Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les migrants repêchés par la Marine espagnole ne seront pas débarqués au Maroc

Mustapha El Khalfi Il n'y a pas d'accord entre Rabat et Madrid permettant aux bateaux espagnols de sauvetage de migrants d'accoster dans les ports du Royaume




Le porte-parole du gouvernement marocain Mustapha El Khalfi a rejetté jeudi en bloc les allégations de la presse espagnole faisant état d’un supposé accord entre Madrid et Rabat permettant aux bateaux espagnols de sauvetage de migrants d'accoster dans les ports du Royaume.
Cette assertion a été relayée il y a quelques jours par le quotidien espagnol El Pais et reprise par le quotidien ABC, Europa Sur, Público, El Diario, El Periódico.
El Pais s’est, en effet, appuyé sur trois sources gouvernementales espagnoles pour affirmer péremptoirement que cette décision permettra au Sauvetage maritime espagnol de «débarquer dans les ports marocains une partie des migrants sauvés», ajoutant que «jusqu’à maintenant, les naufragés localisés dans le Détroit de Gibraltar ou la mer d’Alborán étaient dirigés vers un port espagnol, bien que le lieu de sauvetage soit plus proche de la côte marocaine ». 
D’après la même source, la mesure est «due à la volonté de l'exécutif de réduire la pression migratoire alors que l’arrivée des migrants irréguliers impacte grandement la campagne électorale ». L’on sait que le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, avait annoncé récemment la tenue d’élections législatives anticipées en avril prochain et il semblerait que celui-ci tente de couper l’herbe sous les pieds de la droite et surtout des partis de l’extrême droite dont Vox qui instrumentalisent les questions migratoires à des fins électoralistes.
Et toujours selon El Pais, la décision prise conjointement par les autorités espagnoles et marocaines s’appliquera aux migrants qui seront interceptés lors des opérations de sauvetage menées par la Marine Royale auxquelles prend part la marine espagnole, à condition que le port le plus proche ne soit pas un port ibérique. 
Des sources du gouvernement espagnol ont affirmé que «le Sauvetage maritime espagnol sauve des personnes en danger et les mène vers les ports sûrs les plus proches, à savoir les ports espagnols». « Mais aussi, et compte tenu des bonnes relations avec Rabat, les sauveteurs espagnols aident la Marine Royale en cas de besoin. Dans ce cas, les personnes sauvées seront débarquées au port de sécurité le plus proche, à savoir un port marocain», soulignent les mêmes sources.
Le gouvernement espagnol, explique El Pais, entend par cette stratégie réaliser un objectif qu’il s’est fixé, à savoir la réduction de moitié du nombre des migrants irréguliers qui arrivent aux côtes espagnoles après le record enregistré durant l’année 2018 (64.298 migrants irréguliers selon les statistiques du ministère de l’Intérieur), soulignant que cette initiative est « compatible avec la légalité internationale, car chaque pays a le devoir d’aider et d’assister les naufragés dans ses eaux territoriales. Mais cela peut être controversé, car parmi les personnes qui seront débarquées au Maroc, il y aura des personnes vulnérables comme les demandeurs d’asile ». 
A ce même propos, la secrétaire d’Etat à la Sécurité, Ana Maria Botella, a indiqué jeudi sur les ondes de la radio espagnole «Cadena Ser» que « les opérations de sauvetage des migrants effectuées par les Royaumes d’Espagne et du Maroc dans la zone du Détroit et en Méditerranée sont menées en collaboration et en respect des compétences de chaque pays ».
L’Espagne «collabore» avec les autorités marocaines pour réaliser des opérations de sauvetage de migrants et les deux pays œuvrent ensemble pour «améliorer» les mécanismes de coopération dans ce domaine, a-t-elle souligné en mettant l’accent sur la «volonté» du Maroc de promouvoir cette coopération et d’améliorer les capacités de sauvetage» dans le cadre des contacts réguliers établis entre les deux pays.
Dans ce domaine, «il faut être plus efficient en matière de coordination et d’organisation», a relevé la secrétaire d’Etat espagnole, expliquant que cette coordination implique que les migrants secourus par les autorités marocaines sont transférés au port marocain le plus proche, alors que ceux sauvés par un bateau espagnol sont pris en charge par les services compétents espagnols.
«Il existe des obligations internationales pour sauver les migrants (...) tout en garantissant leurs droits», a ajouté Ana Maria Botella.
En effet, dans l’agenda de la coopération entre Madrid et Rabat figure «l’amélioration des mécanismes de coordination des opérations dans le Détroit», a-t-elle affirmé en substance.
Réagissant à ces assertions, le ministre chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a, en effet, déclaré lors du point de presse tenu à l’issue de la dernière réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, qu’aucun accord n'a été conclu à ce propos entre Rabat et Madrid.
« Il n'y a pas d'accord entre le Maroc et l'Espagne », a-t-il affirmé en soulignant que « ces informations sont fausses ». Ce qu’une source du ministère de l’Intérieur a d’ailleurs confirmé ce vendredi.

 

Mourad Tabet
Samedi 23 Février 2019

Lu 895 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com