Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’ appel d’Oujda. Une invitation des éditeurs des journaux marocains au rapprochement intermaghrébin et au rejet du discours de division



Les éditeurs des journaux marocains et les personnalités civiles, réunis samedi à Oujda, ont lancé “Nidaa Oujda” (l’appel d’Oujda) dans lequel ils invitent leurs collègues dans les pays du Maghreb et les élites éclairées en général, à œuvrer inlassablement à la promotion du rapprochement, au rejet du discours de division et à arrêter d’attiser les hostilités artificielles. «Nidaa Oujda», dont lecture a été donnée à l’issue d’une conférence nationale organisée par la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ), met en avant les liens profonds unissant les peuples du Grand Maghreb, le rêve de l’unité maghrébine embrassé par les générations et la conviction que les véritables intérêts des pays maghrébins sont les mêmes intérêts communs de leurs peuples. Et d’insister que le Grand Maghreb, qui ne supporte plus davantage de fragmentation, a besoin de plumes unionistes qui traduisent sincèrement les aspirations des peuples du Maghreb à l’intégration nécessaire au développement, à la démocratie, à la dignité et à la liberté. “C’est pourquoi nous tendons la main à nos collègues et frères du Grand Maghreb en général, et en Algérie sœur en particulier, pour faire partie de la solution et non pas du problème, et unir nos lignes éditoriales et humaines en faveur de la défense d’un avenir d’intégration au lieu de rester otages des rancunes du passé”, précisent les auteurs de cet appel. “Nous, au sein de la Fédération Marocaine des Éditeurs de Journaux, sommes plus que jamais appelés, ainsi que nos frères et collègues du Grand Maghreb, à considérer la défense de l’intégration maghrébine comme partie intégrante des valeurs professionnelles nobles qui régissent notre action”, relèvent-ils. Il s’agit aussi de plaider en faveur de cette intégration et d’éviter tout ce qui pourrait la contrarier en tant qu’ambition, tels que les “Fake news”, les confrontations stériles ou les convulsions qui vont à l’encontre de “notre responsabilité sociale et notre rôle en tant que contributeurs à la réalisation des aspirations légitimes de nos sociétés”. A cet effet, “Nidaa Oujda” invite l’ensemble des collègues et frères au sein du Grand Maghreb à œuvrer pour la mise en œuvre de la Charte maghrébine de déontologie rédigée et signée en 2012 dans la ville tunisienne de Hammamet, et à s’atteler à la création dans un proche avenir de la Fédération Maghrébine des Éditeurs de Journaux, afin de contribuer efficacement à l’édification de l’Union maghrébine souhaitée, à travers une presse libre, responsable et respectueuse de l’éthique. La conférence nationale organisée par la FMEJ autour du thème “Le rôle de la presse du Grand Maghreb dans l’intégration maghrébine” a été animée par MM. Seddik Maâninou, Khalil Hachimi Idrissi et Abdelhamid Jmahri, en présence de plusieurs personnalités de divers horizons. Cette rencontre a été précédée par la tenue, vendredi, de l’assemblée générale constitutive de la section de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux dans la région de l’Oriental. La création de cette section, sous la supervision du bureau exécutif de la Fédération, a pour objectif de doter la région de l’Oriental d’un outil organisationnel efficace visant à promouvoir les conditions professionnelles, économiques et sociales des établissements médiatiques et des journalistes. L’Union des syndicats de l’enseignement supérieur au Maghreb arabe a condamné, samedi, les manœuvres qui attisent la fragmentation de la région et entravent les efforts pour en faire une véritable puissance au niveau régional.

L’USESMA condamne les manœuvres qui attisent la fragmentation du Maghreb

Dans un communiqué parvenu samedi à la MAP, l’Union “dénonce les manœuvres qui attisant la fragmentation de la région du Maghreb arabe et entravent les efforts déployés pour en faire une véritable puissance régionale avec ses ressources humaines, naturelle, économique, culturelle, politique et syndicale”. Depuis sa création en 2010, en présence des responsables syndicaux des cinq pays, l’Union ne cesse d’exprimer son rejet face à la situation de fragmentation, et de non-unité qui persistent entre les pays maghrébins, et c’est ce qui a été affirmé par les membres de l’union à Rabat, à Alger, à Tunis, à Tripoli et à Nouakchott, insiste le communiqué. En réaffirmant ses positions fermes en faveur de l’unité maghrébine et de la stabilité de la région, l’Union tient à rappeler les liens séculaires unissant les peuples du Maghreb, et les possibilités offertes pour un développement réel et effectif qui en fera un groupement économique, social, cognitif, scientifique, culturel et politique fort face à l’autre. En évoquant la situation actuelle dans les pays du Maghreb, l’Union syndical se dit en faveur de la souveraineté de la loi en Libye et en Algérie à travers des autorités légitimement élues, la primauté de la loi, la démocratie, la justice, le respect des droits de l’Homme et l’égalité des droits et des devoirs et également des opportunités au profit des citoyens et composantes des deux pays. L’Union des syndicats de l’enseignement supérieur au Maghreb Arabe a souhaité plein succès à la Tunisie dans le processus de parachèvement de ses institutions démocratiques, tout en se félicitant du progrès économique et de la stabilité sociale régnantes au Maroc et en Mauritanie, à même de faciliter la tâche de faire face aux répercussions économiques et sociales de la pandémie de Covid-19. Dans le même contexte, le communiqué a signalé que le manque d’intégration maghrébine coûte 2,5% du produit intérieur brut des pays de la région, affirmant le soutien de l’union des syndicats à toutes les initiatives visant la réalisation de l’unité, la stabilité, l’égalité sociale et le développement de la région. L’union a appelé dans son communiqué les acteurs politiques, économiques, syndicaux, associatifs, et éducatifs dans les pays de la région à œuvrer avec sérénité et rationalité pour dépasser la crise artificielle entre le Maroc et l’Algérie, appelant à une activation effective et réelle de l’union du Maghreb arabe à tous les niveaux. Le communiqué appelle en outre les universitaires maghrébins à la mobilisation de tous les moyens en faveur de la solidarité entre les peuples de la région, faisant part de l’adhésion de l’Union des syndicats de l’enseignement supérieur au Maghreb arabe à toutes les initiatives visant à consolider les liens de fraternité entre ses composantes aussi bien au niveau national, régional, continental ou international.

Libé
Dimanche 28 Février 2021

Lu 324 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS