Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les affaires reprennent en ligne chez Amazon. Pour le plus grand plaisir des marchés


Libé
Dimanche 6 Août 2023

Après Google et Meta (Facebook) la semaine dernière, Amazon a réalisé des profits meilleurs qu'attendu au deuxième trimestre, et le marché satisfait concentre désormais son attention sur ses efforts en matière d'intelligence artificielle générative.

Le géant du commerce en ligne a annoncé jeudi avoir réalisé 134,4 milliards de dollars de chiffre d'affaires et un bénéfice net de 6,7 milliards, des chiffres en nette progression sur un an et bien supérieurs à ses propres prévisions comme à celles des analystes.
Le groupe a notamment profité d'une forte reprise des ventes aux Etats-Unis.

La plateforme de e-commerce a vu ses recettes progresser de 11% à 82,5 milliards de dollars en Amérique du Nord. Elle en a dégagé 3,2 milliards de bénéfice opérationnel, au lieu d'une perte de plusieurs centaines de millions à la même période l'année dernière.

Andy Jassy, le patron d'Amazon, a attribué ce résultat à la réorganisation de la chaîne de distribution, qui a permis de réduire les coûts et de livrer "plus rapidement que jamais".
Or, a-t-il insisté pendant une conférence téléphonique, "les clients veulent des livraisons plus rapides. Nos données montrent qu'ils achètent beaucoup plus souvent (quand la date de livraison est plus proche)".

L'action de la société gagnait plus de 9% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse de Wall Street.
Les commentaires du dirigeant ont cependant suscité la colère de la coalition Athena, qui rassemble des organisations anti-Amazon.

"Les ambitions d'Amazon en matière de vitesse et d'expansion de son empire logistique sont alarmantes étant donné les graves problèmes de sécurité pour les travailleurs", s'est emportée l'association dans un communiqué, en mentionnant diverses plaintes et enquêtes en cours contre l'entreprise de Seattle.

Les analystes, eux, attendaient des annonces sur l'intelligence artificielle (IA) dite générative, au centre de toutes les discussions dans la Silicon Valley depuis le lancement phénoménal de ChatGPT en fin d'année dernière.

Microsoft mène la course grâce à ses investissements de longue date dans OpenAI (ChatGPT), mais toutes ses rivales ont entrepris de déployer rapidement de nouveaux outils d'IA et d'IA générative, sur leurs plateformes de cloud, services en ligne et logiciels de bureautique et de collaboration.

Andy Jassy a assuré qu'Amazon était particulièrement bien placée pour récolter les fruits de cette nouvelle technologie, grâce à sa filiale AWS, numéro un mondial du cloud, qui marie hébergement et traitement des données.

AWS a réalisé 22 milliards de dollars de revenus (+12%) au deuxième trimestre, mais seulement 5,4 milliards de bénéfice opérationnel, un chiffre inférieur à celui de l'année dernière.

"Le ralentissement en cours de la croissance d'AWS constitue un sujet d'inquiétude à court terme", a réagi Andrew Lipsman d'Insider Intelligence. Il espère une progression pendant le trimestre en cours, notamment grâce aux opportunités liées à l'IA.

D'après le communiqué d'Amazon, AWS investit 100 millions de dollars dans un service qui "connectera les experts en IA et machine learning (apprentissage automatisé) d'AWS avec des clients dans le monde entier pour les aider à imaginer, concevoir et lancer de nouveaux produits et services d'IA générative".

"Il n'y a pas une équipe, pas une activité chez Amazon qui ne travaille pas à des applications d'IA génératives en ce moment-même", a insisté Andy Jassy.
Après une année 2022 difficile, et après avoir remercié des milliers de personnes cet hiver, les géants de la tech ont en bonne partie rebondi malgré un contexte économique toujours marqué par l'inflation et les forts taux d'intérêt.

Meta (Facebook, Instagram, WhatsApp) et Alphabet (Google) ont ravi Wall Street avec des revenus et profits au-dessus des attentes.
Les deux mastodontes de la publicité numérique peuvent ainsi investir de plus belle dans l'IA.

Signe que même Apple ne peut plus y échapper, son patron Tim Cook a reconnu que cette technologie était "critique" et que l'entreprise travaillait sur l'IA générative "depuis des années", après une question d'un analyste pendant la conférence téléphonique.

Le groupe californien a aussi publié ses résultats trimestriels jeudi, mais a déçu le marché avec un nouveau repli de son chiffre d'affaires (-1,4%), le troisième d'affilée, à cause des ventes d'iPhone en recul (-2,4%).

Son titre perdait 2%, même si ses revenus et son bénéfice net sont ressortis supérieurs aux attentes, respectivement à près de 82 et 20 milliards de dollars, grâce aux performances de ses services (App Store, streaming, stockage, etc), aux marges meilleures que celles des produits électroniques.


Lu 1298 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP











Flux RSS
p