Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Détérioration du pouvoir d’achat, des revenus et de l’épargne




Pour mieux comprendre les aspirations et priorités des ménages marocains, l’Observatoire Wafasalaf a réalisé une nouvelle enquête consistant à décrypter le comportement des consommateurs, leurs modes de financement et même leurs intentions d’achat en NTIC et électroménager. 
Les principales conclusions de l’étude consacrée à la place de ces deux  produits  dans les foyers marocains ont été présentées lors d’une rencontre tenue récemment à Casablanca. 
Comme lors de la première étude, qui avait confirmé très nettement la transformation de la société marocaine en termes de mode de vie et de consommation, le pouvoir d’achat, les dépenses, le taux d’équipement et les intentions d’achat ont été de nouveau évalués.
Conduite selon l’approche quantitative par questionnaire structuré, la nouvelle étude a été menée auprès d’un échantillon de 1.212 personnes représentatives de la population marocaine résidant en milieu urbain ou périurbain, précisément à  Casablanca, Rabat-Salé, Tanger, Fès, Oujda, Marrakech, Béni-Mellal et Agadir.
L’étude dont l’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas (ville, âge, sexe et CSP) a ciblé des chefs de ménages âgés de 25 à 67 ans, a indiqué Laïla Mamou, présidente du Directoire Wafasalaf soulignant que les durées des entretiens, qui se sont déroulés principalement en arabe dialectal, variaient entre 20 et 25 minutes.
Administrateur consultant au cabinet d'études de marché LMS-CSA, Abdenbi Louitri a d’emblée déclaré que « cette étude et les travaux conduits au sein de l’Observatoire sont complémentaires aux travaux existants et qui sont également très utiles et importants ». Une allusion à ceux qui sont conduits par  d’autres organismes spécialisés qui s’intéressent à la consommation ou au vécu des citoyens.
S’exprimant sur les principaux résultats du baromètre dans son édition 2017, il a indiqué que l’étude a été conduite du 25 janvier au 14 février 2017 « de façon à pourvoir disposer d’informations évaluatives fraîches concernant l’année 2016, pouvoir anticiper et avoir des informations sur les perspectives de l’année 2017 ».
Sur l’évolution des quatre principaux indicateurs qui ont été mesurés dans le cadre de cette étude, il a rappelé que « 62% des ménages interrogés considéraient en 2016 que leur pouvoir d’achat était resté stable, 18% déclaraient qu’il s’est amélioré alors que 20% estimaient qu’il s’est détérioré. En 2017, la proportion des foyers qui estiment que leur pouvoir d’achat est resté stable est pratiquement au même niveau que l’année 2016 ». 
Pour Abdenbi Louitri, « ce qui est innovant, c’est que nous avons aux extrêmes des changements significatifs d’une certaine forme de paupérisation dans le sens où aujourd’hui nous avons 26% de foyers qui estiment que leur pouvoir d’achat s’est détérioré. Il y a un fossé qui se creuse du point de vue de ce rapport entre les plus nantis et les moins nantis. »
Selon les résultats de cette étude, la perception globale des ménages de l’évolution de leur situation économique dénotait une tendance baissière de 15% à 27%, alors que 59% à 67% considèrent que la situation de leur foyer ne s’est ni dégradée, ni améliorée par rapport à 2016.
« Le pouvoir d’achat, le revenu et l’épargne se sont détériorés pour plus de 25% de notre panel et le taux d’endettement s’est détérioré pour seulement 15% », a constaté l’Observatoire notant néanmoins que 8 à 14% estiment que leur situation s’est améliorée depuis les 12 derniers mois.
En ce qui concerne l’équipement en TIC, le marché « semble être porté par le renouvellement et les achats de premier équipement dans un rapport de 9 à 1 pour les smartphones et de 2 à 1 pour les ordinateurs».
En détail, les résultats de l’étude ont fait apparaitre que le smartphone est resté le produit NTIC prédominant dans les foyers marocains à 78%.
Autre enseignement, 56% des répondants ont déclaré disposer d’un micro-ordinateur en état de marche dans leur foyer, un chiffre qui serait  en baisse de 7% depuis les 12 derniers mois, selon le Directoire de Wafasalaf qui a également relevé qu’en comparaison avec l’année dernière, le taux d’équipement en tablettes tactiles est resté stable. Un produit convoité essentiellement par les CSP AB.
Selon l’étude, les intentions d’achat TIC au cours des 12 prochains mois seraient très faibles et connaîtraient une régression de 2 à 4%.
Il a également été constaté une légère stagnation par rapport à 2016 avec un décalage de 3 à 6 mois. L’étude note notamment « un taux de renouvellement assez élevé pour les smartphones, soit 57%, que l’on ne perçoit pratiquement plus en premier équipement » ajoutant que les ordinateurs et les tablettes maintiennent une moyenne assez élevée tant en premier équipement (35% et 43%) qu’en renouvellement (37% et 34%).
Quant aux comportements d’achat, il a été relevé que le marché des NTIC demeure sur la même tendance évolutive depuis 2016. Le secteur continue à se professionnaliser et à s’organiser. Selon les résultats de l’étude,  les sondés ont déclaré solliciter les réseaux de vente informels à seulement 11%, un pourcentage en baisse significative de 10% depuis l’année dernière.
Selon l’étude, « l’auto financement reste le mode de financement privilégié des Marocains (de 75 à 88%), même s’il a été constaté une baisse de 1 à 8% en comparaison avec l’année 2016, alors que le recours au crédit partiel ou total continue de progresser de 2 à 8%, essentiellement pour l’acquisition des micro-ordinateurs».
De son côté, le marché de l’électroménager a été porté par les équipements de première nécessité en renouvellement (réfrigérateur, lave-linge) et les achats complémentaires (télévision). 
« L’évolution de la tendance de l’équipement de 2016 à 2017 reste stable pour le marché des téléviseurs. Certains produits comme les cuisinières, les fours, les lave-linge  ont évolué de 1 à 5% », a relevé l’enquête notant que le marché de l’électroménager suivrait la même tendance générale et se professionnaliserait de plus en plus. 
Autres indications : 9 achats sur 10 se font aux grands magasins et/ou auprès de revendeurs indépendants. En revanche, le secteur informel a reculé de 6 points par rapport à l’année 2016.
Quoi qu’il en soit, globalement, les intentions d’achat de 2017 sont en ralentissement par rapport à 2016, et ce pour tous les produits  de l’étude ; l’intention d’achat des téléviseurs représente la plus forte baisse avec un recul de 10 points.  Les réfrigérateurs et lave-linge sont également en baisse de 2 points chacun.  
A travers cet Observatoire, « Wafasalaf porte la responsabilité d’éclairer le marché, mettre à la disposition du grand public, des décideurs et des partenaires les outils nécessaires pour mieux cerner les aspirations et priorités du consommateur », a rappelé Laïla Mamou. 
 

Alain Bouithy
Lundi 29 Mai 2017

Lu 1162 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.