Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Baisse de la contribution des administrations publiques au PIB

De 16,7% en 2014, elle s’est élevée à 15,9% en 2015, selon le HCP




En 2015, l’économie nationale a enregistré un Produit intérieur brut (PIB) en valeur de 982,2 milliards de DH, en augmentation de 6,3% par rapport à 2014.
Les comptes nationaux provisoires des secteurs institutionnels relatifs à l’année 2015 rendus publics par le HCP via une récente Note d’information présentent la séquence complète des comptes non financiers et financiers des secteurs et sous-secteurs institutionnels pour le même exercice, le tableau des comptes économiques intégrés (TCEI) et celui des opérations financières (TOF).
Il en ressort que les sociétés financières et non financières ont créé 42,1% de la richesse nationale et disposé de 14% du revenu national brut disponible, que les ménages et les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) ont produit 30,3% de la valeur ajoutée totale et disposé de  64,3% du revenu national brut disponible, avec un pouvoir d’achat en amélioration de 1,5% dans un contexte de maîtrise d’inflation.
En termes d’épargne,  les sociétés financières et non financières ont ainsi contribué pour  51,2% à l’épargne nationale et les ménages et les ISBLSM ont réalisé  35,3% de l’épargne nationale.
En termes d’investissement, les sociétés financières et non financières ont contribué pour  56,1% de la formation brute du capital fixe (FBCF) et les ménages et les SBLSM ont réalisé  28,4% de la FBCF nationale.

Contribution des secteurs
institutionnels au PIB et au RNDB

La Note du HCP précise aussi que les sociétés financières et non financières  continuent d’être le premier producteur de  la richesse nationale malgré un léger recul de leur contribution au PIB. Elles ont contribué pour 42,1% du PIB en 2015 au lieu de 43% en 2014.
La contribution des ménages et des ISBLSM au PIB s’est accrue de 0,3 point  pour atteindre 30,3% en 2015. En revanche, celle du secteur des administrations publiques est en baisse, passant de 16,7% du PIB en 2014 à 15,9% en 2015.
Le Revenu national brut disponible (RNBD) a atteint 1 039,7 milliards de DH en 2015 au lieu de 985,9 milliards en 2014, en hausse de 5,5%. Cette amélioration est due à une nette augmentation de 18 ,1% du revenu brut disponible des sociétés (financières et non financières) et d’un accroissement de 4,2% et de 2% des revenus disponibles des ménages et des administrations publiques respectivement.
Dans ces conditions, les contributions des secteurs institutionnels au RNBD se sont situées en 2015 à 64,3% pour les ménages, 21,8% pour les administrations publiques et 14% pour les sociétés (dont 2,4% pour les sociétés non financières).

Structure du revenu disponible
brut des ménages et
pouvoir d’achat

La rémunération des salaires constitue le premier poste du revenu disponible brut (RDB) des ménages avec 47,4%, suivie du revenu mixte (y compris l’excédent brut du service de logement) avec 42%. Les revenus de la propriété, les prestations sociales et autres transferts y contribuent à hauteur de 26,2%. Les impôts sur le revenu, le patrimoine et les cotisations sociales, en revanche, contribuent négativement pour 15,5% au RDB des ménages.
Par habitant, le revenu disponible des ménages est en hausse de 3% au lieu de 0,5% en 2014. Il a atteint 19 285 DH en 2015 au lieu de 18721 DH en 2014. L’augmentation des prix à la consommation étant de 1,6% en 2015, le pouvoir d’achat des ménages s’est accru, en conséquence, de 1,5% soit 1,4 point de plus qu’en 2014.
86,1% du RDB des ménages est affecté à la consommation finale en 2015. Celle-ci s’est située à 567,5 milliards de DH, en hausse de 2,6% par rapport à 2014.
Avec l’accroissement plus rapide du revenu des ménages (4,2%), le taux d’épargne des ménages a gagné 1,5 point, pour atteindre 14,4% en 2015 au lieu de 12,9% en 2014.

Structure de la FBCF
et de son financement

La formation brute de capital fixe (FBCF) est de 281,5 milliards de DH en 2015, en augmentation de 2,7% par rapport à 2014. Sa répartition par secteur institutionnel montre que la  contribution des sociétés (financières et non financières) est restée stable aux alentours de 56% ces deux dernières années, celle des administrations publiques a connu une légère amélioration de 0,5 point (15,5% au lieu de 15%), alors que celle des ménages a régressé de  0,5 point (28,4% au lieu de 28,9% en 2014).
L’épargne nationale, de son côté, s’est située à 278 milliards de DH en 2015 au lieu de 243,9 milliards en 2014, en amélioration de 14% au lieu de 0,7% en 2014. Sa répartition par secteur institutionnel montre que les sociétés financières et non financières y contribuent pour  51,2%, suivies par les ménages pour 35,3% et les administrations publiques pour 13,5%.
Globalement, le besoin de financement de la nation, qui représente le solde des opérations économiques avec l’extérieur, a été de 18,9 milliards de DH en 2015 au lieu de 53,3 milliards de DH en 2014, en baisse de 64,4%. Il a représenté, ainsi, 2% du PIB au lieu de 6% une année auparavant.
La baisse du besoin de financement de la nation est due principalement à une nette amélioration de la capacité de financement des ménages (y compris les ISBLSM), passant de 6,2 milliards de DH en 2014 à 16,6 milliards en 2015 et des sociétés financières de 12 milliards de DH à 15,4 milliards, ainsi qu’à la baisse du besoin de financement des sociétés non financières de 64,8 milliards de DH en 2014 à 40,1 milliards en 2015. Le besoin de financement des administrations publiques, en revanche, s’est accru de 4,1 milliards de DH entre 2014 et 2015.

Mardi 21 Février 2017

Lu 725 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés