Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Prisme tactique : C’est par les ailes que la Libye vit




  La nouveauté nous fait toujours un peu peur, parce que nous nous sentons plus rassurés si nous avons tout sous contrôle. Ce sera un peu le sens de l’histoire du match de ce soir. Car d’une part, l’équipe nationale atteint ce niveau de la compétition pour la première fois dans cette manifestation sportive, et d’autre part, la Libye sera le premier adversaire à vouloir nous priver du ballon.
On n’a jamais vraiment de certitudes en football, mais la Libye nous a habitués jusqu’ici à se déployer offensivement dans un 4-3-3 qui fait la part belle à la possession, une bonne circulation du ballon et à un jeu en triangle sur les côtés. C’est simple, mue par des centres précis, cette stratégie est à l’origine de la totalité de leurs buts (5), dont le côté gauche demeure le territoire privilégié. C’est là où ils peuvent trouver le latéral très haut.
C’est là aussi où ce dernier peut s’appuyer sur une combinaison technique certaine avec son ailier et le milieu relayeur gauche, profiter de leurs déplacements, proposer du jeu à trois et créer le déséquilibre. Pour Jamal Sellami et ses hommes, il s’agira justement d’annihiler cette stratégie. Dans cette optique, la stratégie défensive en 4-4-1-1 des Marocains est idéale, soit en pressant haut pour empêcher la première relance sur les côtés et l’orienter vers la densité de l’axe du terrain, soit en défendant avec un bloc bas pour les priver d’espace et donc de décalage. Le repli défensif des ailiers marocains sera d’une extrême importance, afin de se retrouver en supériorité numérique (4 contre 3) dans les zones excentrées du terrain.    
Si les tenants du titre s’appuient sur un côté gauche hyper actif, cet atout se trouve être aussi leur principal défaut. Ainsi, les Nationaux devront s’attacher à attaquer l’espace laissé vacant par les montées incessantes du latéral libyen. Comme à son habitude, El Kaabi ne se fera pas prier pour s’y engouffrer. Dans ce cadre, le latéral marocain à l’opposé et un des milieux avancés devront accompagner l’action pour offrir une solution sur la largeur et profiter du décalage créé par le coulissement de la défense centrale libyenne destiné à contrôler la course de l’attaquant marocain. Une piste à exploiter à fond d’autant plus qu’avec une seule pointe basse au milieu et un repli défensif plus que douteux, les Chevaliers de la Méditerranée auront du mal à contrôler toute la largeur du terrain.   
Globalement, il faudra être concentré et attentif en continu sur les centres, en se montrant agressif face au porteur du ballon, puis à la récupération, être juste techniquement pour le ressortir quand on l’aura et ne pas le perdre trop vite, ni courir sans cesse après. Bref, la configuration de ce match s'annonce aussi inédite que piégeuse. Ce soir, ce sera vraiment une autre histoire.

Chady Chaabi
Mercredi 31 Janvier 2018

Lu 553 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés