Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Khalid Alioua quitte le CIH avec le sentiment du devoir accompli




Khalid Alioua quitte le CIH avec le sentiment du devoir accompli
Khalid Alioua n’est plus à la tête du Crédit Immobilier et Hôtelier. L’information a surpris plus d’un. Ce n’était un secret pour personne qu’il avait exprimé son souhait de quitter cette banque depuis bientôt une année. Certaines sources mentionnent que Khalid Alioua  a fait part de son intention de partir, lors d’une réunion des cadres en présence de Mustapha Bakkoury, directeur général de la CDG. Il a fait comprendre qu’il voulait bien laisser aux actionnaires le choix de l’élaboration d’un nouveau modèle industriel pour le CIH. Cela est important d’autant plus que le mode de gouvernance axé sur un conseil de surveillance a démontré ses limites, non seulement au Maroc, mais partout dans le monde. D’où la structure provisoire qui a été chargée de la gestion jusqu’à la tenue de l’assemblée générale extraordinaire en mai prochain, laquelle se penchera sur le mode de gouvernance adéquat.
A noter qu’une réunion a eu lieu vendredi dernier au siège social du CIH. Khalid Alioua a mis en valeur les réalisations ainsi que l’implication positive des cadres en faveur de l’amélioration de la compétitivité et de  la rentabilité de leur banque. Mustapha Bakkoury qui a pris part à cette rencontre a, d’après notre source, mis en exergue l’expérience, la compétence et tout le travail accompli par Khalid Alioua. D’où, d’ailleurs, l’attachement des actionnaires à ce que ce dernier reste au CIH en tant que vice-président.
Pour ce qui est de Khalid Alioua, il a le sentiment d’avoir accompli la mission pour laquelle il avait été nommé.
Au bout de quatre ans, il a redonné au CIH la place qui devait lui échoir sur le paysage bancaire national. Il a sauvé celle-ci de la banqueroute et l’a mise sur les rails d’un développement à la fois harmonieux et pérenne. Les faits et les indicateurs sont là pour le confirmer.
Concrètement, un défi de taille a été relevé: la gestion intelligente des créances en souffrance s’est traduite par une amélioration tangible des principaux indicateurs du Crédit immobilier et hôtelier. Les clients en difficulté ont généralement eu droit à des issues moins pénibles tandis que le recours à la justice n’a concerné que des cas particulièrement complexes.
Mais c’est surtout au niveau des créances en souffrance et du toilettage des comptes que s’est distingué Khalid Alioua. La banque a poursuivi son effort de provisionnement en dotant, au titre de la période 2004 - 2008, 3,7 milliards de DH avec 454 millions de DH constatés en 2008. Sur ce point, ces créances nettes sont passées de 5,3 milliards de DH en 2004 à 1,2 milliard seulement en 2008. Résultat qui a permis à Khalid Alioua de déclarer lors de la dernière présentation des résultats annuels du CIH : «Nous avons assaini en brut sur 4 ans 8,5 milliards de DH». Conséquence: moins de produits «toxiques» dans le bilan du CIH alors que les affaires qui plombaient cette banque ont été résolues.
Par ailleurs, les indicateurs sont on ne peut encourageants en dépit de l’impact de la crise financière et économique.  La marge sur commissions progresse de 4,8% à 133 millions de DH, tandis que le résultat des opérations de marché bondit de 2,2 à 13,5 millions  de DH en 2008.
A noter que le CIH a investi plus de 177 millions de DH pour les immobilisations d’exploitation et 36 millions de DH pour le hors exploitation. C’est ce qui a servi, d’ailleurs, à financer l’expansion du réseau CIH pour la création d’une trentaine d’agences en 2008.
S’agissant de l’année 2009, les prévisions de la banque ne sont pas moins ambitieuses. Elles  prévoient l’ouverture de 30 nouvelles représentations. Cet effort de développement a alourdi les charges générales d’exploitation. Elles se sont appréciées de 9,5% à plus de 689 millions de DH, soit un coefficient d’exploitation s’établissant à 51,9%, contre 45,6% en 2007.  Par conséquent, le produit net bancaire s’affaisse de 3,9% à 1,3 milliard de DH. Le résultat net, pour sa part, se replie de 71,5% à 404 millions de DH.

MOHAMED KADIMI
Lundi 27 Avril 2009

Lu 2017 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés