Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mondial FIFA : Oublions “United 2026” et concentrons-nous sur “Bidding Nation Morocco”

Les meilleures cartes pour Maroc 2026 peuvent être autres que le fuseau horaire et la proximité avec l’Europe




Cessons de prendre nos interprétations pour des faits avérés. Depuis l’annonce de la démission de Sunil Gulati, ancien président de la candidature commune «United 2026», d’aucuns sont allés vite en besogne pour influencer les opinions en commentant cette nouvelle donne comme étant un échec du rival américain.
Alors que le communiqué officiel faisant part de cette démission annonce que celle-ci «est destinée à montrer l'unité au plus haut niveau de la candidature commune face au Maroc», rapporte une dépêche de l’agence AFP. Laquelle ajoute les propos des trois nouveaux présidents de la candidature United 2026, le Canadien Steve Reed, le Mexicain Decio de Maria et l’Américain Carlos Cordeiro qui ont souligné que  «comme co-présidents de notre candidature commune, nous sommes fiers de représenter l'engagement commun du Canada, du Mexique et des Etats-Unis d'accueillir la première Coupe du monde à 48 équipes avec une unité, une stabilité et une certitude inégalée».
Autrement dit, au lieu de se focaliser sur la candidature de l’autre prétendant, le bon sens veut que l’on se concentre sur la nôtre pour faire valoir les atouts qui puissent conduire le dossier «Maroc 2026» à l’objectif escompté.
A cet effet, le Maroc n’est pas à sa première tentative en vue d’organiser une Coupe du monde FIFA. Il faut donc retenir les leçons des précédentes candidatures (1994, 1998, 2006 et 2010) et rectifier le tir et non comme des optimistes zélés qui se sont lancés prématurément au décomptage de voix en notre faveur, alors que les premiers responsables du dossier marocain savent mieux que quiconque qu’un soutien n’est pas forcément un bulletin ou une main levée pour.  Le diplomatiquement correct est de mise dans ces cas de figure puisque le rejet peut être maquillé par une déclaration trompeuse.
 

Ce qui est sûr, c’est qu’il y aura de part et d’autre des coups bas et non des moindres, mais qui ne peuvent être à eux seuls décisifs dans la course finale. Chaque dossier défendra et vantera sa candidature et «Maroc 2026» devra abattre ses meilleures cartes pour convaincre le maximum de votants, au nombre de 211 fédérations.
Et les meilleures cartes peuvent être autres que le fuseau horaire et la proximité avec l’Europe. De par le passé, l’on avait usé de ces donnes à toutes les sauces mais le résultat n’avait pas suivi. Et l’on voit mal comment il le sera aujourd’hui au moment où le décalage horaire n’est pas un grand souci puisque les matches peuvent être programmés en fin de matinée ou de soirée tant que cela arrange les diffuseurs et les sponsors FIFA dont les gros mastodontes se trouvent du côté de l’Amérique et de l’Asie.
Quant à la proximité avec l’Europe, il faut se dire que seule l’Espagne est aux portes du Maroc. Pour un Slave, un Scandinave ou encore un Germanique, traverser l’Atlantique pour débarquer en territoire américain, cela est égal, plus ou moins, au même nombre d’heures de vol qu’il devra se taper pour atteindre le Royaume.

 

Partant de là, les chargés de «Maroc 2026» doivent tout d’abord s’en tenir aux critères figurant dans les rapports d’évaluation technique, à savoir ceux se rapportant aux infrastructures (stades, installations à disposition des équipes et des arbitres, hébergement, transports et déplacements (dont aéroports), opérations informatiques et technologiques, site du centre international de diffusion et sites des FIFA Fan Fest ; et ceux relatifs aux aspects commerciaux (coût estimé de la compétition, recettes estimées de la vente de billets et de formules hospitalité, ainsi que les revenus estimés de la vente des droits médias et marketing), lit-on dans le guide de la procédure de candidature de la Coupe du monde de la FIFA 2026.
Le Comité de candidature Maroc 2026 est tenu de répondre favorablement à ces critères, car comme il est mentionné dans ledit guide « les notes obtenues déterminent si une candidature peut être retenue pour l’étape suivante de la procédure, à savoir sa sélection par le Conseil de la FIFA pour une soumission au vote du congrès », prévu le 13 juin prochain, sachant qu’une commission d’inspection de la Fédération internationale de football est attendue à la mi-avril au Maroc.
Bref, les responsables de la candidature marocaine savent à quoi s’attendre. Monter un dossier en béton où rien ne doit être laissé au hasard, sachant qu’entre autres contraintes auxquelles il faudra faire face c’est le public, nouvelle génération du Mondial 2026. Une grande partie des supporteurs sera constituée par les natifs du troisième millénaire, des gens qui perçoivent les choses autrement. Comme ne pas rester admiratif plus qu’il en faut devant un monument ou un paysage naturel, préférant vivre à fond, en leur proposant tout un éventail de choix d’activités rendant leur séjour des plus agréables.

Mohamed Bouarab
Jeudi 15 Mars 2018

Lu 1587 fois


1.Posté par Said le 15/03/2018 08:46 (depuis mobile)
Il faut faire attention car la magouilles c''est leurs savoir faire les donneurs des leçons

2.Posté par Site de commerce en ligne au Maroc le 01/04/2018 00:55
Une chose est sûre, si le Royaume dépasse l'étape du Task Force, il aura toutes les chances pour organiser le Mondial.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés