Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ligue des champions. Un premier acte parfaitement négocié par le PSG et Chelsea


Ligue des champions. Un premier acte parfaitement négocié par le PSG et Chelsea
Quelle revanche héroïque! Avec un doublé de Kylian Mbappé sous la neige munichoise, le Paris SG s'est vengé de l'invincible Bayern (3-2), son bourreau de la finale 2020, tandis que Chelsea a pris l'ascendant sur Porto (2-0) mercredi en quarts aller de Ligue des champions.

Deux ans et dix-neuf matches que le Bayern, champion d'Europe en titre, ne perdait plus sur la scène européenne: c'est un exploit majuscule que le PSG a réussi mercredi dans des conditions apocalyptiques qui resteront dans les mémoires, avec un réalisme chirurgical de ses superstars Mbappé et Neymar et une souffrance de tous les instants.

Sous la neige et dans le huis clos de l'Allianz Arena, la revanche de la finale de Lisbonne a accouché d'un match brûlant, riche en coups d'éclat et en coups du sort. Avec à la baguette un maestro lui-même revanchard: Neymar. Le Brésilien, souvent blessé ces dernières semaines ou victime de ses propres nerfs, a cette fois surnagé avec deux passes décisives qui ont permis au PSG de mener rapidement 2-0 malgré la domination écrasante des Bavarois (31 tirs à 6!)

Dès la 3e minute, "Ney" a fixé cinq défenseurs sur un déboulé plein axe et décalé Kylian Mbappé, dont la frappe puissante a surpris le gardien Manuel Neuer, battu entre ses jambes. Puis, alors que le Bayern poussait, Neymar a enfoncé le clou d'une incroyable louche pour son capitaine et compatriote Marquinhos, parti dans le dos de la défense et qui a ajusté Neuer tel un pur avant-centre (30e). Un but à l'énergie de la part du défenseur brésilien, qui venait de réclamer le changement en raison d'une blessure! "Marqui" est d'ailleurs sorti dans la foulée, contraignant le milieu Danilo à s'improviser défenseur central, et ce changement a initié un bal de blessures assez improbable: tour à tour, les Allemands Leon Goretzka (33e), puis Niklas Süle (42e) sont sortis touchés, de même qu'Abdou Diallo à la pause. Dans ce contexte échevelé, le mérite du PSG a été de tenir bon dans la tourmente bavaroise, en particulier grâce à Keylor Navas. Les champions d'Europe en titre ont malgré tout réduit le score sur une tête piquée de l'ancien Parisien Eric Maxim Choupo-Moting (37e), suppléant du buteur munichois Robert Lewandowski, absent (genou). Puis Thomas Müller a égalisé d'une subtile tête décroisée (60e). Mais le Bayern laissait des boulevards derrière et Mbappé a surgi à nouveau en fin de match, mettant le troisième but d'une frappe rasante au premier poteau qui a surpris Neuer. Soit le 8e but du bolide de Bondy dans cette C1, à deux longueurs de son rival naissant Erling Haaland (10 buts).

De quoi effacer le goût amer de Lisbonne et de sa frappe trop molle devant Neuer en août dernier, l'un des pires ratés de sa carrière... Le voilà vengé par cette victoire éclatante, que Paris devra confirmer mardi prochain au Parc des Princes pour entretenir son rêve d'un premier sacre européen.

Du côté de Porto-Chelsea, l'atmosphère était beaucoup moins enflammée: le match avait lieu aussi à huis clos mais aussi sur terrain neutre à Séville en raison des restrictions sanitaires, et ensuite parce que les "Blues" ont fait le travail en s'imposant assez nettement "à l'extérieur". L'équipe de Thomas Tuchel a parfois subi mais sa défense, cette fois, a tenu, loin de la correction inattendue subie le week-end dernier en Premier League contre West Bromwich (5-2). Et deux banderilles ont suffi dans l'arène andalouse: une roulette de Mason Mount suivie d'une frappe croisée (32e), puis un but opportuniste de Ben Chilwell qui a chipé un ballon mal contrôlé par un défenseur avant d'aller battre le gardien de près (85e). Voilà Chelsea tout proche des demi-finales que le club londonien, champion d'Europe 2012, espère retrouver pour la première fois depuis 2014: il suffira pour cela de bien gérer la manche retour prévue mardi prochain, à nouveau à Séville.

