Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour ou contre les JO-2026 ? Les habitants de Calgary donnent leur avis




Les habitants de Calgary sont appelés à dire mardi s'ils approuvent la candidature de leur ville aux JO-2026 d'hiver, lors d'un référendum purement consultatif mais qui devrait peser lourd dans la décision finale.
En cas de victoire du "non", la province de l'Alberta, qui doit cofinancer le projet, a d'ores et déjà indiqué qu'elle retirerait son soutien. Mais même en cas de "oui" étriqué, le conseil municipal de Calgary, lui-même divisé et à qui reviendra le dernier mot, pourrait décider in fine de jeter l'éponge.
Les quelque 160 bureaux de vote (électronique) ont ouvert mardi à 8h00 locales (15h00 GMT) et doivent fermer douze heures plus tard. Environ 80.000 personnes ont voté par anticipation et près de 700.000 adultes, sur une population totale de 1,2 million d'habitants, sont appelés aux urnes mardi.
Les premiers résultats sont attendus vers 22h00 locales (05h00 GMT), même si les chiffres définitifs ne seront annoncés qu'en fin de semaine.
Partisans et opposants ont mené campagne jusqu'au bout, rendant l'issue de la consultation particulièrement incertaine. Un récent sondage mené par la chaîne publique CBC fin octobre donnait une nette avance au "non" (55%, contre 35% de "oui"), mais il ne portait que sur 243 personnes.
D'un côté, le camp du "oui", qui rêve d'un retour de la flamme olympique à Calgary près de 40 ans après les JO d'hiver de 1988. De ces JO, la ville a justement gardé de nombreux équipements, qui nécessiteront des travaux de modernisation mais permettront de limiter les coûts.
A leurs yeux, les retombées économiques attendues justifient largement les 390 millions de dollars canadiens (260 millions d'euros) que la ville devra payer, au terme d'un accord laborieusement conclu ces dernières semaines avec la province et l'État fédéral.
"Je vote #Oui à Calgary parce que c'est un accord extraordinaire pour notre ville", a fait valoir le maire, Naheed Nenshi. "Pour 390 millions de dollars à la charge de Calgary, on aurait ici plus de 4 milliards de dollars investis".
Sur un projet total estimé à cinq milliards de dollars canadiens (3,3 milliards d'euros), le gouvernement fédéral de Justin Trudeau a promis 1,45 milliard de dollars, la province de l'Alberta 700 millions, laissant à Calgary 390 millions. La contribution du Comité international olympique (CIO) serait, en cas de succès, de 1,2 milliard.
"Les Jeux mettraient un coup de projecteur (sur la ville) équivalant à 31 Super Bowls (la finale du championnat de football américain ndlr), ce n'est pas une campagne marketing au rabais", a fait valoir Mary Moran, l'une des responsables du comité de candidature Calgary 2026.
Les opposants brandissent quant à eux l'épouvantail d'un dérapage des dépenses qui entraînerait une hausse des impôts locaux, arguments qui avaient déjà contribué à faire capoter les candidatures de Sion (Suisse) et Graz/Schladming (Autriche) pour ces mêmes JO.
Comme Erin Waite, l'une des porte-parole du "non", ils craignent en outre que d'autres projets municipaux pâtissent de cette candidature.
"Lors des 10 ou peut-être 20 prochaines années, il y aura des choses qu'on ne fera pas pour Calgary parce qu'on aura hébergé les Jeux pour le CIO", a-t-elle déclaré à CBC.
Le CIO est également dans le collimateur de l'ancien champion olympique de bosses, Jean-Luc Brossard, l'un des rares athlètes canadiens à appeler à voter "non".
Dans une tribune au vitriol publiée lundi par Radio-Canada, il critique le fonctionnement "autocratique" du Comité olympique qui, selon lui, organise des Jeux lucratifs sans reverser le moindre cent aux "acteurs de ce spectacle".
"Pourquoi tous les athlètes olympiques n'auraient-ils pas une redevance du CIO, car ils participent au succès des Jeux qui enrichissent l'organisation ? En acceptant la candidature de Calgary, nous acceptons encore une fois l'exploitation des athlètes", écrit-il.
Le conseil municipal de Calgary a prévu de se réunir lundi pour décider de la suite à donner au projet. Si l'aventure devait se poursuivre, Calgary serait en lice avec Milan-Cortina d'Ampezzo (Italie) et Stockholm. Le CIO tranchera en juin 2019 à Lausanne.

Jeudi 15 Novembre 2018

Lu 445 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 18:05 A mourir d’ennui Le derby des nuls