Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quand le handball suscite la ferveur brièvement




Bien que le Hassania d’Agadir, club phare du football dans le Souss, ait réalisé une belle performance passant in extremis à côté du sacre en championnat, l’actualité sportive régionale en 2018 aura été incontestablement marquée par le doublé historique réussi par son rival, le Raja mais cette fois-ci en handball, une discipline bien moins nantie et qui n’a suscité la ferveur des supporters que brièvement.
Tombeurs de l’AS FAR lors de la finale des play-offs du championnat de la division excellence, les handballeurs gadiris ont confirmé leur supériorité en enchaînant par une belle victoire en Coupe du Trône sur leur grand rival, le Widad Smara.
Grâce à ce double sacre, le club réalise une première de son histoire depuis sa création en 1985.
Joueurs, staff technique et dirigeants ont fêté, avec beaucoup de fierté, l’exploit aussi bien avec leurs supporteurs que lors de cérémonies en présence de représentants des autorités et des élus de la ville.
Pour le président du club, Ahmed Saji, le doublé championnat-Coupe du Trône récompense un “patient travail de formation” qui explique d’ailleurs les bonnes performances réalisées au fil des dernières années.
En 2018, les handballeurs d'Agadir ont enregistré une nette amélioration après avoir échoué au pied du podium lors des saisons précédentes.
“Le titre vient couronner un parcours honorable durant les trois dernières années. L’abnégation au travail à tous les niveaux amène des résultats”, a affirmé M. Saji, lui-même ancien joueur et membre fondateur du club.
Figure connue du monde du handball au niveau national, M. Saji, qui préside aussi la Ligue du Souss-Massa de la discipline, a indiqué, à la MAP, que le bureau dirigeant s’est fixé, depuis 2015, comme objectif de finir son mandat avec un titre en championnat ou en Coupe du Trône.
“Nous avons mis le paquet sur la formation des jeunes. Notre travail a été concluant puisqu’il nous a permis de remporter deux championnats des minimes et deux autres au niveau des cadets”, s’est-il réjoui après le sacre au championnat.
Et d’ajouter que le titre de cette année “nous conforte aussi dans cette politique de formation et d’encadrement”.
“Nous sommes fiers aujourd’hui d’avoir un vivier d’une cinquantaine de joueurs qui serviront de piliers pour l’avenir”, a poursuivi M. Saji qui a tenu à saluer l’apport considérable des joueurs professionnels venus renforcer les rangs de l’équipe ainsi que le rôle de premier plan de deux entraîneurs, l’un tunisien et l’autre égyptien, qui ont accompagné, de 2015 à 2017, la marche du Raja vers le sommet.
Pour lui, le fait que 90% de l'effectif provienne des catégories de jeunes et que l’encadrement soit assuré par des entraîneurs locaux, Khalid Moufkir et Mustafa Mazar, est en soi un “réel motif de fierté”, rendant par ailleurs hommage aux membres dirigeants pour “leur engagement ainsi que pour leurs contributions aux finances du club”.
Concernant ce dernier volet, le président du club regrette le manque de ressources et de sponsoring à l’exception d’une contribution de 200.000 DH allouée par le conseil communal, estimant que le handball “n’a toujours pas eu le soutien qu’il mérite”.
Aujourd’hui, l’appui de la commune a été revu à la hausse avec la signature d’une convention au terme de laquelle un montant de 400.000 DH est versé au club, une “bouffée d’oxygène” pour s'acquitter des primes des joueurs et continuer l’aventure cette année.
Reste que cette prouesse ne manquera pas de donner un nouvel élan au développement du handball dans toute la région. La Ligue du Souss qui ne comptait, au moment de sa création, que deux clubs uniquement, dispose aujourd’hui de 31 équipes.
Par ailleurs, sur le plan continental, le champion du Maroc en titre n’a pas fait le poids face à d’autres clubs africains, plus expérimentés et mieux rodés aux épreuves de haut niveau.
Il a été éliminé du 40ème Championnat d'Afrique des clubs champions, disputé en Côte d’Ivoire, après sa défaite en quart de finale, face aux Egyptiens d'Al Ahly, tenants du titre, sur le score de (20-31).
En dépit d’un jeu entreprenant et très engagé, les handballeurs gadiris n'ont pu venir à bout d’une équipe égyptienne soudée défensivement et très réaliste sur le plan offensif. Ils ont raté le dernier carré de cette compétition que le club dispute pour la première fois de son histoire.
Lors de la phase de poules, le Raja d’Agadir avait déjà concédé trois défaites en autant de rencontres face au Zamalek d’Egypte, au Groupement sportif pétrolier d’Algérie et à la Jeunesse sportive de Kinshasa de la République démocratique du Congo.

Mardi 25 Décembre 2018

Lu 477 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Septembre 2020 - 19:45 Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad

Vendredi 18 Septembre 2020 - 19:59 La Juve en quête d' un 10ème titre de suite

Vendredi 18 Septembre 2020 - 14:00 Roland-Garros rattrapé par la réalité du Covid-19