Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Nous sommes tous Tunis …ie




​Nous sommes tous Tunis …ie
Les Marocaines et les Marocains l’ont démontré de la plus belle manière qui soit, le 16 mai 2005, de triste mémoire,  tout comme le 14 avril 2003, toujours à Casablanca ou le 28 avril 2011 à Marrakech. Ils sont, hormis quelques brebis égarées, déclarées ou non, contre la barbarie terroriste. Les Marocaines et les Marocains ont également eu à le démontrer un certain 11 septembre 2011, comme dernièrement quand la bête immonde a frappé à Paris, ou là, tout récemment, à Tunis.
Samedi dernier, ils et elles étaient tous ensemble devant l’ambassade de Tunisie à Rabat, condamnant le terrorisme, scandant des slogans à la gloire de cette Tunisie qui reste et restera debout pour poursuivre son avancée vers une Tunisie d’institutions qui aura pleinement réussi sa mutation vers la liberté et la démocratie,  tranchant à jamais avec caprices et humeurs dictatoriaux, de quelque obédience que ce soit.
Samedi devant l’ambassade de Tunisie à Rabat, l’hymne national tunisien avec ses superbes paroles signées de l’inégalé Abou El Kacem Achabbi,  chantant les aspirations, la volonté et la force du peuple, était devenu celui de tout le monde. Tous les présents se le sont appropriés pour condamner la bêtise, la terreur et l’obscurantisme.
L’acte abject qui a visé des innocents à Tunis n’est pas que l’œuvre des deux individus qui l’ont exécuté, mais aussi de ceux qui les y ont préparés, ceux qui les ont influencés, endoctrinés, façonnés…
Outre les commanditaires attitrés, il y a aussi ceux qui, à longueur d’année et durant tous les jours que le bon Dieu fait, propagent l’idéologie de la haine et diffusent des fatwas aussi stupides que dangereuses, apostasiant à volonté et livrant impunément bien de citoyens à la vindicte populaire. Sans oublier, bien évidemment,  ceux qui, sans scrupules, cherchent toujours à justifier l’injustifiable, le terrorisme en l’occurrence.
Le 11 septembre aux Etats-Unis, le 16 mai au Maroc, le 7 janvier à Paris (et quoi d’autre ?), c’était monté de toutes pièces, ont-ils osé sans égard pour les dizaines de victimes. Et Tunis, c’était qui?

Par Mohamed Benarbia
Lundi 23 Mars 2015

Lu 437 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés