Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La belle : Après une finale remportée par le Raja et une autre par le DHJ, place à une troisième pour les départager




Le Complexe sportif Moulay Abdellah à Rabat sera, ce samedi à partir de 16 heures, le théâtre de  la finale de la Coupe du Trône de football, édition 2016-2017, avec comme protagonistes le Raja de Casablanca et le Difaâ Hassani d’El Jadida.
Une belle affiche sur le papier que l’on espère voir autant sur la pelouse. Que l’importance de l’enjeu n’affecte point la qualité du jeu pour que cet ultime acte soit un véritable show au grand bonheur du public marocain comblé par deux performances continentales : la qualification du Onze national au Mondial et le sacre du Wydad en Ligue des champions.
Ce sera le troisième face-à-face en finale entre le Raja et le DHJ avec un sacre pour chacun des deux clubs. Les Casablancais s’étaient imposés en 1977 alors que les Jdidis ont dû attendre 2013 pour décrocher leur premier titre majeur. Pour 2017, c’est du 50-50 même si d’aucuns voient le Raja en favori au vu de son effectif qui compte des joueurs aguerris. En tout cas, la casquette d’outsider devrait aller à merveille pour la formation doukkalie, auteure d’une entame de saison concluante et qui pourrait devenir leader du concours si elle parvienne à remporter ses deux matches en retard.
Pour cette confrontation, qui sera sifflée par Hicham Tiyazi secondé par Lahcen Azgaou et Hicham Aït Abbou, la différence devrait se faire sur des petits détails et chaque coach a sa petite idée en tête afin de mener ses poulains à bon port.
L’entraîneur du Raja, l’Espagnol Juan Carlos Garrido, est conscient de l’âpreté de la tâche mais il reste confiant dans ses propos, à l’instar d’ailleurs du coach du DHJ, Abderrahim Taleb, qui croit en ses joueurs, capables d’atteindre l’objectif escompté par toutes les composantes de l’équipe doukkalie.
Si le DHJ devra compter sur l’ensemble de ses éléments, décidés plus que jamais à se dépenser à fond en vue d’avoir le dernier mot, le Raja, qui s’était préparé à ce match à Rabat, devra faire sans Abdeljalil Jbira, blessé. Il sera remplacé par Adil El Karouchi, un ex-du Difaâ, tout comme Zakaria Hadraf et  qui ne se feront pas prier pour planter un but à leur ancien club si l’opportunité se présente.
Une finale qui drainera sans aucun doute un grand nombre de spectateurs et la Fédération Royale marocaine de football a jugé bon de distribuer les billets à parts égales entre le public du Raja et celui du Difaâ (12.000 pour chaque club). Une forte présence des supporteurs devant, donc, garantir un plein succès à cette prestigieuse épreuve du football national à condition que les surexcités se tiennent à carreau et que le fair-play soit au rendez-vous.
Il convient de rappeler qu’avant d’atteindre cette finale de la Coupe du Trône, le DHJ avait éliminé aux précédents tours les équipes de la Renaissance de Zmamra, de l’IRT, du CRA et de la RSB. Le Raja, quant à lui, avait surclassé les formations de l’Olympique Dchira, du FUS, du CAK et de l’AS FAR, le club le plus titré avec onze trophées.

Mohamed Bouarab
Samedi 18 Novembre 2017

Lu 1347 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés