Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour Messi et Donnarumma, une soirée en or plombante


Libé
Jeudi 2 Décembre 2021

Célébrés comme des rock stars par le Parc des Princes, Lionel Messi et Gianluigi Donnarumma, respectivement Ballon d'Or et trophée Yachine, ont essayé de prolonger la fête, mais sans succès pour le Paris SG, tenu en échec par Nice (0-0), mercredi.

Pour voir des animations pyrotechniques, il fallait pour les spectateurs se présenter une dizaine de minutes avant le coup d'envoi, au moment de la courte cérémonie consacrée aux deux hommes de la soirée.

Récompensés lundi, Messi et Donnarumma ont présenté leur prix au public parisien, dans une chaude ambiance embellie par des chants à leur gloire et des feux d'artifice.

Mais la suite n'a pas été aussi clinquante qu'espéré, face à des Niçois pas venus pour astiquer leurs trophées. Le talent d'alchimiste des deux internationaux n'a pas suffi pour transformer en or la soirée.

Pour la première fois de la saison, un match s'est terminé au Parc sur le score de 0-0.

L'Argentin aux sept Ballons d'Or, un record, avait pourtant retrouvé une position axiale qui était la sienne au FC Barcelone, suite à l'absence de Neymar, victime dimanche d'une entorse d'une cheville.

Comme au Camp Nou, des "Messi! Messi!" ont déferlé des tribunes à chacune de ses tentatives les plus dangereuses.

Mais le joueur a manqué de réalisme, rappelant que sa récompense, comme la lune, avait une face cachée: une inefficacité chronique en Ligue 1, où son compteur de buts reste bloqué à un.

L'Argentin n'a pas livré de plaidoyer pour se défendre des critiques qui l'ont visé lorsqu'il a reçu le Ballon d'Or au détriment de l'attaquant du Bayern Munich Robert Lewandowski, qui a plus marqué que lui.

Son meilleur coup-franc, légèrement excentré à 20 mètres du but de Walter Benitez, a terminé dans le mur niçois (10e), pas surpris par sa tentative à ras de terre.

Par la suite, Messi a tenté d'exister en combinant avec Angel Di Maria, son fidèle compagnon depuis plus de dix ans en sélection d'Argentine qui le connaît comme sa poche.

Mais le "Fideo" ("vermicelle" en espagnol) n'a pas été plus en réussite que lui (42e, 51e). Messi a cherché Kylian Mbappé en seconde période, mais "Kyky", aussi, a gâché (64e).

L'Argentin a incarné ce PSG qui ne joue que par séquences, et qui continue de se chercher. Ses défaillances finissent toujours par profiter à ses adversaires... c'est là que Donnarumma est intervenu.

L'Italien a réalisé des arrêts dignes du trophée Yachine, sur un tir flottant de Kasper Dolberg (9e) puis une tête à bout portant d'Andy Delort (32e).

L'Italien (1,96 m) a déployé son envergure d'albatros pour maintenir à flot le PSG quand les contres niçois le menaçaient le plus.



Lu 1225 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS