Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Grave crise humanitaire au Yémen

Aden sous le feu des raids de la coalition




​Grave crise humanitaire au Yémen
Pénuries, exode et des centaines de morts. La situation devient intenable au Yémen où les organisations humanitaires ont appelé lundi les protagonistes à "réduire au maximum" la souffrance des civils dans l'opération menée par l'Arabie saoudite contre les rebelles chiites.
Le Conseil de sécurité devait de son côté se prononcer mardi sur un projet de résolution frappant notamment de sanctions le chef des Houthis et sommant les miliciens chiites de cesser les hostilités et d'abandonner le pouvoir "immédiatement et sans conditions".
Aden, la deuxième ville du pays, a vécu ses heures les plus violentes depuis le début le 26 mars de la campagne aérienne de la coalition arabe menée par Ryad qui entend empêcher les rebelles chiites Houthis de prendre le pouvoir au Yémen, son voisin.
Outre les victimes des frappes, au moins 30 personnes sont mortes dans la nuit de dimanche à lundi dans les combats entre Houthis et partisans du président Abd Rabbo Mansour Hadi.
Les raids ont visé des barrages et des positions rebelles aux entrées de la cité portuaire, ainsi que le complexe présidentiel tenu par les rebelles, dernier refuge de M. Hadi avant sa fuite vers l'Arabie saoudite fin mars.
Après 19 jours de combats, la population d'Aden commence à manquer de tout, en premier lieu de nourriture, et de nombreuses familles ont choisi l'exil. Les combats touchent de nombreuses régions. Au nord d'Aden, à Daleh, 43 personnes sont mortes depuis dimanche selon un responsable.
Dans le sud-est du pays, des membres de tribus se sont approchés de l'unique terminal gazier du Yémen, à Balhaf, en prenant le contrôle de bases militaires chargées de protéger le port.
La crise est identique à Sanaa, la capitale yéménite aux mains des rebelles, selon la Croix-Rouge internationale.
Face à la gravité de la situation dans le pays où des centaines de personnes ont péri dans le conflit, Human Rights Watch (HRW) a imploré la coalition arabe de prendre "les mesures nécessaires pour réduire au maximum la souffrance des civils".
Des centaines de personnes sont mortes à travers le pays, et des milliers ont été blessées depuis la mi-mars, selon l'ONU.
Les pertes des Houthis et de leurs alliés, des militaires restés fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, restent largement inconnues.
A la frontière yéméno-saoudienne, où Ryad a renforcé ses troupes, ce sont des centaines de Houthis qui sont morts depuis le 26 mars selon les Saoudiens. En outre, des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées et des milliers d'étrangers ont été évacués du pays. Pas moins de 16.000 personnes sont dans l'incapacité de quitter le Yémen, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

Mercredi 15 Avril 2015

Lu 87 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.