Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bayern-Real, l'affiche la plus récurrente du football européen




Le Bayern Munich et le Real Madrid s'affrontent ce mercredi en Ligue des champions pour leur 23e rencontre en compétitions européennes de clubs, soit l'affiche la plus récurrente de l'histoire du football continental. Pas la moindre finale disputée, mais plusieurs duels restés dans les mémoires:
Sur leurs 22 confrontations à ce jour, le Bayern Munich a gagné 11 fois et perdu 9 fois contre le Real, pour deux matches nuls. Et très peu d'équipes peuvent se targuer d'être la bête noire de l'ogre madrilène, qui domine l'Europe du haut de ses 11 sacres en C1, record absolu.
La première confrontation entre les deux équipes remonte à 1976, année du troisième des cinq titres européens du Bayern: l'équipe bavaroise de Gerd Müller fait match nul à Madrid en demi-finale aller de C1 (1-1), avant d'éliminer le Real au retour en Allemagne (2-0).
Le Real Madrid de la "Quinta del Buitre", menée par l'attaquant Emilio Butragueño, se fracasse en C1 sur le Bayern, encore en demi-finale, lors de l'édition 1987: défaite 4-1 en Allemagne et victoire madrilène insuffisante au retour (1-0).
Mais après cet essai raté, le coup de maître intervient dès la saison suivante en quart de finale: revers 3-2 à Munich et "remontada" retentissante à Madrid avec un succès 2-0 du Real.
Pendant trois saisons consécutives, entre 2000 et 2002, les deux équipes s'affrontent en phase à élimination directe. Et à chaque fois, la confrontation désigne le futur champion d'Europe.
En 2000, les deux équipes s'opposent même quatre fois: deux fois en phase de poules, pour deux succès du Bayern (4-2, 4-1). Puis deux fois en demi-finale, avec cette fois un triomphe du Real porté par le Français Nicolas Anelka, qui marque à l'aller (succès 2-0) puis au retour (défaite 2-1).
En 2001, le Bayern gagne la demi-finale (1-0, 2-1), avec notamment deux buts du Brésilien Elber, avant de soulever le trophée.
Et en quart de finale 2002, le scénario est favorable au Real, dont le meneur de jeu est un certain Zinédine Zidane (1-2, 2-0). Le Français conduira ensuite la "Maison blanche" à son neuvième trophée en C1 d'une volée d'anthologie en finale contre un autre club allemand, le Bayer Leverkusen.
Zidane marquera aussi un but décisif contre le Bayern en 2004, lors d'un huitième de finale de C1 remporté par le Real (1-1, 1-0)
C'est à ce jour le but le plus rapide de l'histoire de la Ligue des champions: après seulement 10 secondes de jeu, le Néerlandais Roy Makaay surprend le Real Madrid.
Ce but lance le Bayern vers une qualification pour les quarts de finale 2007 en vertu des buts inscrits à l'extérieur (2-3, 2-1).
En demi-finale de l'édition 2012 de la C1, le Real et le Bayern se neutralisent (2-1, 1-2).
L'affaire va donc jusqu'aux tirs au but, où les Allemands s'imposent 3 à 1, le gardien munichois Manuel Neuer arrêtant les tentatives de Cristiano Ronaldo et Kaka. Et le défenseur Sergio Ramos, malheureux, expédie sa frappe dans les nuages...
Nouvelle demi-finale Real-Bayern. Après un match aller serré (1-0, but de Karim Benzema) à Madrid, le Real de Carlo Ancelotti se présente à l'Allianz-Arena de Munich sans grande marge de manœuvre face au Bayern de Pep Guardiola.
Mais le choc tourne à la démonstration madrilène et à l'humiliation pour les Munichois. Sergio Ramos et Cristiano Ronaldo inscrivent chacun un doublé (4-0) et le Real s'envole vers la finale 2014, où il décrochera la "Decima", la dixième C1 de son histoire.

Le beau cadeau de départ de Xabi Alonso

Cinq saisons à Madrid, trois à Munich! Xabi Alonso, 35 ans et qui raccrochera à la fin de la saison, ne pouvait rêver mieux qu'un choc entre le Bayern et le Real en Ligue des champions pour ses derniers mois sur les terrains.
"Whaou, ça va être un beau quart de finale entre deux équipes historiques", s'est exclamé l'Espagnol en prenant connaissance du tirage au sort. "C'est peut-être le tirage le plus compliqué", a-t-il admis, "mais pour moi c'est évidemment un match particulier. Je suis heureux de pouvoir jouer encore une fois à Madrid, même si je sais aussi qu'au Bernabeu, c'est toujours difficile".
Le champion du monde et double champion d'Europe avec l'Espagne -- il compte 114 sélections -- a pourtant tout connu. Y compris la Ligue des champions, qu'il a gagnée deux fois, avec Liverpool en 2005 (battant en finale l'AC Milan alors entraîné par Carlo Ancelotti, son coach au Bayern), puis avec le Real Madrid en 2014 (entraîné par... Ancelotti).

Mercredi 12 Avril 2017

Lu 535 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés