Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les budgets des collectivités territoriales dégagent un excédent de 4,4 MMDH à fin août


Les recettes ordinaires se sont établies à 25,4 MMDH en diminution de 9,3% par rapport à fin août 2019



La crise économique induite par la pandémie de coronavirus n’a pas empêché les collectivités territoriales d’enregistrer un nouvel excédent budgétaire à fin août 2020, si l’on en croit les chiffres publiés récemment par la Trésorerie générale du Royaume (TGR). «La situation des charges et ressources des collectivités territoriales dégage un excédent global de 4,4 MMDH à fin août 2020 contre un excédent global de 5,5 MMDH enregistré un an auparavant», a relevé la Trésorerie générale dans son bulletin mensuel de statistiques des finances locales au titre du mois d’août. Selon les analyses des économistes de la TGR, l’excédent dégagé observé au huitième mois de cette année tient compte de dépenses d’investissement de 6,7 MMDH et d’un solde positif des comptes spéciaux et des budgets annexes de 619 MDH. Soulignons qu’à fin août 2020 et en comparaison avec la même période de l’année 2019, l’exécution des budgets des collectivités territoriales laisse apparaître une baisse des recettes ordinaires de 9,3% en glissement annuel à 25,4 MMDH contre 27.954 MMDH à la même période en 2019. Le recul des recettes ordinaires des collectivités territoriales est attribué à la baisse des recettes transférées de 6,8% à 16.510 MMDH contre 17.707 MMDH en 2019, des recettes gérées par l’Etat de 14% (4.755 MMDH contre 5.529 MMDH) et des recettes gérées par les collectivités territoriales de 13,1% (4.098 MMDH contre 4.718 MMDH), a souligné la Trésorerie générale dans son bulletin mensuel. Précisons que les recettes fiscales, qui ont constitué 85,6% des recettes globales des collectivités territoriales à fin août 2020, ont accusé une baisse de 8% par rapport à leur niveau à fin août 2019. Elles se sont établies à 21,7 MMDH, après la chute de 6,9% des impôts directs et de 8,7% des impôts indirects. En raison principalement de la diminution des fonds de concours (60,5%), des recettes domaniales (34,7%) et de la redevance d’occupation temporaire du domaine public communal (19,4%), la Trésorerie générale a noté que les recettes non fiscales ont, pour leur part, atteint 3.649 MDH, correspondant à une baisse de 16% par rapport à leur niveau à fin août 2019. Dans ce segment, il est, par ailleurs, précisé que la baisse des recettes domaniales est due principalement à la diminution des produits de location des locaux à usage commercial ou professionnel (96 MDH contre 292 MDH) et du produit du domaine forestier relevant du territoire communal (85 MDH contre 156 MDH). Il est à noter que la répartition des recettes des budgets principaux des collectivités territoriales par région montre une forte concentration au niveau de six régions avec 72,5% de ces recettes. Comme l’a relevé la TGR dans son bulletin, «les recettes de la région de Casablanca-Settat (5.301 MDH) représentent 20,9% des recettes globales des collectivités territoriales. La région de Rabat-Salé-Kénitra vient en second rang avec 12,6% des recettes. Les recettes de la région de Dakhla-Oued Ed Dahab représentent 1,7%». Au niveau des dépenses ordinaires, l’exécution des budgets des collectivités territoriales montre qu’elles «ont atteint 14,9 MMDH, soit une diminution de 1,3% en raison de la baisse de 6,2% des dépenses des autres biens et services, conjuguée à la hausse de 2,1% des dépenses de personnel et de 6,1% des charges en intérêts de la dette». S’agissant des dépenses d’investissement, il ressort des données recueillies qu’elles se sont établies à 6.670 MDH à fin août 2020 contre 7.591 MDH à fin août 2019, soit une diminution de 12,1% (-921 MDH), suite notamment au «recul des émissions au titre des projets intégrés (-553 MDH), des acquisitions mobilières (-173 MDH), des acquisitions immobilières (-111 MDH) et des programmes nationaux (-106 MDH)», a indiqué la Trésorerie générale. Selon elle, «l’évolution de la structure des dépenses des collectivités territoriales entre fin août 2019 et fin août 2020 fait ressortir la hausse de la part des dépenses de personnel et des charges en intérêts de la dette, conjuguée à la baisse de la part des dépenses de matériel et des dépenses d’investissement», peut-on lire dans son bulletin. Comme pour les recettes, la répartition des dépenses des collectivités territoriales par région montre une forte concentration au niveau de six régions mais avec 69,6% de ces dépenses. Selon les données présentées par la TGR, à fin août 2020, «les dépenses de la région de Casablanca-Settat (3.835 MDH) représentent 17,8% des dépenses globales des collectivités territoriales. Les dépenses de la région de Dakhla-Oued Ed Dahab représentent 2,1% des dépenses globales». Ajoutons que les budgets annexes et les comptes spéciaux gérés par les collectivités territoriales ont respectivement dégagé à fin août 2020 des soldes positifs de 9 MDH et 610 MDH tandis que la situation des charges et ressources des collectivités territoriales dégage un excédent global de 4,4 MMDH à fin août 2020 contre un excédent global de 5,5 MMDH enregistré un an auparavant. Enfin, dans son bulletin, la TGR a annoncé que «l’excédent dégagé par les budgets des collectivités territoriales à fin août 2020, auquel s’ajoutent les recettes d’emprunt de 1.586 MDH, a permis le remboursement du principal de la dette pour 1.336 MDH et la reconstitution des fonds disponibles pour 4,7 MMDH». 

Alain Bouithy
Mardi 6 Octobre 2020

Lu 355 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.