui de Mohamed Bouazizi, le vendeur ambulant de 26 ans qui s'était immolé par le feu le 17 décembre 2010, déclenchant la révolution tunisienne ayant mis fin au règne du président Zine el Abidine Ben Ali, coup d'envoi aux révoltes des Printemps arabe dans d'autres pays de la région.


Samedi dernier, Neji Hefiane, un jeune homme de 26 ans blessé lors de la Révolution de 2011, est mort après s'être immolé par le feu deux jours plus tôt sous les yeux de sa famille dans une banlieue populaire de Tunis, a annoncé à l'AFP sa famille lundi. Sans travail, il avait en théorie droit à une indemnisation et divers avantages en tant que "blessé" de la révolution.


Libé
Dimanche 12 Septembre 2021

Lu 390 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS