Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Jordan Ayew : Le plus important, c'est l'équipe




Jordan Ayew : Le plus important, c'est l'équipe
Le Ghana des frères Ayew s'est qualifié pour les demi-finales de la Coupe d'Afrique des nations, grâce à sa victoire contre la RD Congo (2-1) dimanche à Oyem, dans le Nord du Gabon.Un but du frère cadet Jordan à la 63e et un autre de son aîné Andre sur penalty (78e) ont offert ce précieux succès aux Ghanéens. Les "Black Stars",
finalistes de l'édition 2015,
affronteront le Cameroun
en demi-finale, jeudi à Franceville.
Jordan Ayew a déclaré avoir
"essayé d'être le plus efficace
possible" pour pallier l'absence
du buteur emblématique Gyan Asamoah, blessé, dimanche  à Oyem.


Q: Gyan Asamoah était blessé, c'était important de marquer ce but après votre titularisation ? Qu'est-ce que ça vous fait de voir votre frère marquer ?
R: "Le plus important c'est l'équipe. On a gagné, il faut féliciter les gars. Ils ont fait de bonnes choses, défensivement surtout. J'étais devant, j'ai eu une occasion et j'ai essayé d'être le plus efficace possible. Aujourd'hui cela m'a réussi. (Sur le fait que son frère André a aussi marqué) On remercie le bon Dieu pour ça, mais le plus important ce sont l'équipe et le pays."

Le Ghana va connaître sa sixième demi-finale d'affilée dans la compétition. Face à la RDC, c'est l'expérience des grands rendez-vous qui a fait la différence ?
"Je pense que c'est un travail de tout un staff. On est ensemble depuis des années, on a la confiance de l'encadrement, donc tout se passe naturellement sur le terrain."

C'est l'année ou jamais pour votre sélection après avoir été finaliste malheureux en 2015 ? Que pensez-vous du Cameroun, votre prochain adversaire ?
"Non, pourquoi ce serait déjà pour nous ? Il reste encore deux matches, un match surtout. Cela va être une rencontre très compliquée mais on va tout faire pour (se qualifier). Si le (Cameroun) est arrivé là, c'est qu'ils ont de la qualité. Ils ont des joueurs pas trop connus mais ils ont un collectif fantastique et ça va être un match très compliqué."

Michel Dussuyer jette l’éponge

Le sélectionneur français de la Côte d'Ivoire Michel Dussuyer a démissionné de ses fonctions au retour d'une Coupe d'Afrique des nations ratée qui a vu les Elephants, tenants du titre, sortir dès la phase de poules, a annoncé dimanche la Fédération ivoirienne de football (FIF).
"Le président de la FIF porte à la connaissance de l'opinion publique nationale et internationale que (...) monsieur Dussuyer Michel (...) a donné sa démission. Après consultation du Comité d'urgence de la FIF, le président de la Fédération a pris acte de la décision de monsieur Dussuyer", explique la FIF dans un communiqué.

 

Déclarations des coachs

Hervé Renard
(Sélectionneur du Maroc)

Mon seul regret est de n’avoir donné la victoire à tout ce groupe professionnel
‘’Nous avons eu affaire à une équipe très forte qui a su développer un bon football sur un terrain impraticable. C’est une équipe qui sait laisser passer la tempête pour réagir ensuite. Nous n’avons pas démérité et mon seul regret est de n’avoir donné la victoire à tout ce groupe professionnel, joueurs et staff, qui a travaillé dur, mais aussi au peuple marocain qui nous attendait. Sincèrement, je suis fier de tous les joueurs. Ils étaient exceptionnels et ont fait montre de rigueur et de volonté certaines. On part de loin et nous devons être fiers de ce que nous avons accompli’’.

Hector Cuper
(Sélectionneur de l’Egypte)

La chance a été de notre côté
‘’C’était un match ouvert et à suspense ! C’était très difficile car nous avons affronté une grande équipe mais la chance a été de notre côté. L’équipe marocaine regorge de joueurs talentueux qui ont tout l’avenir devant eux, menés par un grand entraîneur qui a réussi à mettre en place une équipe solide et homogène. Notre objectif et d’aller le plus loin possible dans cette compétition’’.

Avram Grant
(Sélectionneur du Ghana)

Nous n'avons pas si bien joué mais nous avons bien défendu
"A chaque match on voit notre bonne santé physique, notre finesse, s'améliorer. C'est arrivé au bon moment, pour les quarts de finale. Nous étions en forme au bon moment. Et on a aussi joué sur un bon terrain. Je ne peux pas dire que c'est l'essentiel dans un match, mais c'était beaucoup mieux en tout cas. Nous n'avons pas si bien joué mais nous avons bien défendu. Ils auraient pu marquer en 1re mi-temps. Mais les joueurs ont été calmes jusqu'à la pause. On a corrigé les fautes qu'on a commises et la 2e période a été totalement différente. Nous avons joué un bon football. A mon avis, les deux buts que nous avons marqués sont fantastiques. Au moment où nous nous sommes endormis, ils ont aussi mis un but fantastique. La RDC est vraiment une belle équipe, bien organisée, avec de bons joueurs. Ils ont marqué beaucoup de buts jusqu'à maintenant mais on les a bien bloqués".

Florent Ibenge
(Sélectionneur de la RD Congo)

Il ne faut pas tout jeter aux orties et puis corriger
"C'est difficile mais cela reste le football, il faut savoir assumer. On ne peut pas toujours gagner. On a mis tous les ingrédients pour pouvoir le faire. On savait qu'il fallait jouer contre cette équipe du Ghana, qu'il ne falait pas attendre. Malheureusement, il fallait mettre encore un peu plus de rythme en 1re période. Même comme cela, on s'est créé beaucoup d'opportunités. On n'a pas su concrétiser dans la surface de vérité, là où on a été réaliste ces derniers temps. En seconde période, j'ai alarmé tout le monde. Cette équipe allait nous endormir. On s'est fait avoir sur le premier but. Ce n'est pas une action magnifiquement construite des Ghanéens mais une perte de balle de notre côté. On a réussi à revenir au score mais on n'a pas su repartir de l'avant. (Sur l'expérience du Ghana) Oui mais c'est notre maladresse surtout, si on marque nos buts l'expérience n'est plus là. (Sur le bilan du tournoi et l'avenir) Il ne faut pas tout jeter aux orties et puis corriger. Je crois qu'on avance beaucoup plus vite quand il y a une défaite que quand il y a une victoire. On n'oublie pas qu'on est un peu en avance. La CAN-2015, c'était un miracle, on ne devait pas y être. L'objectif c'était d'être dans cette CAN, on a pris goût pour pouvoir aller au bout. On n'y est pas allé mais maintenant il ne faut pas oublier l'autre objectif: le Mondial-2018. Il faut absolument qu'on y aille."

 

Mardi 31 Janvier 2017

Lu 554 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés