Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour Pyongyang, les menaces américaines rendent la guerre inévitable




Les manœuvres militaires conjointes menées par les armées américaine et sud-coréenne conjuguées aux menaces de guerre préventive de Washington font de la perspective d'un conflit dans la péninsule coréenne un "fait établi", a déclaré mercredi soir le ministère nord-coréen des Affaires étrangères.
"La seule question qui reste à présent est de savoir quand cette guerre éclatera", a ajouté un porte-parole du ministère dans une déclaration reprise par l'agence officielle de presse nord-coréenne KCNA.
"Nous ne souhaitons pas une guerre mais nous ne nous déroberons pas, et si les Etats-Unis se méprenaient sur notre patience et allumaient la mèche d'une guerre nucléaire, nous leur ferions chèrement payer à coup sûr le prix des conséquences par notre puissante force nucléaire, que nous avons systématiquement renforcée", a-t-il poursuivi.
La Corée du Sud et les Etats-Unis ont lancé lundi de vastes exercices militaires aériens, les plus importants de leur coopération militaire à ce jour, moins d'une semaine après un nouvel essai de missile de la Corée du Nord qui a ravivé les tensions dans la région.
Cet exercice américano-coréen annuel, connu sous le nom de "Vigilant Ace", implique 230 appareils et s'achèvera vendredi.
Jeudi, deux bombardiers américains B-1B, qui sont parmi les plus grands avions d'attaque de l'US Air Force, ont pris part à ces manoeuvres au-dessus de la péninsule coréenne.
Les deux appareils ont décollé de la base américaine de Guam, dans le Pacifique.
Mercredi, un bombardier américain B-1B avait déjà survolé la péninsule coréenne.
Le week-end dernier, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, H.R. McMaster, a estimé que la possibilité d'une guerre contre la Corée du Nord "augmentait chaque jour" et le sénateur républicain Lindsey Graham a demandé dimanche au Pentagone de rapatrier les familles des militaires américains déployés en Corée du Sud.
C'est dans ce contexte de tensions exacerbées qu'un haut responsable des Nations unies, l'Américain Jeffrey Feltman, secrétaire général adjoint aux affaires politiques de l’ONU, s'est rendu cette semaine à Pyongyang. Le plus haut responsable de l'ONU à se rendre en République populaire démocratique de Corée depuis 2012 a été reçu mercredi à Pyongyang par le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Pak Myong-guk, a rapporté l'agence KCNA.
La Chine a appelé toutes les parties à la retenue, soulignant que la guerre n'était pas une solution.
"Nous espérons que toutes les parties concernées feront preuve de calme et de retenue et prendront des mesures pour faire baisser les tensions et éviter les provocations", a dit le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Geng Shuang.
"Une guerre ne serait dans l'intérêt de personne", a-t-il ajouté.
La Corée du Nord est sous le coup de sanctions de l'ONU depuis 2006 en raison de ses programmes balistique et nucléaire.

 

Vendredi 8 Décembre 2017

Lu 286 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs