Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rome impérial et Liverpool seigneurial




L'AS Rome tient sa "salita", sa folle remontée, et il a fait vivre ce scénario cruel au grand FC Barcelone, battu 3-0 au Stade olympique alors qu'il était jusque-là invaincu cette saison en Ligue des champions, pendant que Liverpool a assuré contre Manchester City (2-1).
Le Barça avait infligé une incroyable "remontada" au Paris SG l'an dernier en C1. Le voilà victime à son tour d'un effondrement caractérisé au match retour, alors qu'on pensait l'affaire pliée après son succès 4-1 au match aller au Camp Nou.
Mais Dzeko, déjà buteur à l'aller, marquait rapidement pour mettre son équipe sur de bons rails (6e). Le Barça, qui avant cette rencontre se prenait déjà à rêver d'un éventuel triplé C1-championnat-Coupe du Roi, était inexistant et un penalty de De Rossi à l'heure de jeu mettait vraiment le doute dans les têtes espagnoles (2-0, 58e).
Ter Stegen sauvait Barcelone plusieurs fois, mais Manolas d'une tête croisée sur corner, faisait entrer le Stade olympique en fusion (3-0, 82e).
Au bout de ce scénario inattendu, l'AS Rome se qualifie pour sa première demi-finale depuis 1984. Le Barça, lui, n'a plus vu le dernier carré de la C1 depuis 2015.
Dans le quart de finale 100% anglais, Liverpool, vainqueur 3-0 à l'aller, n'a en revanche pas laissé Manchester City lui infliger pareil camouflet.
City avait pourtant commencé de manière idéale en marquant très tôt par Gabriel Jesus (2e). Les joueurs de Pep Guardiola dominaient ensuite largement les débats mais sans parvenir à marquer un deuxième but qui aurait enflammé la rencontre.
Liverpool faisait le dos rond, soufflait quand Bernardo Silva tirait sur le poteau, et réussissait à tuer l'affaire quand l'inévitable Salah égalisait (1-1, 56e). Il fallait dorénavant à City marquer quatre buts pour se qualifier. Impossible! D'autant que Firmino profitait d'un cadeau de la défense des Sky Blue pour offrir la victoire aux Reds (2-1, 77e). Ceux-ci peuvent savourer leur première qualification pour les demi-finales de la Ligue des champions depuis 2008.

Déclarations des coachs

Klopp: On mérite de passer
(Entraîneur de Liverpool)

"Les gars ont trouvé la solution. On avait déjà eu deux ou trois moments en première période. Et après la pause, on savait que l'on était sortis un peu de la tornade. Sur les deux matches, je crois que l'on mérite de passer car nous avons marqué cinq buts à City et nous n'en avons pris qu'un seul. S'ils ne marquaient pas assez (vite), nous savions que nous aurions des occasions de marquer à notre tour. Notre deuxième période a été tellement meilleure. Je crois que City est la meilleure équipe du monde, mais j'ai toujours dit que nous pouvions les battre. Cela ne veut pas dire que nous sommes pour autant la meilleure équipe. Nous devons profiter de ce moment. Cela fait un moment que Liverpool n'avait pas atteint les demi-finales. Nous mûrissons de plus en plus et nous nous habituons petit à petit à ce genre de matches."

Guardiola: On a tout tenté
 (Entraîneur de Manchester City)

 "On reviendra plus fort la saison prochaine. Il nous reste maintenant à finir le championnat. On avait pourtant bien commencé le match. On a tout tenté en première période. On a tout contrôlé. La seconde période a été différente, bien sûr. Le poteau de Bernardo (Silva), le deuxième but (refusé, NDLR)... il aurait fallu marquer. Nous avons joué dix mois incroyables, c'était exceptionnel mais c'est normal (de ralentir, NDLR) quand vous rencontrez trois équipes incroyables de suite comme ça. Et maintenant nous allons à Tottenham (en championnat, NDLR). On a gagné la saison en terme de statistiques, mais on a perdu cette semaine. On a été en huitièmes la saison passée, cette année les quarts. La saison prochaine, on ira en demi-finales avec un peu de chance. Mais on a été battus par une équipe exceptionnelle. On regrette de ne pas être passés et de ne pas avoir été sacrés champions la semaine dernière. On rêvait d'être en demi et d'être déjà champion, mais je crois que ce que l'on a fait sur les dix derniers mois était plutôt bon".

Di Francesco: On doit viser Kiev
 (Entraîneur de l'AS Rome)

 "Je suis l'entraîneur et j'essaie de mettre mes joueurs dans les meilleures conditions. A l'aller, on avait fait un bon match mais ça n'était pas suffisant. J'ai pensé que j'avais les joueurs adaptés pour jouer en 3-4-3 avec une grande agressivité au pressing. On devait marquer beaucoup de buts dans une période où on marque peu. C'était normal de mettre plus d'attaquants centraux. On a fait jouer je ne sais pas combien de ballons à Ter Stegen, on les a obligés à ça. Je dois dire merci aux garçons, c'est une grande satisfaction. Ils ont fait un travail extraordinaire à tous points de vue. Ce match, j'y bosse depuis la défaite contre la Fiorentina (samedi). A 5h00 du matin je ne dormais pas, je devais trouver quelque chose de plus que notre 4-3-3. Je suis content pour plein de raisons. C'est une philosophie qui est née, pas un système. C'est cette philosophie que les joueurs ont épousée. J'avais besoin d'une équipe européenne et je l'ai eue. Je suis content d'avoir réussi à transmettre une certaine mentalité au groupe. Aujourd'hui c'est un grand moment mais on ne doit pas s'en contenter. On doit viser Kiev (la finale). Pourquoi ne pas croire à quelque chose d'encore plus grand après un match pareil ? C'est ça qu'on doit faire. Les matches européens nous donnent quelque chose en plus. En championnat on doit s'améliorer. On doit apprendre à traiter tous les matches avec la même attention. Je pense déjà au derby. J'y croyais, je l'ai dit hier. L'expression +on n'a rien à perdre+, je déteste ça. On a préparé ce match de façon exceptionnelle au plan mental. C'est comme ça qu'on bat le Barça."

Valverde: Une défaite douloureuse
 (Entraîneur de Barcelone)


"C'est moi le responsable, celui qui fait l'équipe, qui la prépare. C'est le cas qu'on gagne ou qu'on perde. J'ai mis la même équipe qu'il y a une semaine. On avait bien joué, on avait marqué quatre buts. Mais cette fois ils ont été très bons, bravo à eux. On avait une grande occasion et c'est une grande désillusion pour nos supporters. On attendait une autre équipe mais les deux attaquants, c'était une possibilité. Je pensais qu'avec l'équipe que j'avais sur le terrain, on pouvait renverser les choses, on avait l'expérience pour ça. On est venus ici pour essayer de gagner mais l'adversaire a été meilleur. On devait jouer comme si on était à 0-0, comme la semaine dernière. On a essayé de faire la même chose, mais ils ont joué très haut et on n'a pas résisté à leur pression. C'est une défaite douloureuse, qui fait mal. On en reste là, c'est inattendu pour nous tous. On voulait avancer, continuer. Maintenant on doit panser les blessures. Il y a d'autres compétitions et on doit essayer de les gagner parce qu'on n'a rien gagné pour l'instant. Perdre fait partie du foot. On est déçus surtout pour nos supporters mais on doit regarder vers l'avant."

Jeudi 12 Avril 2018

Lu 365 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés