Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rétablissement de l'alimentation normale en eau potable à Tétouan




La situation de l'alimentation en eau potable de la ville de Tétouan et de la région côtière est revenue lundi à la normale, après suspension du programme actuel de rationalisation de l’eau potable.
Ainsi, ce rétablissement de l'alimentation en eau potable de Tétouan et de ses environs s'explique par l'amélioration considérable des retenues des barrages qui desservent la région, grâce aux précipitations qui se sont abattues sur la région durant ces dernières semaines, et l'avancement considérable des travaux de réalisation des projets d'envergure liés à l'alimentation en eau potable dans la région, précise un communiqué conjoint des communes de Tétouan, Martil, M'diq, Fnideq, Malaliyine, Sadina, Azla et de Zitoune, l’Agence du bassin hydraulique du Loukkos, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et la Société Amendis chargée de la gestion du secteur de l’eau.
Et de souligner que la situation actuelle requiert plus de vigilance en vue de garantir la continuité du service de l’eau potable dans la région. Concernant les retenues des barrages desservant la ville de Tétouan et la zone côtière, elles ont atteint un volume global de 13 millions de m3, alors que les réserves hydrauliques au niveau du barrage d’Oued Martil ont totalisé environ 10 millions de m3, bien qu'il soit encore en cours de construction, souligne le communiqué, notant que les besoins de la région en cette matière vitale s'élèvent à 38 millions de m3 par an, alors que le volume des eaux traitées reste fortement lié aux retenues des barrages et des stations de traitement de l'eau potable.
Sur le volet des projets structurants visant à garantir l'alimentation en eau potable de la ville de Tétouan et de la zone côtière, le communiqué a précisé que les parties concernées œuvrent à accélérer le rythme de réalisation des canaux sur 24 km pour alimenter le barrage Moulay El Hassan El Mehdi à partir du barrage de Tanger Med avec un débit de 500 litres par seconde, dont la mise en service est prévue pour février 2017, d'une station de production de l'eau potable sur le barrage d'Oued Martil (débit de 500 litres/seconde, à partir de juin 2017), et de la liaison par des canaux sur 25 km entre les barrages de Moulay Bouchta et de Nakhla (500 litres/ seconde, à partir de juillet 2017).
Et malgré l'importance de la capacité de traitement et de production, le taux de remplissage des barrages de Smir et de Moulay El Hassan El Mehdi ne dépasse pas actuellement respectivement 13% et 15%. Dans ce contexte, les autorités publiques et les services concernés exhortent les citoyens à faire preuve d'un sens de responsabilité en matière de consommation de cette source vitale, à travers la rationalisation de l'usage de l'eau et la lutte contre son gaspillage.

Libé
Mercredi 21 Décembre 2016

Lu 1174 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés