Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La responsabilité des entreprises dans la promotion de la protection sociale

73% de la population mondiale n’a pas accès à la protection sociale




Bien que son coût soit abordable dans la plupart des pays en développement, la protection sociale de base n’est pas encore une réalité, a constaté l’Organisation internationale du travail (OIT).
Selon les estimations de l’agence onusienne, qui a pour vocation de promouvoir la justice sociale, les droits de l'Homme et les droits au travail, l’immense majorité de la population mondiale, soit 73%, n’a toujours pas accès à une protection sociale adéquate.
Par la protection sociale de base, l’OIT entend permettre l’accès aux soins de santé essentiels et la sécurité d’un revenu de base pour les enfants, les personnes en âge de travailler et les personnes âgées, avec des niveaux spécifiques définis au niveau national.
Mais si la protection sociale relève de la responsabilité de l’Etat, il n’empêche que «les entreprises peuvent jouer un rôle éminent dans la promotion et la réalisation des socles de protection sociale», a estimé le directeur général de l’OIT, Guy Ryder, lors d’une réunion de haut niveau tenue récemment à Genève.
Saisissant cette occasion, le patron de l’OIT a mis en exergue le rôle des entreprises pour faire progresser les socles de protection sociale et réaliser les objectifs de développement durable sur la protection sociale.
Dans le but de mobiliser la communauté internationale en faveur du développement des systèmes de protection sociale, l’OIT a lancé un programme phare de portée mondiale pour mettre en place des socles de protection sociale pour tous. L’initiative, qui rassemble des employeurs, des travailleurs, des gouvernements et autorités locales, des agences des Nations unies et des acteurs du secteur privé, vise à atteindre les Objectifs de développement durable  (ODD) sur la protection sociale.
Il est à souligner que le Réseau mondial d’entreprises, dont les membres se sont réunis dernièrement pour justement promouvoir les socles de protection sociale, contribue à ce programme conçu pour mener d’ambitieux projets, en termes de portée et d’impact.
Dans un communiqué,  l’OIT a rappelé que «ce Réseau pionnier constitue une plateforme de partage des connaissances pour les entreprises qui élaborent des programmes de protection sociale au sein de leurs sociétés et pour les entreprises qui souhaitent contribuer au développement de socles nationaux de protection sociale».
A ce propos, la récente rencontre de ses membres visait «à faire part des progrès de leur plan de travail, identifier des activités pour 2017 et mobiliser les membres pour mener à bien ces activités», a indiqué l’organisation, précisant que pour les cinq premières années (2016-2020), le programme mondial va concentrer ses efforts sur une sélection de 21 pays.
Pour Guy Ryder, il ne fait aucun doute que «le programme mondial va permettre à des millions de personnes d’accéder plus facilement à la protection sociale ces cinq prochaines années».
Pour rappel, la Conférence internationale du travail a adopté, il y a quatre ans,  «la recommandation sur les socles de protection sociale  qui, pour la première fois, reconnaissait l’importance de la protection sociale comme partie intégrante d’un développement économique juste et durable». Laquelle recommandation considère les garanties fondamentales de protection sociale pour tous comme un investissement dans le capital humain d’un pays.

Alain Bouithy
Mardi 1 Novembre 2016

Lu 1024 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.