Neymar et Mbappé, les stars répondent sur le terrain

Egratigné, Kylian Mbappé a réussi un doublé pour la victoire du Paris SG face au Bayern (3-2); bien plus critiqué, Neymar a donné deux passes décisives, avec une attitude irréprochable, mercredi à Munich en quart de finale aller de la Ligue des champions. Au service de l'équipe. Neymar n'était plus le petit garçon colérique exclu pour deux mauvais gestes, samedi contre Lille (défaite 1-0), avant de s'embrouiller dans les couloirs du Parc des Princes avec Tiago Djalo. La star n'avait rien fait pour enrayerla chute dessiens du trône de la Ligue 1. Maissousla neige bavaroise, la star brésilienne a donné le meilleur d'elle-même, et a pleinement joué son rôle de leader. "Ney" a offert les deux buts du Paris SG, sur des inspirations géniales, à son complice Mbappé (3e) puis à son capitaine Marquinhos (28e). Sur le premier, une contre-attaque jouée à 100 à l'heure, amorcée par Angel Di Maria, le Brésilien a attaqué la ligne bavaroise avant de décaler Mbappé d'une passe maline, un délicat piqué du droit avec feinte de regard de Ney.

La frappe puissante du champion du monde a filé entre les gants et les jambes de Manuel Neuer, pas très propre sur le coup. Pour "Marqui", c'est encore une passe magnifique de Neymar, dansla profondeur, alors que tout le Bayern remontait, qui a offert deux buts d'avance à Paris. Il s'est montré calme tout le match, loin du joueur énervé et frustré vu samedi.Il a soulagé son équipe par d'autres gestes de classe, comme ces contrôles de jongleur aumilieu de trois joueurs pour obtenir un coup franc quand lessiens étouffaientsous la pression (45e).

Neymar a aussi eu une balle de 3- 1, tirée entre les jambes de Neuer, mais cette fois le géant allemand ne s'est pas laissé piéger (52e). Bref,Ney a répondu surle terrain aux critiques nées de son attitude de samedi, qui lui a valu d'être suspendu deux matches en Ligue 1, plus un avec sursis, peu avant le coup d'envoi. La commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) avait aussi envie de voir le match ! Le PSG a retrouvé le grand Neymar de C1, celui qui avait porté son équipe pourlestrois victoires de l'automne en poules: 1-0 contre Leipzig (un penalty), 3-1 à Manchester United (un doublé) et 5-1 contre Istanbul Basaksehir (un triplé).

Mbappé, lui, a toujours été grand cette saison, et le voilà donc à huit buts en C1, à deux unités de son jeune challenger pour le titre de bébé star, Erling Haaland (10). Son match au Bayern est aussi grand que celui à Barcelone en 8e de finale aller, quand son triplé avait fait exploser le Barça (4-1). Sur le premier but, "Kyky" a pris sa revanche de sa frappe toute molle en finale l'an dernier, juste avant la mi-temps, contre lemême adversaire. Le Bayern s'était imposé 1-0 en finale à Lisbonne. Cette fois c'est au tour de Manuel Neuer de se mordre les doigts d'avoir manqué de force... Mbappé a aussi cru offrir un but à Julian Draxler, mais il a été signalé hors-jeu, d'un lacet, au début de l'action (12e).

Sur son deuxième but (68e), celui du 3-2, Eric Maxim Choupo-Moting (37e) et Thomas Müller (60e) ayant entre-temps ramené le Bayern a égalité, Mbappé a montré toute l'étendue de sa palette. Lancé par Di Maria, il a d'abord usé de sa vitesse, mais a temporisé ensuite pour attendre le meilleur moment, alors que trois défenseurs étaient face à lui, et il a ajusté Neuer en tirant... entre les jambes de Jerome Boateng. Il est resté modeste, soulignant qu'il avait "bénéficié du super travail collectif" au micro de RMC Sport : "J'aime ce genre de matches, ça ne m'a pas toujours souri maisje ne suis pas là pour me cacher." Pastrès bon, de son propre aveu, en équipe de France, le champion du monde avait essuyé quelques critiques, bien moins que Neymar toutefois. "Ça fatigue", avait-il même lâché, et il avait lui aussi été éteint contre Lille, au retour de la trêve internationale. A Munich, il a de nouveau presque tout réussi, marqué ses 26 et 27e buts en C1, et participé à la défense, comme sur ce précieux repli à la 50e minute. Quand son duo est aussi inspiré, le PSG peut rêver...
 

Libé
Jeudi 8 Avril 2021

Lu 289 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 24 Octobre 2021 - 18:05 Patrick De Wilde, le globe-trotter

Dimanche 24 Octobre 2021 - 18:00 Le HUSA renoue avec la victoire

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS