Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Economie bleue : Le Maroc, "un acteur investi"


Libé
Mercredi 23 Mars 2022

Le Maroc se positionne comme "un acteur investi" dans les agendas mondiaux et régionaux pouvant apporter sa contribution au développement d’une économie bleue (EB) durable et inclusive, a indiqué la Banque mondiale (BM). C’est dans ce sens que le Maroc a pris conscience de l’importance du relais de croissance offert par l’EB en l’adoptant comme l’un des principaux piliers de son nouveau modèle de développement (NMD), a souligné la BM dans un rapport intitulé “Programme de développement de l’économie bleue, évaluation des systèmes Eenvironnementaux et sociaux (ESES)”. Selon la BM, la mise en œuvre de la planification de l'EB nécessite une démarche de mobilisation spécifique des cadres de coordination existant à l'échelle centrale et à l'échelle régionale, rapporte la MAP. Et de poursuivre que cette planification trouvera un catalyseur dans la mise en place de “clusters côtiers”, selon l’approche proposée par le NMD. Ainsi, la mobilisation pleine et entière du potentiel de l’EB requiert l’accélération de la mise en oeuvre des schémas de développement des régions littorales du Maroc. Ces derniers serviront de levier au développement de “clusters côtiers” pour attirer des investissements orientés vers des activités créatrices de richesses et soucieuses de la préservation des littoraux. En se basant sur le NMD, poursuit la BM, le gouvernement compte développer un programme national pour l’EB via une approche définie autour de l’ensemble des activités contribuant à la protection et à la valorisation des ressources marines et côtières ayant trois objectifs centraux. Il s’agit, précise la même source, du développement économique, de la création d’emplois au niveau territorial, de la sécurité alimentaire du pays et de la protection et de la valorisation des ressources environnementales. Constituant un outil souple et polyvalent à la disposition d'acteurs publics ou privés disposant déjà de cadres institutionnels propres, les “clusters côtiers” ont le potentiel de soutenir pratiquement toute forme de coopération entre tous les acteurs de l'EB désireux de favoriser l'innovation (organisations publiques ou privées, acteurs sectoriels ou intersectoriels, organismes de recherche, ONG, etc.). Afin de soutenir le développement du programme national de l’EB, le gouvernement du Maroc a décidé d’établir un partenariat avec la Banque mondiale à travers la préparation d’un programme pour les résultats (PPR), rappelle la BM. L'objectif de ce programme est de renforcer le cadre institutionnel et financier du Maroc pour le développement durable des zones côtières et marines.


Lu 491 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Mai 2022 - 19:00 Le tout pour le tout de l'ONMT

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS