Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nice champion d'automne




"Il reste beaucoup de chemin à faire. Champion d'automne, ça ne s'inscrit pas dans le palmarès"... Le gardien Yoan Cardinale résume parfaitement l'équation: son équipe de Nice, en tête avant la trêve, a complètement bousculé la hiérarchie en Ligue 1, mais peut-elle tenir jusqu'au bout et rêver du titre de champion ?

Balotelli et les jeunes loups   
Nice peut compter sur son savant dosage entre stars expérimentées et jeunes pépites. Sur le devant de la scène, "Super Mario Balotelli", comme le présente en hurlant le speaker de l'Allianz Riviera. L'attaquant italien de 26 ans a inscrit 8 buts en 8 apparitions en championnat. En défense, le Brésilien Dante, ancien du Bayern Munich notamment, est le véritable taulier du haut de ses 33 ans. Chez les jeunes, Alassane Plea (23 ans) en est déjà à 10 buts en L1. Wylan Cyprien (21 ans) est une des sensations de la saison au milieu, aux côtés de l'Ivoirien Jean-Michaël Séri, meilleur passeur du championnat qui confirme sa bonne dernière saison. Sans compter ceux formés au club comme le benjamin Malang Sarr (17 ans).

Concentrés sur la Ligue 1
Nice champion? "Sans blessure, sans Coupe d'Europe, sans Coupe de la Ligue, pourquoi pas?", répond à l'AFP l'ex-entraîneur de Marseille et Montpellier Rolland Courbis. Les Niçois sont sortis par la petite porte en Europa League. En Coupe de la Ligue, ils ont été éliminés par Bordeaux la semaine dernière (3-2). Il ne leur reste plus que la Coupe de France, et surtout la Ligue 1. Ils vont bénéficier de cadences plus tranquilles que leurs deux principaux concurrents, Monaco et PSG, qualifiés pour les 8e de finale de Ligue des champions et toujours en lice en Coupe de la Ligue.
Les errements de Paris 
"Nice me fait quand même penser à ce que j'ai vu l'an passé à Leicester. Il y a du dynamisme, de la fraîcheur, une bonne assise technique, des joueurs cadres. On sent que Nice a franchi un palier". Le compliment vient de Pascal Dupraz, l'entraîneur de Toulouse, après la défaite de son équipe contre les Aiglons (3-0) début décembre. La comparaison avec le club anglais fait florès ces dernières semaines. Pour décrocher son titre surprise la saison dernière, Leicester a aussi bénéficié de la faillite des grosses écuries du championnat anglais. Nice profite de son côté des premiers mois compliqués du PSG d'Unai Emery et ses quatre défaites en championnat, du jamais vu sous l'ère qatarie. Les Niçois n'ont perdu qu'une fois, à Caen (1-0), et ont su arracher la victoire dans des scénarios parfois délicats, grâce à ce petit brin de réussite qui fait les champions.
Un effectif un peu court  
"Il va y avoir deux départs importants à la CAN (Coupe d'Afrique des nations, du 14 janvier au 5 février), Younès Belhanda et Jean-Michaël Seri", prévient Courbis. Il faut aussi que Balotelli fasse une saison régulière, "ce qu'il n'a pas l'habitude de faire", ajoute le technicien. Plusieurs joueurs sont à l'infirmerie comme Valentin Eysseric (genou), Dalbert (épaule), R. Pereira (cuisse), Paul Baysse (tendon)... et Dante doit passer des examens médicaux (genou). L'entraîneur Lucien Favre est d'ailleurs sorti de sa pondération habituelle dimanche pour fustiger le calendrier chargé depuis le 20 novembre. "On est au bord de la rupture. Je ne sais pas qui organise ça mais 10 matches en 31 jours, c'est trop. C'est ingérable".

Trop haut trop tôt
Lors de son épopée 2011-2012, Montpellier était 2e à la trêve avec 37 points, à trois longueurs du PSG. Nice a lui frappé fort d'entrée et est déjà très attendu. "Le pire serait de nous croire arrivés quelque part", a prévenu le président du club Jean-Pierre Rivère. Faute d'expérience, Nice peut-il gamberger et se piéger lui-même ? Parmi les incertitudes, les performances de Cardinale, auteur d'une boulette contre le PSG en championnat (2-2) et contre Schalke 04 en Europa League.

Rien n’est joué
Avant la journée de mercredi, Monaco était à quatre points et Paris à sept, mais la saison est encore longue. "Nice-PSG au retour et Monaco-Nice à Monaco, cela vaudra son pesant d'or", salive d'avance Courbis. "Ce serait déjà exceptionnel de finir dans le trio de tête, après la quatrième place de la saison dernière ce serait déjà une progression", conclut l'entraîneur de 63 ans. Nice a déjà été champion d'automne, en 1972-1973 et 1975-1976. Et à chaque fois, il a terminé sur la deuxième marche.

Libé
Mercredi 21 Décembre 2016

Lu 377 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés