Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Normalisation des relations entre Rabat et La Havane

Elio Eduardo Rodríguez Perdomo remet à Nasser Bourita une copie figurée de ses lettres de créance en tant qu’ambassadeur de Cuba




Le Maroc et Cuba ont franchi un autre pas vers la normalisation de leurs relations. En effet, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, a reçu, mardi à Rabat, l'ambassadeur de la République de Cuba, Elio Eduardo Rodríguez Perdomo, qui lui a remis une copie figurée de ses lettres de créance en tant qu’ambassadeur plénipotentiaire et extraordinaire de son pays au Maroc avec résidence à Paris.
Il sera ainsi le soixante troisième ambassadeur non résident à représenter son pays au Maroc.
Un communiqué de presse du ministère relayé par la MAP a souligné que la nomination du nouvel ambassadeur cubain «prolonge la dynamique nouvelle, amorcée par la visite historique de S.M le Roi Mohammed VI à Cuba et couronnée par la reprise, en avril 2017, des relations diplomatiques entre Rabat et La Havane, mettant fin à 37 ans de rupture». Et la même source d’ajouter que «la rencontre traduit, également, la volonté commune de développer la coopération bilatérale et de renforcer les relations d’amitié et de respect mutuel».
Il convient de rappeler dans ce sens que les relations diplomatiques entre Rabat et La Havane, établies en 1960, ont été rompues à deux reprises. La première fois le 31 octobre 1963 suite à la Guerre des sables au cours de laquelle Cuba avait prêté main forte à l’Algérie dans sa guerre contre le Royaume en lui accordant une aide composée d’un bataillon de tanks de 22 T-34, un groupe de mortiers de 18 pièces, des obus, de l’artillerie antiaérienne et de près de 700 hommes, dont 26 officiers ainsi que 28 médecins et 22 infirmiers.
Le Maroc a également rompu ses relations avec Cuba, une seconde fois, suite à la reconnaissance par La Havane de la pseudo-RASD.
Depuis lors, aucun contact n’est intervenu entre notre pays et La Havane, qui n’a cessé de marquer une position d’appui inconditionnelle aux séparatistes, qualifiée par Cuba de «devoir historique», et de renforcer sa «coopération» avec la pseudo-RASD sur les plans diplomatique et militaire pour l’élargir, par la suite, aux aspects techniques et humanitaires couvrant notamment les domaines de la formation et de la santé.
Il y a lieu de signaler, par ailleurs, que Rabat avait nommé Boughaleb El Attar comme ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Royaume du Maroc à Cuba et il avait remis ses lettres de créance le 29 juin dernier.
En avril 2017, les ambassadeurs du Maroc et de Cuba à l'ONU, respectivement Omar Hilale et Anayansi Rodriguez Camejo, avaient signé à New York un accord pour rétablir les relations diplomatiques entre Rabat et La Havane. «Conformément aux Très Hautes Instructions de S.M  le Roi Mohammed VI, le Royaume du Maroc a rétabli, ce jour, ses relations diplomatiques avec la République de Cuba», avait indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

H.T
Mercredi 29 Août 2018

Lu 532 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés