Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Messi Guardiola Ils se sont tant aimés


Messi Guardiola Ils se sont tant aimés
C' est une histoire d'amour fusionnel et de rendez-vous manqués: Lionel Messi et Pep Guardiola, qui ont porté le FC Barcelone vers les sommets avant leur divorce au début des années 2010, vont s'affronter mardi (21h00) en Ligue des champions, pour des retrouvailles entre émotion et regrets.

Le choc Manchester City - Paris Saint-Germain, avec des allures de finale de Ligue des champions avant l'heure, va surtout célébrer les retrouvailles entre deux légendes du football européen désormais loin de toute attache avec le Barça, le club dont ils ont écrit ensemble les plus belles pages entre 2008 et 2012.

Guardiola, entraîneur de City depuis 2016, n'a jamais caché son admiration pour la "Puce" argentine, un surdoué qu'il présente toujours affectueusement comme "le meilleur joueur de l'histoire", et qu'il a encore essayé d'enrôler cet été, sans succès.

Ensemble, Messi et Guardiola ont développé l'un des football les plus dominants de l'histoire, le tikitaka, et ont marché sur l'Espagne et sur l'Europe pour finir par devenir les emblèmes du meilleur Barça. Avec Messi, Guardiola a remporté 14 titres en quatre ans à Barcelone, dont deux C1 (2009, 2011), un trophée qu'il ne parviendra plus jamais à soulever sans la star argentine.

Sous Guardiola, Messi a aussi connu son meilleur rendement personnel, glanant notamment trois Ballons d'Or (2009, 2010, 2011) et deux Souliers d'Or (2010, 2012). Mais en dehors des terrains, la relation entre les génies n'a pas toujours été lisse. Les premiers remous remontent à 2009, quelques mois après l'arrivée du cerveau catalan sur le banc blaugrana.

Alors que le Barça vient de rafler six trophées en quinze mois, Pep Guardiola est assis dans le bus de l'équipe quand il reçoit un SMS de Lionel Messi (22 ans à l'époque), assis quelques rangées derrière lui : "Je vois que je ne suis plus si important pour l'équipe..."

D'une timidité maladive, Messi, gêné par l'arrivée de Zlatan Ibrahimovic l'été précédent, avait alors préféré éviter l'affrontement et exprimer son mal-être via un texto, apprend-on dans le livre "Le Mystère Messi", paru en 2013. Un simple SMS qui avait déclenché toutes les alarmes au sein de l'institution catalane.

Quelques jours plus tard, Guardiola avait éteint l'incendie en conférence de presse: "Leo, il faut faire en sorte qu'il joue toujours. Rien de ce que nous sommes en train d'accomplir ne serait possible sans lui. Pour nous, il est indiscutable". La deuxième tempête arrivera en septembre 2011. Pep Guardiola décide de faire débuter Messi sur le banc pour un déplacement chez la Real Sociedad en Liga (2-2), alors que le N.10 venait de jouer avec l'Argentine. Un choix que la "Pulga" ne digère pas.

Lancé à trente minutes du terme avec Iniesta, il ne change rien au résultat final (2-2), et refuse de parler à son entraîneur pendant des jours. Depuis cet épisode, Guardiola ne l'a plus jamais laissé sur le banc. Mais la relation entre les deux hommes est abîmée. "Leo, il faut lui parler peu, bien écouter le peu qu'il dit, et surtout, ne jamais le faire sortir du terrain, pas même en fin de match pour une ovation", avait lancé Guardiola en 2012.

"A chaque fois que je laissais Messi sur le banc, ça déclenchait un scandale", avait-il encore confié dans un entretien, en 2014. Des mots qui résonnent, sept ans plus tard: lors du choc contre Lyon, le 19 septembre dernier en Ligue 1, Mauricio Pochettino a décidé de faire sortir Messi pour Achraf Hakimi à la 76e minute, provoquant une lancinante moue d'incompréhension sur le visage du meneur de jeu.

En 2015, Messi avait assuré qu'il n'avait "pas eu de relation avec Pep depuis son départ" du Barça, trois ans auparavant. L'Argentin n'avait d'ailleurs pas assisté aux adieux de Guardiola, confiant sur Facebook qu'il était trop ému pour s'afficher devant les médias, alors que les autres cadors du vestiaire blaugrana étaient tous présents (Puyol, Xavi, Iniesta, etc.).

Cette absence avait été interprétée par la presse comme une preuve supplémentaire du divorce entre les deux hommes, qui vont se retrouver mardi pour la première fois loin du souvenir de leurs années barcelonaises.

Libé
Dimanche 26 Septembre 2021

Lu 364 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 21 Octobre 2021 - 18:00 Mondial biennal: La Fifa convoque un sommet

Jeudi 21 Octobre 2021 - 18:00 Ligue des champions: Ronaldo libère Manchester

Jeudi 21 Octobre 2021 - 18:00 Classement FIFA: L’EN dans le Top 30

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS