Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les patrons marocains et français plaident pour un partenariat public-privé renforcé en faveur de l'Afrique

Clôture du Forum économique Maroc-France à Skhirate




Les patrons marocains et français plaident pour un partenariat public-privé renforcé en faveur de l'Afrique
 Les hommes d'affaires participant au Forum économique Maroc-France ont plaidé, jeudi à Skhirate, en faveur de partenariats publics-privés renforcés en vue de faire face aux défis du développement en Afrique.
S'exprimant à l'occasion de la séance de clôture du Forum, le directeur général de Casa-Transports, Youssef Draiss, et le président de la Task Force Ville Durable de MEDEF-International, Gérard Wolf, qui ont coprésidé un atelier sur "Les défis de l'urbanisation et du développement durable dans la coopération franco-marocaine", ont souligné l'importance de renforcer les partenariats publics-privés en matière de gouvernance et d'investissement. Ils ont également insisté sur l'amélioration du cadre législatif dans les pays africains pour restaurer la compétitivité des villes, rapporte la MAP.
"En positionnant le Maroc comme véritable hub pour l'Afrique, et en associant les entreprises marocaines et françaises, nous avons une chance forte d’y accéder", ont-ils affirmé.
De son côté, le président-directeur général de Cosumar et du Groupe Wilmar, Mohamed Fikrat, qui présidait l'atelier "Réussir le développement agro-industriel inclusif", a mis en avant le rôle de l'innovation pour une agriculture intelligente à même de s’adapter aux changements climatiques, d’améliorer la productivité et le revenu des agriculteurs, outre le développement des infrastructures et la modernisation des outils de production.
Les participants à cet atelier ont ainsi appelé à s'inspirer du savoir-faire français dans les domaines de l’innovation, des technologies liées à l’alimentaire et du marketing pour relever les défis auxquels fait face le continent africain en matière agricole, notant que dans 95% des pays africains, l'agriculture représente les deux tiers des emplois.
En ce qui concerne la "Révolution digitale et entrepreneuriat: quels schémas gagnants?", le PDG d'HPS, Mohamed Horani, qui rapportait les conclusions de cet atelier, a recommandé la mise en place d'une réglementation numérique nationale et internationale concertée entre le Maroc et la France, outre l'adoption entre le Maroc et d’autres pays d’Afrique d'un "crédit impôt et innovation" en vue de mobiliser les efforts de recherche scientifique.
"La révolution digitale constitue une opportunité historique pour renforcer la coopération franco-marocaine selon un modèle de développement qui vise les marchés européen et africain. Cette coopération doit s’inscrire dans la globalisation et ne doit pas être exclusive", a-t-il dit.
Organisé en partenariat avec le Mouvement des entreprises de France (MEDEF international), ce Forum économique, qui vise à développer de nouveaux domaines d'opportunité économique entre les entreprises des deux pays et à explorer les pistes d'un développement partagé en Afrique, a été co-présidé par le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani et le Premier ministre français, Édouard Philippe.

Samedi 18 Novembre 2017

Lu 1016 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.