Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Sars-Cov-2 gagne du terrain

587 nouveaux cas et 7 décès enregistrés samedi au soir


La barre des 3 millions de morts dans le monde franchie

Le Sars-Cov-2 gagne du terrain
Adire vrai, on croyait que le plus dur était passé. On s’imaginait un printemps où la légèreté rependrait ses droits aux dépens des gestes barrières et autres mesures sanitaires. Mais c’était sans compter sur la pénurie de vaccins et la résurgence de l’épidémie. Le nouveau coronavirus, notamment son variant anglais, pour ne citer que celui-ci, ne représente plus un danger à éviter mais plutôt une réalité à combattre. Un combat à l’aveuglette pour le moins ardu car cette réalité est illustrée par des chiffres quelque peu tronqués.

En effet, si 587 nouveaux cas de contamination ont été recensés en 24 heures, samedi au soir, pour un total de 4.992 cas actifs, la plupart (410) furent détectés à Casablanca. Cet écart entre la capitale économique et le reste du pays n’est certainement pas le fruit du hasard et encore moins d’une application inégale des gestes barrières. Pour preuve, la récente descente des forces de l’ordre dans un café qui accueillait une cinquantaine de personnes après la rupture du jeûne, à Taghzirt, à moins d’une trentaine de kilomètres de Béni Mellal.

En réalité, outre les écarts de densité démographique, mais encore les considérations climatiques (voir notre édition du mercredi 14 avril), la différence de cas enregistrés entre Casablanca et les autres villes puise sa source dans une population peu encline à se faire tester, préférant l’automédication en cas d’apparition de symptômes de Covid-19. Une situation qui invoque des notions qui nous replongent une année plus tôt, lorsque la différence entre les cas confirmés et les cas réels faisait les choux gras de l’actualité. Idem pour les cas graves.

Malheureusement, entre vendredi et samedi, 70 nouveaux cas sévères ou critiques ont été admis dans les structures hospitalières dédiées à la Covid-19, pour un total de 430 cas sévères ou critiques dont 15 sont sous intubation et 223 sous ventilation non invasive. Certes l’occupation des lits de réanimation n’est pas inquiétante (13,6%), mais avec une campagne nationale de vaccination qui fait du surplace, et des vaccins sur lesquels planent de plus en plus de doutes, il y a comme un air de déjà vu.

Il ne vous aura pas échappé qu’il fait sale temps pour les vaccins. Si l’on met de côté SpoutnikV et ses capacités de production très limitées, dans notre dernière édition, nous vous révélions que les antidotes chinois, dont Sinopharm auquel le Maroc a commandé 45 millions de doses, pourraient ne pas être très efficaces. Alors que celui développé par les scientifiques de l’Université d’Oxford et commercialisé par AstraZeneca est, quant à lui, sur le gril depuis plusieurs semaines. En attestent les neuf nouveaux cas de thromboses atypiques et les deux cas de troubles de la coagulation associés au vaccin anti-Covid d'AstraZeneca, comme l’a annoncé l'Agence française du médicament (ANSM), sans parler des quatre décès supplémentaires enregistrés dans le cadre de la campagne de vaccination hexagonale.

En somme, les retards pris sur le planning initial de la campagne de vaccination nationale devaient être comblés par un durcissement des mesures sanitaires. En prenant la sage décision d’instaurer un couvre-feu post-rupture du jeûne, l'Exécutif s’est certainement épargné une propagation incontrôlée du virus, quand bien même son application demeurerait imparfaite. Mais elle a au moins le mérite d’exister. Car n’en déplaise à certains complotistes, de plus en plus nombreux, le Sars-Cov-2 existe bel et bien. Il a malheureusement fait 8.934 victimes au Maroc et plus de 3 millions dans le monde.
 

Agression mortelle

Un individu souffrant de troubles mentaux a agressé plusieurs personnes à l'aide d’un bâton, samedi à Douar Rass El Koudia, Ain Beida, Caïdat Ain Aicha (province de Taounate), entraînant la mort d’une femme âgée et de deux enfants (7 et 9 ans) et blessant deux femmes et une fillette de quatre ans, a-t-on indiqué auprès des autorités locales. Aussitôt alertés, les autorités locales et les services de la Gendarmerie Royale et de la Protection civile sont intervenus. Les victimes ont été évacuées vers l’hôpital provincial de Taounate pour recevoir les soins nécessaires, alors que la fillette a été transportée vers le Centre hospitalier universitaire (CHU) de Fès, précise-t-on de même source. L’agresseur a été interpellé et une enquête a été ouverte sous la supervision du parquet compétent pour élucider les circonstances de cette affaire, ajoute-t-on.

Crime fictif

Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Marrakech ont interpellé, vendredi soir, un individu et sa sœur âgés de 18 et 26 ans, pour leur implication présumée dans la dénonciation d'un crime fictif, sachant qu'il n'a pas eu lieu, et l'humiliation de la police judiciaire via de fausses déclarations. Dans un communiqué, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a indiqué que la police judiciaire de Marrakech avait ouvert une enquête suite à un avis de vol d'une somme d'argent avec menace d'une arme blanche à l'intérieur d'une agence de transfert d'argent au quartier "Itti" à Marrakech, avant que les recherches et investigations ne révèlent que la gérante de cette agence et son frère avaient inventé ce crime pour compenser un déficit des comptes de ladite agence. La fouille menée dans le cadre de cette affaire a permis de trouver le dispositif d'enregistrement par caméra de surveillance de l'agence, après que les deux suspects s'en sont débarrassés dans une rivière, ajoute le communiqué, notant que ce dispositif fait actuellement l'objet des expertises numériques nécessaires.

Libé
Dimanche 18 Avril 2021

Lu 436 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Septembre 2021 - 20:01 Alger en perte d’altitude

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Dans la boutique

Flux RSS