Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le partenariat maroco-américain en matière d'autonomisation de la femme disséqué à Rabat





Le partenariat entre les Etats-Unis et les organisations locales marocaines en matière d'autonomisation économique des femmes a été au centre d'une table-ronde tenue jeudi à Rabat. Cette discussion s’inscrit dans le cadre de l'annonce faite le 22 décembre 2020 par la US International Development Finance Corporation (DFC) concernant le lancement de l'initiative 2X MENA qui mobilisera un milliard de dollars d'investissements dans des projets qui feront progresser l'autonomisation économique des femmes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA).

Lors de cette rencontre, l’ambassadrice itinérante des Etats-Unis pour les dossiers relatifs aux femmes dans le monde, Kelley Currie, a souligné que le partenariat avec les organisations locales est au cœur de l'initiative pour assurer le développement et la prospérité des femmes (W-GDP), car celles-ci "disposent des connaissances locales, savent ce qui doit être fait, peuvent aider à intervenir effectivement et à identifier les femmes qui ont besoin de ce que ce programme offre". Il est primordial "d'aider les femmes à prospérer dans le monde du travail, accéder aux compétences, aux formations et aux fonds. Aujourd'hui plus que jamais, nous avons besoin que les femmes soient des leaders de la reprise de l'économie" impactée par la crise sanitaire de la Covid-19, a-t-elle ajouté. Pour sa part, la directrice générale de la DFC pour les enjeux féminins dans le monde, Charity Wallace, a relevé dans une déclaration à la MAP que l'objectif de cette table-ronde est d'identifier les opportunités de la DFC et du gouvernement américain pour investir dans l'autonomisation économique des femmes de la région MENA et spécifiquement au Maroc. "Nous voulons identifier les transactions dans lesquelles on peut investir dans les femmes en tant qu'entrepreneures, managers ou employées, mais aussi dans les produits et les services qui leur bénéficient", a-t-elle dit, notant qu'en ce qui concerne le Maroc, la DFC veut également "identifier les opportunités d'inclusion du secteur privé".

De son côté, la manager du Fonds des zones industrielles durables (Fonzid) l'Agence Millennium Challenge AccountMorocco (MCA-Morocco), Ikrame El Houdali, a fait savoir que le fonds s'attèle à mettre en œuvre des initiatives qui améliorent l'accès des femmes aux zones industrielles à travers le financement des initiatives d'incubateurs, le soutien aux petites entreprises, et le financement des programmes de formation professionnelle et des services, notamment le transport et la sécurité. Elle a, en outre, souligné que les femmes n'ont pas accès aux connaissances et formations nécessaires en matière de création de petites entreprises ou d'accès aux crédits et fonds. Samira Mizbar, manager Genre et inclusion sociale à la Direction du foncier rural au sein de l'Agence MCA-Morocco, a mis en exergue le rôle que joue l'appartenance à un réseau de femmes sur le renforcement de leur confiance en elles-même. A travers l'initiative 2X MENA, la DFC investira dans des solutions offrant des opportunités économiques aux femmes qui lui permettront de participer de manière plus significative à l'économie, de prospérer dans le marché du travail et de réussir en tant qu'entrepreneures.

Libé
Vendredi 8 Janvier 2021

Lu 716 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.