Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Libération de 76 écolières enlevées par Boko Haram




Au moins 76 des 110 écolières enlevées le 19 février par des militants islamistes de Boko Haram à Dapchi, dans le nord du Nigeria, ont été ramenées mercredi matin à leur école par leurs ravisseurs, a affirmé le gouvernement nigérian.
"Les efforts du président Muhammadu Buhari épaulé par les services de sécurité pour ramener les filles enlevées à Dapchi ont porté leurs fruits", selon un communiqué du ministère de l'Information, qui souligne que 76 élèves ont été pour l'instant enregistrées.
"Les filles ont été ramenées dans neuf véhicules et déposées devant l'école vers 8h00" (07H00 GMT), a affirmé Bashir Manzo, qui dirige une association d'aide aux parents des enfants enlevés, en ajoutant que les autorités devaient procéder à un décompte précis des filles libérées.
"J'ai une liste des filles manquantes avec moi, et là je me rends à l'école pour faire l'appel et voir si certaines d'entre elles sont toujours disparues", a-t-il expliqué. "Mais pour l'instant nous savons qu'au moins une d'entre elles est décédée" pendant sa captivité.
"Elles n'étaient accompagnées d'aucune force de sécurité. Leurs ravisseurs les ont juste déposées et sont partis, sans parler à personne", a ajouté M. Manzo.
Cette libération a été confirmée par un autre père de famille qui affirme de son côté que "toutes ont été libérées", sauf "quelques-unes qui ne sont plus en vie".
"J'ai vu ça aux infos", explique de son côté le porte-parole de l'armée nigériane, John Agim. "J'ai appelé le commandement".
Des combattants présumés du groupe de Boko Haram affiliés au groupe de l'Etat islamique avaient mené le 19 février un raid sur le pensionnat de l'école pour filles de Dapchi (Etat de Yobe) et étaient repartis avec 110 jeunes filles âgées de 10 à 18 ans.
Mardi, Amnesty International a accusé l'armée nigériane d'avoir été informée des déplacements de combattants dans la région de Dapchi juste avant ce kidnapping de masse, mais de n'avoir pas réagi à temps.
Ce drame s'est déroulé dans des circonstances quasi identiques au kidnapping de Chibok, en avril 2014, où plus de 200 lycéennes ont été enlevées déclenchant une vague d'émotion mondiale. Une centaine d'entre elles se sont échappées ou ont été libérées aux termes de négociations avec le gouvernement.
L'armée nigériane est souvent dénoncée, par Amnesty International mais aussi par d'autres organisations de surveillance des droits de l'Homme, pour son usage excessif de la force et pour les meurtres extra-judiciaires.
Le président Buhari élu en 2015 sur la promesse qu'il allait vaincre Boko Haram, ne cesse de répéter que l'insurrection est "techniquement vaincue", mais cet enlèvement, ainsi que l'attaque d'un camp de déplacés à Rann, qui a coûté la vie à trois employés nigérians des Nations unies quelques semaines plus tard, met en lumière les graves défaillances sécuritaires dans tout le nord-est.
Selon les experts, les rançons versées et les prisonniers libérés, en échange de la libération d'une centaine de lycéennes de Chibok, ont pu motiver Boko Haram à commettre un nouveau enlèvement de masse.
Yan St-Pierre, expert en contre-terrorisme pour MOSECOM, note que les filles de Dapchi ne sont pas les premières otages a avoir été libérées cette année.
"Mais cette libération est assez étonnante pour ne pas soulever beaucoup de questions, notamment sur le paiement de rançons", soulève-t-il.
"Si c'est ce qu'il s'est passé, le gouvernement nigérian a dû payer une somme importante pour accélérer le processus et éviter un autre Chibok", analyse M. St-Pierre.
Le groupe jihadiste et la répression par l'armée ont fait plus de 20.000 morts depuis 2009 et 1,6 million de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer. Le groupe a enlevé des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants depuis 2009, afin de grossir ses rangs.

Jeudi 22 Mars 2018

Lu 563 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés