Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lyon dépasse Monaco sur fond de guérilla olympique




Sur le terrain, Lyon (2-0 contre Nantes) a pris la 2e place de Monaco, neutralisé par Amiens (0-0) samedi, tandis que dans les coulisses, le conflit entre le président lyonnais Jean-Michel Aulas et son homologue marseillais Jacques-Henri Eyraud s'est tendu. Le coup d'arrêt des champions de France en titre, qui restaient sur deux défaites, se confirme, et les conséquences au classement ont fini par se matérialiser: l'ASM a perdu le billet direct pour la Ligue des champions qu'elle détenait depuis la mi-janvier, en glissant à la 3e place.
Pire, le club de la Principauté dégringolerait même à la 4e place si Marseille s'imposait dimanche après-midi à Angers... Monaco a fini par se faire dépasser par Lyon, auteur d'une septième victoire d'affilée et d'un nouveau record maison de buts marqués (79). Les buteurs ont été Depay encore une fois, impliqué sur treize buts lors des six derniers matches de son équipe (7 buts, 6 passes décisives), et Traoré. Ce dernier a trouvé la barre, et Aouar le poteau.
Sur l'ouverture du score, Depay a frappé devant Dubois, au marquage très lâche sur le coup, et titularisé par Claudio Ranieri contre l'avis de son président Waldemar Kita. De quoi nourrir les sarcasmes sur les réseaux sociaux, sachant que le capitaine nantais s'est déjà engagé pour l'OL la saison prochaine. Mais la supériorité lyonnaise et la victoire logique ont étouffé l'amorce de polémique.
L'OM-OL de mars (2-3) joue les prolongations, et ça tacle en costume.
Mardi, la commission de discipline avait renvoyé dos à dos le défenseur marseillais Rami et le gardien lyonnais Lopes, suspendus trois matches ferme. Ce qui a déclenché la fureur du président de l'OM Jacques-Henri Eyraud qui en a rajouté une couche notamment en surnommant Jean-Michel Aulas "Don Giovanni-Michele". Samedi soir, "JMA" a répliqué en tenant responsable "JHE" d'une chanson entonnée au Vélodrome dans la perspective d'une éventuelle finale d'Europa League le 16 mai à Lyon: "Prendre le risque d'inciter à la haine et de ne pas réagir quand des propos sont tenus par certains supporters qui sont venus tout casser à Lyon et que l'on est dirigeant de Marseille sans intervenir pour faire cesser cela, c'est une nouvelle responsabilité".
La présidente de la Ligue (LFP) Nathalie Boy de la Tour a voulu samedi siffler la fin de la récréation: "Je déplore l'image négative" donnée par le conflit et "j'appelle au calme", a-t-elle déclaré à l'AFP.
Dans la course à la petite Europe, Nantes (10e) a sans doute définitivement enterré ses chances, dépassé par Bordeaux (3-1 contre Dijon).
Nice (6e) n'a fait qu'un petit pas, en ne prenant qu'un point à Strasbourg avec un nul 1-1. Nice est à une longueur de Saint-Etienne (vainqueur à Montpellier 1-0 vendredi) et possède deux points d'avance sur Rennes, qui reçoit Toulouse dimanche.
Dans la lutte pour le maintien, le grand perdant est Metz, lanterne rouge défaite 3-1 à Lille. Le Losc (19e) est cependant toujours à égalité de points avec Troyes (18e), vainqueur de Caen 3-1.

Libé
Lundi 30 Avril 2018

Lu 113 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés