Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Ménard de triste mémoire




​Ménard de triste mémoire
Et dire qu’il se faisait passer pour un donneur  de leçons, se voulant chantre de la défense de la liberté de la presse.
« Reporters  sans frontières » dont il a été le secrétaire général pendant de trop longues années, lui a servi de tremplin pour se faire  un nom et, pas si accessoirement que ça, garnir son compte en banque.
D’ailleurs, il ne chômera pas après avoir quitté « RSF ». Il a vite fait d’aller monnayer son insoupçonnable talent du côté du Golfe. Il est vrai que les pétrodollars n’ont pas d’odeur.  Il y a servi comme conseiller. En quoi ? Mystère.
En tout cas, c’était suffisant pour lui faire oublier une bonne fois pour toutes ce qu’il présentait pour une noble mission à laquelle il devait être dévoué corps et âme. A moins que les Emirats sur lesquels il avait jeté son dévolu, ne soient un vrai Eldorado pour journalistes  de tous bords.
 Et puis, nouveau revirement : le militant invétéré de la liberté de la presse et a fortiori  des droits de l’Homme décide d’afficher au grand  jour ses accointances  avec l’extrême droite, pour briguer la mairie de Béziers. Le temps de s’installer et il s’en va faire apprécier son extrémisme, son côté xénophobe  et raciste. A côté, tous les Le Pen réunis, père, fille et petite-fille  passeraient pour  des enfants de chœur.
 Après moult tribulations allant de l’interdiction d’étendre du linge aux fenêtres, une publicité choquante sur l’armement de la police municipale en passant par le couvre-feu imposé aux mineurs de moins de 13  ans ou la suppression de l’accueil matinal des enfants de chômeurs, il vient de reconnaître sur un plateau de télé et sans vergogne que « le maire (qu’il est) a les noms, classe par classe, des enfants (…) Les prénoms disent les confessions. Dire le contraire, c’est nier une évidence ». Pratique  fasciste qui tombe sous l’effet de la loi. Après le délit de faciès,  Ménard invente celui des prénoms. Pauvres petits écoliers, musulmans surtout, puisque ce sont eux  qui sont si stupidement, si arbitrairement visés par le facho en question.
Un tel individu ne doit sûrement pas avoir de place dans un pays dont la devise est Liberté, Fraternité, Egalité.

Par Mohamed Benarbia
Jeudi 7 Mai 2015

Lu 745 fois


1.Posté par Abdelkader souissi le 06/05/2015 20:12
Tout est bon pour grimper en politique ,qui t a vendre son âme au diable.....
Un ancien pied noir frustré de la vie ,aujourd hui devenue islamophobe....alors qu il faisait partit de ses donneurs de leçons ,défenseur de la liberté d expression....?
A ne plus rien comprendre.....

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés