Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les produits d’origine animale disponibles en quantités suffisantes et à des prix stables pendant le mois de Ramadan




Les produits d’origine animale seront disponibles en quantités suffisantes et à des prix stables pendant le mois de Ramadan, a assuré, mercredi, le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts.
Sachant que les unités de production laitière continuent leur activité à un rythme normal malgré le contexte sanitaire actuel, les volumes de lait pasteurisé produits mensuellement dépassent la demande, en plus du niveau des stocks et de la production du lait UHT, a indiqué le ministère dans un communiqué, à l’issue d’une réunion entre Aziz Akhannouch et le président de la Fédération des Chambres d’agriculture, leurs présidents régionaux et le président de la COMADER pour faire le point sur l’actualité du secteur.
Ainsi, rapporte la MAP, la production prévisionnelle pour Ramadan devra dépasser les 110 millions de litres pour une demande estimée à 100 millions de litres. Pour les dérivés laitiers, notamment le beurre, la consommation moyenne mensuelle se situe à 1200 tonnes et celle du mois de Ramadan peut atteindre 1500 tonnes, soit 25% de plus. Ces besoins seront largement assurés par les stocks constitués de la production nationale et du beurre importé, a souligné le ministère. Pour ce qui est des viandes, la quantité de viandes rouges disponible (bovines, ovines et caprines) est suffisante pour couvrir les besoins de consommation nationale de ces produits pendant le mois de Ramadan. Concernant l’offre en viandes blanches, elle est estimée à plus de 50 mille tonnes par mois et celle des œufs à 600 millions d’œufs ; des niveaux qui couvrent largement les besoins de consommation à des prix stables, a-t-il affirmé.
Le ministère a en outre relevé que l’ensemble de ses services, en coordination avec les partenaires et professionnels du secteur, restent mobilisés dans le cadre de la gouvernance mise en place pour s’adapter à la situation imposée par l’état d’urgence sanitaire décrété dans notre pays pour endiguer la pandémie du Covid-19. L’objectif est d’assurer la continuité de l’activité agricole et l’approvisionnement normal et régulier du marché national en produits agricoles et alimentaires, notamment pendant le mois de Ramadan 1441, a-t-il expliqué.
Les services de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), quant à eux, redoublent de vigilance et restent mobilisés pour assurer un contrôle renforcé de la qualité des produits alimentaires mis en vente, selon la même source.

 

340 infractions en matière de prix et de qualité des
produits alimentaires constatées du 1er au 15 avril 2020


Les interventions des commissions mixtes provinciales et locales de contrôle, menées durant la période allant du 1er au 15 avril 2020, ont permis la constatation de 340 infractions en matière de prix et de qualité des produits alimentaires. Ces interventions ont concerné environ 22.000 points de vente en gros et au détail et des entrepôts de stockage, indique jeudi le département des affaires générales et de la gouvernance relevant du ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration dans un communiqué.
Les infractions sont ventilées en 252 pour défaut d’affichage des prix, 52 pour non présentation de factures, 22 pour hausses illicites de prix réglementés, 4 pour non-respect des normes de qualité et d’hygiène, en plus de 10 autres infractions diverses, précise la même source, ajoutant que les mesures réglementaires ont été prises à l’encontre des contrevenants. Pour ce qui est de la qualité des marchandises et produits stockés ou présentés à la vente, les commissions mixtes ont procédé à la saisie et à la destruction de plus de 162 tonnes de marchandises impropres à la consommation ou non conformes aux normes requises.

Lancement d’une plateforme numérique pour
accompagner les TPE dans la région de l’Oriental


Une plateforme numérique baptisée «Microlabs-solutions» a été lancée pour accompagner de manière innovante les porteurs de projets, les auto-entrepreneurs et les TPE, indique le Centre régional d’investissement (CRI) de l’Oriental.
Cette plateforme, réalisée en partenariat entre le cabinet «Attitudes Conseil» et des partenaires publics et privés, permet d’accompagner les projets, aussi bien de manière collective qu’individuelle, en particulier dans la conjoncture actuelle que traversent le Maroc et le monde entier, souligne le CRI.
La plateforme a commencé à offrir ses services aux TPE de la région de l’Oriental, en partenariat avec le CRI, en attendant la généralisation de ces services sur cinq régions en une première phase, lit-on sur le site www.microlabs-tpe.ma.
Il s’agit d’une initiative qui permet d’accompagner les TPE dans des domaines comme l’orientation, la formation en entrepreneuriat, les démarches administratives, la vente et la commercialisation, la planification, les solutions bancaires et la formation financière.

Samedi 18 Avril 2020

Lu 130 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.