Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le danger est à nos portes : Sommes-nous suffisamment armés contre le risque de propagation du choléra qui fait des ravages en Algérie ?




 “Aucun cas de choléra n’a été enregistré au Maroc», a indiqué hier le ministère de la Santé, ajoutant que «depuis 1997, il n’y a pas eu de cas épidémiologique de choléra grâce au programme national de lutte contre les maladies transmises par l’eau, ainsi que les progrès significatifs réalisés par le Royaume dans les domaines de l’approvisionnement en eau potable et de l'assainissement liquide».
Des propos tant attendus par l’opinion publique nationale fébrile suite aux informations rapportant que le choléra qui a causé les pires épidémies que le monde ait connues a récemment refait surface en Algérie. En effet, le ministère algérien de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a révélé qu’en date du 26 août, 56 cas de choléra ont été diagnostiqués sur les 161 cas hospitalisés depuis près de 15 jours, tandis que deux personnes en sont mortes. Une situation qui fait craindre le pire dans les pays limitrophes.
Aussi, le ministère marocain de la Santé a-t-il décidé de prendre un ensemble de mesures préventives afin d’éviter l’intrusion de cette maladie, classée parmi les infections intestinales provoquées par l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés et qui provoque de violentes diarrhées, parfois accompagnées de vomissements pouvant entraîner la mort en quelques heures en cas d’absence de traitement.
En outre, le département d’Anas Doukkali a dévoilé un plan d’action comprenant un ensemble de mesures censées prévenir tout risque d’épidémie dans le Royaume. Les mesures en question concernent tout d’abord, le renforcement des procédures de surveillance épidémiologique et de surveillance des infections gastro-intestinales aiguës et de toutes les intoxications alimentaires de groupe.  Ensuite, il s’agira d’accroître et de solidifier la santé à la frontière, en particulier dans les aéroports accueillant des vols en provenance de certains pays connus pour avoir des épidémies de choléra. De plus, le ministère compte d’une part, apporter un soutien aux laboratoires hospitaliers dans le diagnostic des bactéries responsables du choléra et d’autre part fournir un stock suffisant de médicaments et de fournitures médicales nécessaires au traitement des maladies. Enfin, un numéro de téléphone économique (0801 00 47 4) est mis à la disposition des citoyens pour de plus amples informations.
Pour ce qui est des mesures de sécurité sanitaire destinées aux produits alimentaires, des réseaux d'eau potable et de désinfection des liquides, ce département assure travailler en coordination avec les différents secteurs gouvernementaux concernés dans l’optique de renforcer les mesures de sécurité sanitaire pour les produits alimentaires, des réseaux d'eau potable et de désinfection des liquides.
En réalité, toutes ces actions d’envergure sont officiellement considérées comme étant au diapason de la dangerosité de cette maladie. Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé, 1,3 à 4 millions de cas de choléra, et 21.000 à 143.000 décès sont recensés de par le monde. Des chiffres alarmants qui ont débouché sur une stratégie mondiale de lutte, lancée par l’OMS en 2017 avec pour cible de diminuer de 90% les cas de décès dus au choléra.
Pour en venir à bout, il existe plusieurs types de traitements. A commencer par les sels de réhydratation orale. Mais dans les cas sévères de choléra, un traitement rapide par perfusion de liquide et d’antibiotiques par voie intraveineuse s’impose.
Extrêmement virulent, endémique ou épidémique, le choléra a fait trembler le monde entier en cette aube du XIXème siècle puisqu’il s’est répandu comme une trainée de poudre en provenance de son réservoir originel dans le delta du Gange en Inde.
Des millions de personnes ont trouvé la mort lors de six pandémies qui ont marqué l’histoire du choléra. La septième, celle que vit le monde actuellement, a démarré en Asie du Sud, au début des années 60, avant de trouver refuge en Afrique 10 ans plus tard, puis aux Etats-Unis en 1991.

Chady Chaabi
Mercredi 29 Août 2018

Lu 1249 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés