Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




L’aéroport Marrakech-Ménara affiche 
une hausse de 8,63% du trafic aérien 

 Le trafic aérien commercial au niveau de l’aéroport Marrakech-Ménara a enregistré en février dernier une hausse de 8,63% comparativement avec la même période de 2016. 
Selon les statistiques de l’Office national des aéroports (ONDA), 319.888 passagers ont transité via l’aéroport international Marrakech-Ménara en février 2017 contre 294.475 durant la même période un an auparavant. 
Pour ce qui est des mouvements d’avions, l’aéroport Marrakech-Ménara a enregistré 19,03% du total du mouvement aérien des aéroports du Royaume, soit la 12è place au niveau national juste après l’aéroport Mohammed V de Casablanca (49,68%).
Concernant les 5 premières lignes aériennes au niveau national, la ligne Marrakech-Paris Orly a occupé la 3ème place avec 36. 116 passagers, soit 2,62% du total du mouvement du trafic aérien commercial au Maroc, alors que la ligne Marrakech-Gatwick a été classée en 5ème position avec 28.358 passagers, soit 2,06% du total du mouvement du trafic aérien au niveau national.
Baisse à 5,4% de la masse monétaire

Le rythme de progression de l'agrégat monétaire M3 a décéléré à 5,4% en février 2017, après 7,1% en janvier dernier pour revenir à 1.191 milliards de dirhams (MMDH), selon Bank Al-Maghrib (BAM). Cette évolution reflète principalement une accentuation de la baisse des comptes à terme à 9,6% après 7,6% et un ralentissement de la croissance des dépôts à vue auprès des banques à 7,9% après 9,1%, a relevé BAM qui vient de publier une note relative aux indicateurs clés des statistiques monétaires de février 2017. Dans le même sens, le taux de progression des détentions des agents économiques en titres d'OPCVM monétaires est revenu à 8,6% après 25,6% et celui des placements à vue à 5,1% après 5,2%, ajoute BAM, notant que la circulation fiduciaire a, quant à elle, affiché une hausse de 5,6% après 5,3%.
En contrepartie, l’évolution de M3 est attribuable essentiellement au ralentissement de la croissance du crédit bancaire de 4,4 à 3,7% et des réserves internationales nettes de 9 à 7,3%, relève BAM, faisant savoir que les créances nettes sur l’Administration centrale ont enregistré une hausse de 12,4% après 9,1% en janvier 2017. En glissement mensuel, l’agrégat M3 a affiché un repli de 0,3% pour revenir à 1191 MMDH, attribuable essentiellement au recul de 0,5% des créances sur l’économie et de 3% des créances nettes sur l’Administration Centrale. Les réserves internationales nettes se sont, quant à elles, accrues de 0,3%, précise BAM.

Libé
Lundi 3 Avril 2017

Lu 425 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.